| S'inscrire !
     
 Index des forums
 chêne à glands comestibles
Page n°2/4  « 1 [2] 3 4 »
Imprimer le sujet 

nutforest
Apprenti GardenBreizhien
Envois : 26
Inscrit le : 10/8/2010
De : Région littorale de Saint-Brieuc
(18/8/2010 3:38) Re: chêne à glands comestibles

J'ai planté 2 sortes de chênes à glands comestibles au goût très différent :


  - Quercus suber ballota (sajarat al-bellût = arbre à glands ), le chêne liège marocain de la forêt de Mamora  au Nord de Rabat, aux gros glands appelés "ballout" de 5 à 6 cm de long, très doux, que je cuis à l'eau (amylacés au goût de biscuit) et qui valent bien mes marrons de Redon (mais pas les marrons Dorés de Lyon, si sucrés ...)


  - le chêne vert rotundifolia var ballota (en berbère : âdern, âderna, âdren, waderna, wadrenan, etc.) à glands nettement plus petits et moins doux, que je dois bouillir à 3 eaux pour évacuer les excès de polyphénols qui risqueraient de me tanner les villosités intestinales. Le goût est alors extra, entre la châtaigne et la noisette (c'est donc plus gras que le précédent).


La confusion vient du fait que tous ces glands sont appellés "Ballout" au Magreb et les cultivars "ballota" par les pépinièristes et semenciers.


Le semis des 2 est facile mais il faut être patient et chanceux, surtout pour le chêne vert car les bergers qui vendent leurs glands au bord de la route ne récoltent que les arbres à glands doux. Je sais que mes glands étaient bons mais je n'ai pas encore la récolte pour juger de la transmission génétique du taux de tannins. 


Photo d'un gros ballout, pour ne le pas confondre, ça serait ballot, avec l'autre, le ch'ti bilout long à cuire et éplucher:


Profil photos
 

cortejuan
GardenBreizhien superactif
Envois : 3442
Inscrit le : 31/3/2007
De : Haute-Saône (Franche-Comté) zone 7/8
(18/8/2010 11:23) Re: chêne à glands comestibles

Bonjour ça me rappelle des bons souvenirs, je me souviens que des collègues arabes ignoraient que le gland de la Mamora était comestible, cette caractéristique était sans doute plus connue des berbères, les premiers occupants de la région (les gaulois, autres premiers occupants d'un autre continent consommaient aussi des glands...)


 


Ce qui est ausi intéressant c'est que ce mot arabe bellut, ballout, se retrouve en espagnol, le gland se disant bellota (prononcer belliota).


 


Cela fait penser à l'olive dont l'importance était telle qu'elle a donné le mot ,huile, oil öl, olio, etc. à partir du latin. Mais en espagnol à côté du mot oliva très usité existe aussi le mot aceituna mot très proche de l'arabe zeitoun, que l'on retrouve en hébreux et même en araméen.


 


Aceituna a donné le mot aceite (huile d'olive et par extension huile en général) et zeitoun tous les dérivés anthroponymiques tels que zitouni, nom arabe et pied-noir mien connu.


 


Pour le gland, peut-être à cause de sa valeur moins précieuse que l'olive, il a plutôt pris un sens péjoratif....


 


Cordialement et désolé pour la digression olivesque.


 


Daniel


 


 


 


 


 


 

Profil photos
 

Visiteur



(18/8/2010 11:48) Re: chêne à glands comestibles

C'est pas les sangliers qui mangent des glands????

 

cortejuan
GardenBreizhien superactif
Envois : 3442
Inscrit le : 31/3/2007
De : Haute-Saône (Franche-Comté) zone 7/8
(18/8/2010 11:54) Re: chêne à glands comestibles

Bonjour,


 


oui et les geais... (garrulus glandarius) mais nos ancêtres mangeaient tout ce qui ne présentait pas de nocivité mais contenait des réserves nutritives. Cela ne devait pas toujours être bien fameux comme les rhizomes de nénuphars...


 


 


Mais en Europe, je pense qu'il est préférable d'attendre que le sanglier mange les glands, la suite on la connait.


 


Cordialement

Profil photos
 

Visiteur



(18/8/2010 12:00) Re: chêne à glands comestibles

Miam !!! un bon civet !!!! c'est quand même mieux et plus digeste .

 

vmb3
GardenBreizhien hyperactif
Envois : 5541
Inscrit le : 15/6/2005
De : RABAT-MAROC
(18/8/2010 13:41) Re: chêne à glands comestibles

le gland de la Mamora est tout à fait connu dans la région et vendu dans les souks de Rabats et des environs, ce qui contribue largement au non-renouvellement de cette forêt très ancienne qui est en train de mourir


 


françoise

Profil photos
 

cortejuan
GardenBreizhien superactif
Envois : 3442
Inscrit le : 31/3/2007
De : Haute-Saône (Franche-Comté) zone 7/8
(18/8/2010 16:39) Re: chêne à glands comestibles

Bonjour,


 


intéressant ton commentaire Françoise, les glands étaient déjà vendus dans la médina à Rabat il y a 30 ans, mais je pense que ce n'était qu'une catégorie peu aisée qui les consommait. Ce qui m'avait frappé à l'époque c'était l'absence de sous-bois due au paturage des vaches. Je pense que ça n'a pas dû changer et c'est aussi une raison du non renouvellement de la forêt, les vaches broutant les jeunes semis. C'est peut-être plutôt cette raison car le paturage n'épargne absolument rien.


 


Mais tout ça c'est lointain, tu dois connaître les réalités locales mieux que moi.


 


 


Cordialement


 


 

Profil photos
 

vmb3
GardenBreizhien hyperactif
Envois : 5541
Inscrit le : 15/6/2005
De : RABAT-MAROC
(18/8/2010 17:17) Re: chêne à glands comestibles

vaches et moutons pâturent le sous bois et les bergers coupent des branches pour donner le feuillage au bétail... et pour faire bonne mesure les enfants (et moins jeunes aussi ) récoltent les glands qu'ils vendent soit sur les marchés soit aux bords des routes.... avec la sécheresse, cela fait tout de même beaucoup pour empêcher que cette forêt ne survive! les arbres ont un aspect de fantômes écorchés.....


c'est vrai que se sont plutôt les gens pauvres qui consomment les glands... mais il y a bcp de pauvres!!!!


il n'y a pratiquement aucun renouvellement des arbres 

Profil photos
 

nutforest
Apprenti GardenBreizhien
Envois : 26
Inscrit le : 10/8/2010
De : Région littorale de Saint-Brieuc
(22/8/2010 19:43) Re: suberaies méditerranéennes toutes menacées

Un grand congrès d'écolo-foresterie s'est tenu sur le sujet en 2002. 


La principale menace pour la suberaie est la dynamique végétale naturelle qui, en cas de non-gestion, a tendance à fermer le couvert et à éliminer le Chêne-liège ainsi que la flore héliophile qui lui est associée. La suberaie a besoin de l'homme ; c'est là sa grande originalité mais aussi sa faiblesse. Après une phase d'abandon à la fin du siècle dernier, il est permis d'espérer que l'embellie sur le prix du liège se maintiendra et stimulera l'intérêt de propriétaires qui réaliseront le minimum de travaux nécessaires au maintien et à la régénération de ces forêts. Souhaitons que des aides publiques adaptées viennent les encourager. Boycottez les vins bouchés avec du plastique tiré du pétrole (et tant pis si on a parfois une bouteille au goût de bouchon).


Par ailleurs, le risque d'incendie élevé dans ces forêts a poussé les forestiers et aménageurs à installer des pare-feu et des grandes coupures en réhabilitant localement une forme de pastoralisme très favorable sur le plan de l'esthétique des paysages et du maintien de la biodiversité de la strate herbacée.


L'Union Européenne se préoccupe de la préservation de la biodiversité des suberaies, habitat d'intérêt communautaire ; sa participation financière à la remise en production et à la régénération des suberaies par leurs propriétaires serait particulièrement bien accueillie, que ce soit sur les sites Natura 2000 ou à côté.


Le feuillage du Chêne-liège est assez léger et transparent et la suberaie dans son état optimal est un peuplement forestier relativement clair où les arbres ne couvrent qu'environ 60% du terrain. La lumière du soleil peut ainsi parvenir en suffisance aux strates basses. De plus, traditionnellement, les forestiers gérent les suberaies en "futaie jardinée", c'est à dire en faisant cohabiter des arbres de tailles et d'âges variés. Cette structure horizontale et verticale variée introduit une grande hétérogénéité dans l'éclairement du sol. Ainsi sous la suberaie peut se développer un sous-bois assez riche : arbustes et petits ligneux du maquis, nombreuses espèces herbacées, comportant à la fois des espèces sciaphiles (d'ombre) et des espèces héliophiles (de lumière).


Cette richesse spécifique se conjugue avec une certaine originalité écologique. Les sols portant du Chêne-liège étant dépourvus de calcaire et généralement acides, la flore qui s'y développe est de type calcifuge. A côté d'espèces méditerranéennes assez ubiquistes telles que le Lentisque, les Philaires, le Ciste de Montpellier… on trouve des espèces plus strictement inféodées aux sols acides telles que la Bruyère arborescente, l'Arbousier, la Lavande stœchade, la grande Brize, etc.


Sur l'arc méditerranéen assez largement dominé par des formations géologiques sédimentaires contenant du calcaire, les roches qui en sont dépourvues apparaissent comme plus rares, ce qui a vallu à cette flore calcifuge méditerranéenne une attention particulière de la part des naturalistes et protecteurs de la nature.


Lorsque la suberaie est abandonnée, les ligneux du sous-bois conjugués aux arbres concurrents que sont principalement le Chêne vert et le Chêne blanc, finissent par fermer le peuplement et faire régresser le Chêne-liège — comme nous l'avons déjà évoqué plus haut — mais également toute cette flore originale héliophile et calcifuge.

Profil photos
 

nutforest
Apprenti GardenBreizhien
Envois : 26
Inscrit le : 10/8/2010
De : Région littorale de Saint-Brieuc
(22/8/2010 22:04) Re: du chêne à l'olivier

Bonjour Daniel,


Avec une telle science philologique, en plus de jardinesque, tu pourrais écrire des articles dans la "gazette des jardins".


Continue pour ceux que ça intéresse, dont je suis.


Cordialement.

Profil photos
 
Page n°2/4  « 1 [2] 3 4 »
Imprimer le sujet 

En ligne :

En ligne :: 3 connecté(s) sur ce forum
Actuellement, il y a 3 connecté(s) en ligne. [ Administrateur ] [ Modérateur ]
3 Anonyme(s)
0 Membre(s) :

Rechercher

Mots clés :    
[ Recherche avancée ]

Permissions

Vous ne pouvez pas créer un sujet.
Vous ne pouvez pas éditer les sujets.
Vous ne pouvez pas ajouter des sondages.
Vous ne pouvez pas attacher des fichiers.
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets.
Vous ne pouvez pas supprimer.
Vous ne pouvez pas voter.

Droits de reproduction et de diffusion réservés © 2004-2020 - Mention légales
48853972 visites uniques depuis le 01/07/2004, 3034 aujourdhui et 2767 en cours.