| S'inscrire !
La plante à l'affiche


Connexion membre
Pseudo

Mot de passe


Mot de passe perdu ?
Pas encore membre ?
Inscrivez-vous !

Un article de jubaea8, publié par gardenbreizh.org - 22/10/2006
 

 


Alerte pour nos palmiers

Rhynchophorus ferrugineus détecté dans le Var... c'est Paysandisia archon puissance 10 !

Par Alain Jamet

Première mise en ligne le 23/10/2006


Introduction


Le 19 octobre 2006, à Sanary sur mer dans le Var, Karine Panchaud (Technicien-expert Phyto-sanitaire travaillant depuis de nombreuses années sur Paysandisia archon) a constaté les premiers dégâts liés à l’introduction de Rhynchophorus ferrugineus (Charançon rouge du palmier ou CRP)… Dégâts mortels sur un Phoenix Canariensis installé dans un jardin privé depuis presque 10 ans mesurant environ 2,5m de stipe et qui s’est effondré en une journée ! Ce ravageur redoutable pour nos palmiers, bien plus que Paysandisia, était attendu… Le voilà malheureusement arrivé et installé, il n’y a aucune chance pour qu’il ne s’agisse que d’un cas isolé. Tous les différents stades de l'évolution de ce ravageur ont été trouvés dans le sujet infecté de Sanary, ce qui laisserait supposer qu'il n'y aurait pas de période de vol, et donc de ponte, bien établie comme pour Paysandisia. La P.V.1 est alertée et est en train de mettre en place les mesures aptes à permettre une évaluation du stade de l’invasion sur le site et dans son environnement. Difficile de ne pas être alarmiste cette fois ! Une bataille s’engage, elle sera rude.  

Le ravageur en images


Voici quelques photos prises par l'auteur le 19 octobre 2006 :
  • Photos 1 à 6 : Oeuf, larves, nymphes, cocons et adultes de CRP… à noter la différence caractéristique entre le cocon du CRP qui est tissé de façon circulaire alors qu’avec Paysandisia le tissage est plutôt vertical :














  • Photo 1 - Oeuf de CRP Photo 2 - Larves de CRP Photo 3 - Nymphe de CRP
    Photo 4 - Cocon de CRP Photo 5 - CRP adultes Photo 6 - CRP adulte, ailes déployées

  • Une comparaison à ces 3 stades entre les 2 ravageurs CRP et Paysandisia archon à droite sur la photo :

  • Photo 7 - Comparaison entre CRP et Paysandisia
  • Les dégâts occasionnés sur un rachis de palme… Contrairement à Paysandisia dont les galeries peuvent se prolonger loin vers l’extrémité du rachis, celles creusées par le CRP restent situées proche du stipe et peuvent passer totalement inaperçues lors d’un élagage, comme le montre la section coupée sur la photo 11 :














  • Photo 8 - Dégâts causés par le CRP Photo 9 - Dégâts causés par le CRP Photo 10 - Dégâts causés par le CRP
    Photo 11 - Dégâts causés par le CRP Photo 12 - Dégâts sur pétiole Photo 13 - Dégâts sur pétiole

  • Autre comparaison des dégâts sur le rachis. A gauche Paysandisia, à droite Rynchophorus. Les galeries de Paysandisia traversent totalement la partie de rachis sélectionnée…celles de CRP non, l’extrémité placée à l’opposé étant saine en apparence :

  • Photo 14 - Comparaison des galeries de CRP et de Paysandisia

    Rynchophorus ferrugineus, c’est quoi ?


    Rhynchophorus est bien connu par nos scientifiques, Michel Ferry, Eric Chapin, Didier Rochat et d’autres ont récemment abordé ce sujet dans un article passionnant et très détaillé paru dans « Phytoma » Revue de la défense des végétaux (n°595 juillet-août 2006). Je me bornerai ici à en extraire quelques éléments essentiels permettant aux amateurs de mieux connaître ce prédateur. En seulement 20 ans Rhynchophorus ferrugineus, appelé aussi « Charançon rouge du palmier » (CRP) originaire de l’Inde s’est installé dans la plupart des pays du bassin méditerranéen. Il est signalé en Espagne dès 1993 puis en Italie en 2004, aux îles Canaries et cette année, le SRPV PACA a saisi et détruit un lot d’importation d’Egypte. L’expansion géographique du CRP est liée au transport de rejets de dattiers dans et entre les pays producteurs, et au développement du marché des palmiers d’ornement de grandes tailles, notamment depuis l’Egypte vers le nord-ouest de la méditerranée. L’application d’une quarantaine stricte est vitale face au CRP, car un examen même minutieux ne permet de détecter ni les œufs, ni les jeunes larves, et les insecticides non systémiques ne les tuent pas. Importer des palmiers de zones infestées vers les zones d’Europe encore exemptes (Riviera Française et Italienne), c’est mettre le loup dans la bergerie… En Espagne, dans la région de Valence, on estime à 3000 le nombre de palmiers éliminés en 2 ans menaçant gravement la Palmeraie d’Elche classée au patrimoine mondial de l’UNESCO. Des milliers de Phoenix dactylifera ont été tués au Moyen-Orient depuis 15 ans.

    Description


    L’adulte est un charançon de 2 à 4 cm de long, au corps orangé vif avec des tâches noires. II vit 2 à 4 mois et vole surtout le jour, il peut franchir jusqu’à 7 km dans des conditions favorables. Sur le palmier, il vit caché dans les anfractuosités et pénètre dans les tissus tendres où il est très difficile à observer. Les femelles pondent toute leur vie entre 100 et 300 œufs. Les œufs sont insérés dans des tissus vivants (bases foliaires ou blessures sur le stipe). La larve est le stade nuisible. Elle atteint 5cm de long et ce stade larvaire dure de 1,5 mois à 9 mois en fonction des conditions climatiques. Elle se nourrit du tissu vivant du stipe où elle creuse des galeries. En fin de vie, elle migre à la périphérie du stipe ou à la base des palmes et construit un cocon où s’effectuera la nymphose qui dure de 2 à 4 semaines. Les générations se chevauchent …En Espagne le charançon passe l’hiver à tous les stades. La température minimale de développement larvaire est de 15°c. La température létale pour l’œuf, la larve et la nymphe est respectivement de 10°c, 5°c et -2°c…celle de l’adulte se situerait entre 0°c et 5°c.

    Symptômes









    L’attaque d’un palmier est invisible pendant des mois, parfois des années. Des centaines de larves peuvent se développer dans les stipes avant l’apparition de symptômes foliaires. L’apparition du CRP se signale par des suintements liquides bruns et visqueux, ou par de petits monticules bruns de fibres broyées à la base des palmes. A un stade d’attaque très avancée, le stipe peut se briser. L’attaque du bourgeon terminal entraîne le dessèchement brusque des palmes, parfois précédé d’une inclinaison anormale de la frondaison. Ces signes typiques sur P. canariensis précèdent la mort du palmier que de quelques jours.
    Photo 15 - Traces caratéristiques du cocon
    dans une base de pétiole


    Photo 16 - Dégâts sur Phoenix canariensis

    Les solutions




  • Elimination par piégeage olfactif


  • La phéromone d’agrégation du CRP est un outil indispensable pour détecter et éliminer les adultes par piégeage dans tout programme de lutte intégrée. Moyennant le respect de règles strictes, le bénéfice d’un piégeage dans une zone a priori exempte de CRP est très supérieur au risque d’ignorer la présence effective du ravageur ou de l’y introduire.


  • Lutte chimique


  • Elle doit être curative et préventive. Elle seule permet de détruire les œufs et les larves même sur des sujets très attaqués dès lors qu’elle peut être appliquée selon des méthodes validées. L’abandon des traitements systémiques en Andalousie en 2001 est une erreur qui a entraîné la mort de palmiers pourtant traités plusieurs fois par d’autres substances. On ne rapporte aucun effet notable de substances naturelles telles que Bacillus thuringiensis.

    Conclusions


    Le CRP est sans doute bien plus problématique que Paysandisia archon et la lutte contre ce ravageur est très délicate …il est primordial d’anticiper une infestation et de travailler à l’élaboration d’un protocole de gestion des foyers en pépinières et espaces verts à suivre en cas de découverte. La mise en place d’un réseau de surveillance français près des points d’importations et de plantations récentes de palmiers issus de zones infestées pourrait permettre de réduire le risque d’installation du CRP. Pour tout complément d’information, vous pouvez contacter Karine Panchaud de ma part au 0661162488 ou par couriel : infos@vegetech.jardins.com
    A bientôt,

    Alain Jamet

    Bibliographie


    Barranco P. 2005 Control de Rynchophorus ferrugineus en España : ensayos y aplicaciones en campo. 1ères Journées Internationales sur le charançon rouge du palmier, Rhynchophorus ferrugineus 28-29 nov 2005, IVIA, Moncada, Espagne. Gomes S. et Ferry M., 2005- El picudo rojo (Rynchophorus ferrugineus O.) plaga mortal de las palmeras. Plantflor,102 : 106-11
    Note du Webmestre - Merci à Alain Jamet pour la rédaction de ce dossier. Toutes les photos de cet article ont été prises par ce dernier. Vous pouvez retrouver son impressionnante collection de palmiers dans la galerie du jardin d'Howea.

    1 - SRPV : Acronyme de Services Régionaux de la Protection des Végétaux, communément réduit à PV, Protection des Végétaux.



    [ Retourner à la catégorie Maladies et parasites | Retour vers l'index ]

    Droits de reproduction et de diffusion réservés © 2004-2014 - Mention légales - Contact
    40807592 visites uniques depuis le 01/07/2004, 4897 aujourdhui et 309 en cours.
    Autres sites d'information nature : Tous les fruits | Plantes et botanique