| S'inscrire !
La plante à l'affiche


Connexion membre
Pseudo

Mot de passe


Mot de passe perdu ?
Pas encore membre ?
Inscrivez-vous !

Historique d'une fiche de plante

Nom de la fiche : Magnolia campbellii [ voir la fiche correspondante ]

La fiche a été soumise pour la première fois le : 26/02/2006 10:29 par lorelei
La dernière modification sur cette fiche date du : 24/06/2012 20:01

Modifications de Oli le 24/06/2012 20:01 :  [Cette modification est en attente d'approbation]
divers_commentaire
Ceux qui ont lu la fiche sur Rhododendron 'Sir Charles Lemon' se souviennent que Sir Joseph Hooker (1817-1911) a exploré le Sikkim, l’Assam et le Bengale oriental entre 1849 et 1851. Il était basé à Darjeeling, alors sous le commandement de son Surintendant Archibald Campbell (1805-1878). C’est au cours d’une de ses expéditions, qu’accompagné de son ami d’université Thomas Thomson (1817-1878), il découvrit Magnolia Campbellii.
La première introduction de ce magnolia n’est pas exactement précisée. A propos de sa description dans « The Botanical Magazine » en 1885, Sir Joseph Hooker faisait remarquer qu’une fleur lui avait été adressée d’un jardin de Cork (Irlande) en 1878. Gardiner, qui fait autorité dans les magnolias, pense ainsi que l’introduction aurait eu lieu dans les années 1868.

    Magnolia Campbellii comprend plusieurs sous-espèces. Sans trop entrer dans les détails, les voici.
  • M. campbellii ssp. campbellii (Hooker & Thomson)- Originaire de l’Est du Népal, Sikkim, Bhoutan et Assam. Les fleurs sont, suivant les cultivars, roses ou blanches. Les plants sont normalement greffés, car issus de semis ils ne fleurissent qu’au bout de 30 ans.
  • 'Ambrose Congreve'
  • 'Betty Jessel'- Fleurs rouge violacé plus foncées et plus grandes que 'Darjeeling'.
  • 'Caerhays'- Fleurs aux tépales rose vif.
  • 'Charles Raffill'- Croisement entre M. campbellii var. campbellii et M. campbellii var. mollicomata. Port globulaire avec l'âge. Fleurs très nombreuses, aux tépales violet foncé à l'extérieur et blancs marginés de rose pourpre à l'intérieur.
  • 'Darjeeling'- Originaire du jardin botanique de Darjeeling aux fleurs foncées, rouge-pourpre particulièrement lumineuses.
  • 'Eric Walther'- Croisement entre M. campbellii var. campbellii et M. campbellii var. mollicomata. Fleurs rose foncé.
  • 'Good Pink'- Fleurs roses.
  • 'Hendrick's Park'- Fleurs très grandes, rose foncé.
  • 'John Gallagher'
  • 'Kew's Surprise'- Croisement entre M. campbellii var. campbellii et M. campbellii var. mollicomata. Fleurs rose pourpre, légèrement plus foncées que 'Charles Raffill'.
  • 'Lamellan Pink'
  • 'Lamellan White'
  • 'Landicla'- Fleurs teintées de rose pourpre.
  • 'Late Pink'- Fleurs roses, deux semaines après la pluspart des cultivars roses.
  • 'Princess Margaret'- Fleurs rouge pourpre à l'extérieur et blanc crème, teinté de pourpre à l'intérieur.
  • 'Queen Caroline'
  • 'Sidbury'- Croisement entre M. campbellii var. campbellii et M. campbellii var. mollicomata. Fleurs rose foncé, teintées de pourpre.
  • 'Strybing Pink'- Fleurs roses.
  • 'Wakehurst'- Fleurs rose pourpre, plus pâles que 'Charles Raffill'.
  • 'Washington Park'- Fleurs roses.
  • M. campbellii ssp. campbellii f. alba (Treseder) - Cette forme pousse dans le même habitat que M. Campbellii. C'est simplement une forme à fleurs blanches. Dans la nature on les rencontre en égal quantité. On trouve aussi des cultivars sélectionnés.
  • 'Chyverton'- Fleurs blanches. Ce cultivar est considéré comme une amélioration de la f. alba.
  • 'Ethel Hillier'- Fleurs blanches teintées de rose pâle.
  • 'Sir Harold Hillier'- Fleurs blanches.
  • 'Strybing White'- Fleurs blanc ivoire. Les feuilles et fleurs sont plus grandes que l'espèce type.
  • 'Trelissick Alba'- Fleurs blanches.
  • M. campbellii ssp. mollicomata (William Wright Smith) - Originaire du Sud-Est du Tibet, Nord de la Birmanie et l’Ouest du Yunnan ; découvert par George Forrest vers 1904. Le port est plus étalé et les fleurs en coupe et soucoupe, de couleur rose ou pourpre, éclosent plus tardivement. La variété mollicomata est réputée plus rustique, sans doute en raison de cette floraison plus tardive. Les semis demandent la moitié du temps pour fleurir (15 ans).
  • 'Borde Hill'- Fleurs roses foncé, plus grandes que la var. mollicomata.
  • 'Lanarth'- Très grandes fleurs lilas-pourpre foncé à rose-pourpre.
  • 'Maharaja'- Fleurs plates, blanches avec du pourpre à la base des tépales.
  • 'Maharanee'- Fleurs blanches.
  • 'Mary Williams'- Fleurs pourpres.
  • 'Peter Borlase'
  • 'Werrington'
  • F. 25655 - George Forrest a effectué une récolte de graines au Nord-Ouest du Yunnan en 1924 dont sont issus 3 plants distribués dans les jardins suivant : Lanarth, Werrington et Borde Hill. Ces plants mériteraient un statut particulier dans l’espèce car à l'opposé de la variété mollicomata à laquelle ils sont rattachés, ils possèdent un port fastigié, ils fleurissent très tôt avec des fleurs en coupe et soucoupe d’une couleur d’un pourpre-violet cyclamen. Ce sont les moins rustiques ; à ce propos, le plant de Borde Hill (Sussex) est mort. Heureusement il avait été propagé avant de geler.
La rusticité générale varie suivant les variétés et cultivars entre la zone 9 et la zone 7.
Bien entendu les jardiniers ont hybridé M. Campbellii avec d'autres espèces aux fins d'obtenir des plantes plus rustiques tout en conservant les qualité de l'espèce.

Si vous avez de l'espace, si votre climat est propice, si vous avez beaucoup de temps devant vous et enfin si vous voulez bluffer vos visiteurs, alors plantez Magnolia Campbellii. Les risques de voir vos fleurs geler à peine ouvertes sont majeurs, mais quand par miracle il ne gèle pas durant la période, le spectacle est inoubliable.

divers_commentaire
Ceux qui ont lu la fiche sur Rhododendron 'Sir Charles Lemon' se souviennent que Sir Joseph Hooker (1817-1911) a exploré le Sikkim, l’Assam et le Bengale oriental entre 1849 et 1851. Il était basé à Darjeeling, alors sous le commandement de son Surintendant Archibald Campbell (1805-1878). C’est au cours d’une de ses expéditions, qu’accompagné de son ami d’université Thomas Thomson (1817-1878), il découvrit Magnolia Campbellii.
La première introduction de ce magnolia n’est pas exactement précisée. A propos de sa description dans « The Botanical Magazine » en 1885, Sir Joseph Hooker faisait remarquer qu’une fleur lui avait été adressée d’un jardin de Cork (Irlande) en 1878. Gardiner, qui fait autorité dans les magnolias, pense ainsi que l’introduction aurait eu lieu dans les années 1868.

    Magnolia Campbellii comprend plusieurs sous-espèces. Sans trop entrer dans les détails, les voici.
  • M. campbellii ssp. campbellii (Hooker & Thomson)- Originaire de l’Est du Népal, Sikkim, Bhoutan et Assam. Les fleurs sont, suivant les cultivars, roses ou blanches. Les plants sont normalement greffés, car issus de semis ils ne fleurissent qu’au bout de 30 ans.
  • 'Ambrose Congreve'- Fleurs roses, plus foncées à la base des tépales.
  • 'Betty Jessel'- Fleurs rouge violacé plus foncées et plus grandes que 'Darjeeling'.
  • 'Caerhays'- Fleurs aux tépales rose vif.
  • 'Charles Raffill'- Croisement entre M. campbellii var. campbellii et M. campbellii var. mollicomata. Port globulaire avec l'âge. Fleurs très nombreuses, aux tépales violet foncé à l'extérieur et blancs marginés de rose pourpre à l'intérieur.
  • 'Darjeeling'- Originaire du jardin botanique de Darjeeling aux fleurs foncées, rouge-pourpre particulièrement lumineuses.
  • 'Eric Walther'- Croisement entre M. campbellii var. campbellii et M. campbellii var. mollicomata. Fleurs rose foncé.
  • 'Good Pink'- Fleurs roses.
  • 'Hendrick's Park'- Fleurs très grandes, rose foncé.
  • 'Kew's Surprise'- Croisement entre M. campbellii var. campbellii et M. campbellii var. mollicomata. Fleurs rose pourpre, légèrement plus foncées que 'Charles Raffill'.
  • 'Lamellan Pink'- Sélection aux fleurs roses plus précoces.
  • 'Landicla'- Fleurs teintées de rose pourpre.
  • 'Late Pink'- Fleurs roses, deux semaines après la pluspart des cultivars roses.
  • 'Princess Margaret'- Fleurs rouge pourpre à l'extérieur et blanc crème, teinté de pourpre à l'intérieur.
  • 'Queen Caroline'- Fleurs rose pâle.
  • 'Sidbury'- Croisement entre M. campbellii var. campbellii et M. campbellii var. mollicomata. Fleurs rose foncé, teintées de pourpre.
  • 'Strybing Pink'- Fleurs roses.
  • 'Wakehurst'- Fleurs rose pourpre, plus pâles que 'Charles Raffill'.
  • 'Washington Park'- Fleurs roses.
  • M. campbellii ssp. campbellii f. alba (Treseder) - Cette forme pousse dans le même habitat que M. Campbellii. C'est simplement une forme à fleurs blanches. Dans la nature on les rencontre en égal quantité. On trouve aussi des cultivars sélectionnés.
  • 'Chyverton'- Fleurs blanches. Ce cultivar est considéré comme une amélioration de la f. alba.
  • 'Ethel Hillier'- Fleurs blanches teintées de rose pâle.
  • 'Lamellan White'- Sélection aux grandes fleurs blanches.
  • 'Sir Harold Hillier'- Fleurs blanches.
  • 'Strybing White'- Fleurs blanc ivoire. Les feuilles et fleurs sont plus grandes que l'espèce type.
  • 'Trelissick Alba'- Fleurs blanches.
  • M. campbellii ssp. mollicomata (William Wright Smith) - Originaire du Sud-Est du Tibet, Nord de la Birmanie et l’Ouest du Yunnan ; découvert par George Forrest vers 1904. Le port est plus étalé et les fleurs en coupe et soucoupe, de couleur rose ou pourpre, éclosent plus tardivement. La variété mollicomata est réputée plus rustique, sans doute en raison de cette floraison plus tardive. Les semis demandent la moitié du temps pour fleurir (15 ans).
  • 'Borde Hill'- Fleurs roses foncé, plus grandes que la var. mollicomata.
  • 'Lanarth'- Très grandes fleurs lilas-pourpre foncé à rose-pourpre.
  • 'Maharaja'- Fleurs plates, blanches avec du pourpre à la base des tépales.
  • 'Maharanee'- Fleurs blanches.
  • 'Mary Williams'- Fleurs pourpres.
  • 'Peter Borlase'- Fleurs rose-foncé vif.
  • 'Werrington'- Fleurs rose violacé.
  • F. 25655 - George Forrest a effectué une récolte de graines au Nord-Ouest du Yunnan en 1924 dont sont issus 3 plants distribués dans les jardins suivant : Lanarth, Werrington et Borde Hill. Ces plants mériteraient un statut particulier dans l’espèce car à l'opposé de la variété mollicomata à laquelle ils sont rattachés, ils possèdent un port fastigié, ils fleurissent très tôt avec des fleurs en coupe et soucoupe d’une couleur d’un pourpre-violet cyclamen. Ce sont les moins rustiques ; à ce propos, le plant de Borde Hill (Sussex) est mort. Heureusement il avait été propagé avant de geler.
La rusticité générale varie suivant les variétés et cultivars entre la zone 9 et la zone 7.
Bien entendu les jardiniers ont hybridé M. Campbellii avec d'autres espèces aux fins d'obtenir des plantes plus rustiques tout en conservant les qualité de l'espèce.

Si vous avez de l'espace, si votre climat est propice, si vous avez beaucoup de temps devant vous et enfin si vous voulez bluffer vos visiteurs, alors plantez Magnolia Campbellii. Les risques de voir vos fleurs geler à peine ouvertes sont majeurs, mais quand par miracle il ne gèle pas durant la période, le spectacle est inoubliable.

Modifications de Oli le 24/06/2012 19:48 :  [Cette modification est en attente d'approbation]
divers_commentaire
Ceux qui ont lu la fiche sur Rhododendron 'Sir Charles Lemon' se souviennent que Sir Joseph Hooker (1817-1911) a exploré le Sikkim, l’Assam et le Bengale oriental entre 1849 et 1851. Il était basé à Darjeeling, alors sous le commandement de son Surintendant Archibald Campbell (1805-1878). C’est au cours d’une de ses expéditions, qu’accompagné de son ami d’université Thomas Thomson (1817-1878), il découvrit Magnolia Campbellii.
La première introduction de ce magnolia n’est pas exactement précisée. A propos de sa description dans « The Botanical Magazine » en 1885, Sir Joseph Hooker faisait remarquer qu’une fleur lui avait été adressée d’un jardin de Cork (Irlande) en 1878. Gardiner, qui fait autorité dans les magnolias, pense ainsi que l’introduction aurait eu lieu dans les années 1868.

    Magnolia Campbellii comprend plusieurs sous-espèces. Sans trop entrer dans les détails, les voici.
  • M. campbellii ssp. campbellii (Hooker & Thomson)- Originaire de l’Est du Népal, Sikkim, Bhoutan et Assam. Les fleurs sont, suivant les cultivars, roses ou blanches. Les plants sont normalement greffés, car issus de semis ils ne fleurissent qu’au bout de 30 ans.
  • 'Betty Jessel'- Fleurs rouge violacé plus foncées et plus grandes que 'Darjeeling'.
  • 'Caerhays'- Fleurs aux tépales rose vif.
  • 'Charles Raffill'- Croisement entre M. campbellii var. campbellii et M. campbellii var. mollicomata. Port globulaire avec l'âge. Fleurs très nombreuses, aux tépales violet foncé à l'extérieur et blancs marginés de rose pourpre à l'intérieur.
  • 'Darjeeling'- Originaire du jardin botanique de Darjeeling aux fleurs foncées, rouge-pourpre particulièrement lumineuses.
  • 'Eric Walther'- Croisement entre M. campbellii var. campbellii et M. campbellii var. mollicomata. Fleurs rose foncé.
  • 'Good Pink'- Fleurs roses.
  • 'Hendrick's Park'- Fleurs très grandes, rose foncé.
  • 'Kew's Surprise'- Croisement entre M. campbellii var. campbellii et M. campbellii var. mollicomata. Fleurs rose pourpre, légèrement plus foncées que 'Charles Raffill'.
  • 'Landicla'- Fleurs teintées de rose pourpre.
  • 'Late Pink'- Fleurs roses, deux semaines après la pluspart des cultivars roses.
  • 'Princess Margaret'- Fleurs rouge pourpre à l'extérieur et blanc crème, teinté de pourpre à l'intérieur.
  • 'Sidbury'- Croisement entre M. campbellii var. campbellii et M. campbellii var. mollicomata. Fleurs rose foncé, teintées de pourpre.
  • 'Strybing Pink'- Fleurs roses.
  • 'Wakehurst'- Fleurs rose pourpre, plus pâles que 'Charles Raffill'.
  • 'Washington Park'- Fleurs roses.
  • M. campbellii ssp. campbellii f. alba (Treseder) - Cette forme pousse dans le même habitat que M. Campbellii. C'est simplement une forme à fleurs blanches. Dans la nature on les rencontre en égal quantité. On trouve aussi des cultivars sélectionnés.
  • 'Chyverton'- Fleurs blanches. Ce cultivar est considéré comme une amélioration de la f. alba.
  • 'Ethel Hillier'- Fleurs blanches teintées de rose pâle.
  • 'Sir Harold Hillier'- Fleurs blanches.
  • 'Strybing White'- Fleurs blanc ivoire. Les feuilles et fleurs sont plus grandes que l'espèce type.
  • 'Trelissick Alba'- Fleurs blanches.
  • M. campbellii ssp. mollicomata (William Wright Smith) - Originaire du Sud-Est du Tibet, Nord de la Birmanie et l’Ouest du Yunnan ; découvert par George Forrest vers 1904. Le port est plus étalé et les fleurs en coupe et soucoupe, de couleur rose ou pourpre, éclosent plus tardivement. La variété mollicomata est réputée plus rustique, sans doute en raison de cette floraison plus tardive. Les semis demandent la moitié du temps pour fleurir (15 ans).
  • 'Borde Hill'- Fleurs roses foncé, plus grandes que la var. mollicomata.
  • 'Lanarth'- Très grandes fleurs lilas-pourpre foncé à rose-pourpre.
  • 'Maharaja'- Fleurs plates, blanches avec du pourpre à la base des tépales.
  • 'Maharanee'- Fleurs blanches.
  • 'Mary Williams'- Fleurs pourpres.
  • F. 25655 - George Forrest a effectué une récolte de graines au Nord-Ouest du Yunnan en 1924 dont sont issus 3 plants distribués dans les jardins suivant : Lanarth, Werrington et Borde Hill. Ces plants mériteraient un statut particulier dans l’espèce car à l'opposé de la variété mollicomata à laquelle ils sont rattachés, ils possèdent un port fastigié, ils fleurissent très tôt avec des fleurs en coupe et soucoupe d’une couleur d’un pourpre-violet cyclamen. Ce sont les moins rustiques ; à ce propos, le plant de Borde Hill (Sussex) est mort. Heureusement il avait été propagé avant de geler.
La rusticité générale varie suivant les variétés et cultivars entre la zone 9 et la zone 7.
Bien entendu les jardiniers ont hybridé M. Campbellii avec d'autres espèces aux fins d'obtenir des plantes plus rustiques tout en conservant les qualité de l'espèce.

Si vous avez de l'espace, si votre climat est propice, si vous avez beaucoup de temps devant vous et enfin si vous voulez bluffer vos visiteurs, alors plantez Magnolia Campbellii. Les risques de voir vos fleurs geler à peine ouvertes sont majeurs, mais quand par miracle il ne gèle pas durant la période, le spectacle est inoubliable.

divers_commentaire
Ceux qui ont lu la fiche sur Rhododendron 'Sir Charles Lemon' se souviennent que Sir Joseph Hooker (1817-1911) a exploré le Sikkim, l’Assam et le Bengale oriental entre 1849 et 1851. Il était basé à Darjeeling, alors sous le commandement de son Surintendant Archibald Campbell (1805-1878). C’est au cours d’une de ses expéditions, qu’accompagné de son ami d’université Thomas Thomson (1817-1878), il découvrit Magnolia Campbellii.
La première introduction de ce magnolia n’est pas exactement précisée. A propos de sa description dans « The Botanical Magazine » en 1885, Sir Joseph Hooker faisait remarquer qu’une fleur lui avait été adressée d’un jardin de Cork (Irlande) en 1878. Gardiner, qui fait autorité dans les magnolias, pense ainsi que l’introduction aurait eu lieu dans les années 1868.

    Magnolia Campbellii comprend plusieurs sous-espèces. Sans trop entrer dans les détails, les voici.
  • M. campbellii ssp. campbellii (Hooker & Thomson)- Originaire de l’Est du Népal, Sikkim, Bhoutan et Assam. Les fleurs sont, suivant les cultivars, roses ou blanches. Les plants sont normalement greffés, car issus de semis ils ne fleurissent qu’au bout de 30 ans.
  • 'Ambrose Congreve'
  • 'Betty Jessel'- Fleurs rouge violacé plus foncées et plus grandes que 'Darjeeling'.
  • 'Caerhays'- Fleurs aux tépales rose vif.
  • 'Charles Raffill'- Croisement entre M. campbellii var. campbellii et M. campbellii var. mollicomata. Port globulaire avec l'âge. Fleurs très nombreuses, aux tépales violet foncé à l'extérieur et blancs marginés de rose pourpre à l'intérieur.
  • 'Darjeeling'- Originaire du jardin botanique de Darjeeling aux fleurs foncées, rouge-pourpre particulièrement lumineuses.
  • 'Eric Walther'- Croisement entre M. campbellii var. campbellii et M. campbellii var. mollicomata. Fleurs rose foncé.
  • 'Good Pink'- Fleurs roses.
  • 'Hendrick's Park'- Fleurs très grandes, rose foncé.
  • 'John Gallagher'
  • 'Kew's Surprise'- Croisement entre M. campbellii var. campbellii et M. campbellii var. mollicomata. Fleurs rose pourpre, légèrement plus foncées que 'Charles Raffill'.
  • 'Lamellan Pink'
  • 'Lamellan White'
  • 'Landicla'- Fleurs teintées de rose pourpre.
  • 'Late Pink'- Fleurs roses, deux semaines après la pluspart des cultivars roses.
  • 'Princess Margaret'- Fleurs rouge pourpre à l'extérieur et blanc crème, teinté de pourpre à l'intérieur.
  • 'Queen Caroline'
  • 'Sidbury'- Croisement entre M. campbellii var. campbellii et M. campbellii var. mollicomata. Fleurs rose foncé, teintées de pourpre.
  • 'Strybing Pink'- Fleurs roses.
  • 'Wakehurst'- Fleurs rose pourpre, plus pâles que 'Charles Raffill'.
  • 'Washington Park'- Fleurs roses.
  • M. campbellii ssp. campbellii f. alba (Treseder) - Cette forme pousse dans le même habitat que M. Campbellii. C'est simplement une forme à fleurs blanches. Dans la nature on les rencontre en égal quantité. On trouve aussi des cultivars sélectionnés.
  • 'Chyverton'- Fleurs blanches. Ce cultivar est considéré comme une amélioration de la f. alba.
  • 'Ethel Hillier'- Fleurs blanches teintées de rose pâle.
  • 'Sir Harold Hillier'- Fleurs blanches.
  • 'Strybing White'- Fleurs blanc ivoire. Les feuilles et fleurs sont plus grandes que l'espèce type.
  • 'Trelissick Alba'- Fleurs blanches.
  • M. campbellii ssp. mollicomata (William Wright Smith) - Originaire du Sud-Est du Tibet, Nord de la Birmanie et l’Ouest du Yunnan ; découvert par George Forrest vers 1904. Le port est plus étalé et les fleurs en coupe et soucoupe, de couleur rose ou pourpre, éclosent plus tardivement. La variété mollicomata est réputée plus rustique, sans doute en raison de cette floraison plus tardive. Les semis demandent la moitié du temps pour fleurir (15 ans).
  • 'Borde Hill'- Fleurs roses foncé, plus grandes que la var. mollicomata.
  • 'Lanarth'- Très grandes fleurs lilas-pourpre foncé à rose-pourpre.
  • 'Maharaja'- Fleurs plates, blanches avec du pourpre à la base des tépales.
  • 'Maharanee'- Fleurs blanches.
  • 'Mary Williams'- Fleurs pourpres.
  • 'Peter Borlase'
  • 'Werrington'
  • F. 25655 - George Forrest a effectué une récolte de graines au Nord-Ouest du Yunnan en 1924 dont sont issus 3 plants distribués dans les jardins suivant : Lanarth, Werrington et Borde Hill. Ces plants mériteraient un statut particulier dans l’espèce car à l'opposé de la variété mollicomata à laquelle ils sont rattachés, ils possèdent un port fastigié, ils fleurissent très tôt avec des fleurs en coupe et soucoupe d’une couleur d’un pourpre-violet cyclamen. Ce sont les moins rustiques ; à ce propos, le plant de Borde Hill (Sussex) est mort. Heureusement il avait été propagé avant de geler.
La rusticité générale varie suivant les variétés et cultivars entre la zone 9 et la zone 7.
Bien entendu les jardiniers ont hybridé M. Campbellii avec d'autres espèces aux fins d'obtenir des plantes plus rustiques tout en conservant les qualité de l'espèce.

Si vous avez de l'espace, si votre climat est propice, si vous avez beaucoup de temps devant vous et enfin si vous voulez bluffer vos visiteurs, alors plantez Magnolia Campbellii. Les risques de voir vos fleurs geler à peine ouvertes sont majeurs, mais quand par miracle il ne gèle pas durant la période, le spectacle est inoubliable.

Modifications de Oli le 24/06/2012 19:41 :  [Cette modification est en attente d'approbation]
divers_commentaire
Ceux qui ont lu la fiche sur Rhododendron 'Sir Charles Lemon' se souviennent que Sir Joseph Hooker (1817-1911) a exploré le Sikkim, l’Assam et le Bengale oriental entre 1849 et 1851. Il était basé à Darjeeling, alors sous le commandement de son Surintendant Archibald Campbell (1805-1878). C’est au cours d’une de ses expéditions, qu’accompagné de son ami d’université Thomas Thomson (1817-1878), il découvrit Magnolia Campbellii.
La première introduction de ce magnolia n’est pas exactement précisée. A propos de sa description dans « The Botanical Magazine » en 1885, Sir Joseph Hooker faisait remarquer qu’une fleur lui avait été adressée d’un jardin de Cork (Irlande) en 1878. Gardiner, qui fait autorité dans les magnolias, pense ainsi que l’introduction aurait eu lieu dans les années 1868.

    Magnolia Campbellii comprend plusieurs sous-espèces. Sans trop entrer dans les détails, les voici.
  • M. campbellii ssp. campbellii (Hooker & Thomson)- Originaire de l’Est du Népal, Sikkim, Bhoutan et Assam. Les fleurs sont, suivant les cultivars, roses ou blanches. Les plants sont normalement greffés, car issus de semis ils ne fleurissent qu’au bout de 30 ans.
  • 'Betty Jessel'- Fleurs rouge violacé plus foncées et plus grandes que 'Darjeeling'.
  • 'Caerhays'- Fleurs aux tépales rose vif.
  • 'Charles Raffill'- Croisement entre M. campbellii var. campbellii et M. campbellii var. mollicomata. Port globulaire avec l'âge. Fleurs très nombreuses, aux tépales violet foncé à l'extérieur et blancs marginés de rose pourpre à l'intérieur.
  • 'Darjeeling'- Originaire du jardin botanique de Darjeeling aux fleurs foncées, rouge-pourpre particulièrement lumineuses.
  • 'Eric Walther'- Croisement entre M. campbellii var. campbellii et M. campbellii var. mollicomata. Fleurs rose foncé.
  • 'Ethel Hillier'- Fleurs blanches teintées de rose pâle.
  • 'Good Pink'- Fleurs roses.
  • 'Hendrick's Park'- Fleurs très grandes, rose foncé.
  • 'Kew's Surprise'- Croisement entre M. campbellii var. campbellii et M. campbellii var. mollicomata. Fleurs rose pourpre, légèrement plus foncées que 'Charles Raffill'.
  • 'Landicla'- Fleurs teintées de rose pourpre.
  • 'Late Pink'- Fleurs roses, deux semaines après la pluspart des cultivars roses.
  • 'Princess Margaret'- Fleurs rouge pourpre à l'extérieur et blanc crème, teinté de pourpre à l'intérieur.
  • 'Sidbury'- Croisement entre M. campbellii var. campbellii et M. campbellii var. mollicomata. Fleurs rose foncé, teintées de pourpre.
  • 'Sir Harold Hillier'- Fleurs blanches.
  • 'Strybing Pink'- Fleurs roses.
  • 'Wakehurst'- Fleurs rose pourpre, plus pâles que 'Charles Raffill'.
  • 'Washington Park'- Fleurs roses.
  • M. campbellii ssp. campbellii f. alba (Treseder) - Cette forme pousse dans le même habitat que M. Campbellii. C'est simplement une forme à fleurs blanches. Dans la nature on les rencontre en égal quantité. On trouve aussi des cultivars sélectionnés.
  • 'Chyverton'- Fleurs blanches. Ce cultivar est considéré comme une amélioration de la f. alba.
  • 'Strybing White'- Fleurs blanc ivoire. Les feuilles et fleurs sont plus grandes que l'espèce type.
  • M. campbellii ssp. mollicomata (William Wright Smith) - Originaire du Sud-Est du Tibet, Nord de la Birmanie et l’Ouest du Yunnan ; découvert par George Forrest vers 1904. Le port est plus étalé et les fleurs en coupe et soucoupe, de couleur rose ou pourpre, éclosent plus tardivement. La variété mollicomata est réputée plus rustique, sans doute en raison de cette floraison plus tardive. Les semis demandent la moitié du temps pour fleurir (15 ans).
  • 'Borde Hill'- Fleurs roses foncé, plus grandes que la var. mollicomata.
  • 'Lanarth'- Très grandes fleurs lilas-pourpre foncé à rose-pourpre.
  • 'Maharaja'- Fleurs plates, blanches avec du pourpre à la base des tépales.
  • 'Maharanee'- Fleurs blanches.
  • 'Mary Williams'- Fleurs pourpres.
  • F. 25655 - George Forrest a effectué une récolte de graines au Nord-Ouest du Yunnan en 1924 dont sont issus 3 plants distribués dans les jardins suivant : Lanarth, Werrington et Borde Hill. Ces plants mériteraient un statut particulier dans l’espèce car à l'opposé de la variété mollicomata à laquelle ils sont rattachés, ils possèdent un port fastigié, ils fleurissent très tôt avec des fleurs en coupe et soucoupe d’une couleur d’un pourpre-violet cyclamen. Ce sont les moins rustiques ; à ce propos, le plant de Borde Hill (Sussex) est mort. Heureusement il avait été propagé avant de geler.
La rusticité générale varie suivant les variétés et cultivars entre la zone 9 et la zone 7.
Bien entendu les jardiniers ont hybridé M. Campbellii avec d'autres espèces aux fins d'obtenir des plantes plus rustiques tout en conservant les qualité de l'espèce.

Si vous avez de l'espace, si votre climat est propice, si vous avez beaucoup de temps devant vous et enfin si vous voulez bluffer vos visiteurs, alors plantez Magnolia Campbellii. Les risques de voir vos fleurs geler à peine ouvertes sont majeurs, mais quand par miracle il ne gèle pas durant la période, le spectacle est inoubliable.

divers_commentaire
Ceux qui ont lu la fiche sur Rhododendron 'Sir Charles Lemon' se souviennent que Sir Joseph Hooker (1817-1911) a exploré le Sikkim, l’Assam et le Bengale oriental entre 1849 et 1851. Il était basé à Darjeeling, alors sous le commandement de son Surintendant Archibald Campbell (1805-1878). C’est au cours d’une de ses expéditions, qu’accompagné de son ami d’université Thomas Thomson (1817-1878), il découvrit Magnolia Campbellii.
La première introduction de ce magnolia n’est pas exactement précisée. A propos de sa description dans « The Botanical Magazine » en 1885, Sir Joseph Hooker faisait remarquer qu’une fleur lui avait été adressée d’un jardin de Cork (Irlande) en 1878. Gardiner, qui fait autorité dans les magnolias, pense ainsi que l’introduction aurait eu lieu dans les années 1868.

    Magnolia Campbellii comprend plusieurs sous-espèces. Sans trop entrer dans les détails, les voici.
  • M. campbellii ssp. campbellii (Hooker & Thomson)- Originaire de l’Est du Népal, Sikkim, Bhoutan et Assam. Les fleurs sont, suivant les cultivars, roses ou blanches. Les plants sont normalement greffés, car issus de semis ils ne fleurissent qu’au bout de 30 ans.
  • 'Betty Jessel'- Fleurs rouge violacé plus foncées et plus grandes que 'Darjeeling'.
  • 'Caerhays'- Fleurs aux tépales rose vif.
  • 'Charles Raffill'- Croisement entre M. campbellii var. campbellii et M. campbellii var. mollicomata. Port globulaire avec l'âge. Fleurs très nombreuses, aux tépales violet foncé à l'extérieur et blancs marginés de rose pourpre à l'intérieur.
  • 'Darjeeling'- Originaire du jardin botanique de Darjeeling aux fleurs foncées, rouge-pourpre particulièrement lumineuses.
  • 'Eric Walther'- Croisement entre M. campbellii var. campbellii et M. campbellii var. mollicomata. Fleurs rose foncé.
  • 'Good Pink'- Fleurs roses.
  • 'Hendrick's Park'- Fleurs très grandes, rose foncé.
  • 'Kew's Surprise'- Croisement entre M. campbellii var. campbellii et M. campbellii var. mollicomata. Fleurs rose pourpre, légèrement plus foncées que 'Charles Raffill'.
  • 'Landicla'- Fleurs teintées de rose pourpre.
  • 'Late Pink'- Fleurs roses, deux semaines après la pluspart des cultivars roses.
  • 'Princess Margaret'- Fleurs rouge pourpre à l'extérieur et blanc crème, teinté de pourpre à l'intérieur.
  • 'Sidbury'- Croisement entre M. campbellii var. campbellii et M. campbellii var. mollicomata. Fleurs rose foncé, teintées de pourpre.
  • 'Strybing Pink'- Fleurs roses.
  • 'Wakehurst'- Fleurs rose pourpre, plus pâles que 'Charles Raffill'.
  • 'Washington Park'- Fleurs roses.
  • M. campbellii ssp. campbellii f. alba (Treseder) - Cette forme pousse dans le même habitat que M. Campbellii. C'est simplement une forme à fleurs blanches. Dans la nature on les rencontre en égal quantité. On trouve aussi des cultivars sélectionnés.
  • 'Chyverton'- Fleurs blanches. Ce cultivar est considéré comme une amélioration de la f. alba.
  • 'Ethel Hillier'- Fleurs blanches teintées de rose pâle.
  • 'Sir Harold Hillier'- Fleurs blanches.
  • 'Strybing White'- Fleurs blanc ivoire. Les feuilles et fleurs sont plus grandes que l'espèce type.
  • 'Trelissick Alba'- Fleurs blanches.
  • M. campbellii ssp. mollicomata (William Wright Smith) - Originaire du Sud-Est du Tibet, Nord de la Birmanie et l’Ouest du Yunnan ; découvert par George Forrest vers 1904. Le port est plus étalé et les fleurs en coupe et soucoupe, de couleur rose ou pourpre, éclosent plus tardivement. La variété mollicomata est réputée plus rustique, sans doute en raison de cette floraison plus tardive. Les semis demandent la moitié du temps pour fleurir (15 ans).
  • 'Borde Hill'- Fleurs roses foncé, plus grandes que la var. mollicomata.
  • 'Lanarth'- Très grandes fleurs lilas-pourpre foncé à rose-pourpre.
  • 'Maharaja'- Fleurs plates, blanches avec du pourpre à la base des tépales.
  • 'Maharanee'- Fleurs blanches.
  • 'Mary Williams'- Fleurs pourpres.
  • F. 25655 - George Forrest a effectué une récolte de graines au Nord-Ouest du Yunnan en 1924 dont sont issus 3 plants distribués dans les jardins suivant : Lanarth, Werrington et Borde Hill. Ces plants mériteraient un statut particulier dans l’espèce car à l'opposé de la variété mollicomata à laquelle ils sont rattachés, ils possèdent un port fastigié, ils fleurissent très tôt avec des fleurs en coupe et soucoupe d’une couleur d’un pourpre-violet cyclamen. Ce sont les moins rustiques ; à ce propos, le plant de Borde Hill (Sussex) est mort. Heureusement il avait été propagé avant de geler.
La rusticité générale varie suivant les variétés et cultivars entre la zone 9 et la zone 7.
Bien entendu les jardiniers ont hybridé M. Campbellii avec d'autres espèces aux fins d'obtenir des plantes plus rustiques tout en conservant les qualité de l'espèce.

Si vous avez de l'espace, si votre climat est propice, si vous avez beaucoup de temps devant vous et enfin si vous voulez bluffer vos visiteurs, alors plantez Magnolia Campbellii. Les risques de voir vos fleurs geler à peine ouvertes sont majeurs, mais quand par miracle il ne gèle pas durant la période, le spectacle est inoubliable.

Modifications de Oli le 24/06/2012 19:36 :  [Cette modification est en attente d'approbation]
divers_commentaire
Ceux qui ont lu la fiche sur Rhododendron 'Sir Charles Lemon' se souviennent que Sir Joseph Hooker (1817-1911) a exploré le Sikkim, l’Assam et le Bengale oriental entre 1849 et 1851. Il était basé à Darjeeling, alors sous le commandement de son Surintendant Archibald Campbell (1805-1878). C’est au cours d’une de ses expéditions, qu’accompagné de son ami d’université Thomas Thomson (1817-1878), il découvrit Magnolia Campbellii.
La première introduction de ce magnolia n’est pas exactement précisée. A propos de sa description dans « The Botanical Magazine » en 1885, Sir Joseph Hooker faisait remarquer qu’une fleur lui avait été adressée d’un jardin de Cork (Irlande) en 1878. Gardiner, qui fait autorité dans les magnolias, pense ainsi que l’introduction aurait eu lieu dans les années 1868.

    Magnolia Campbellii comprend plusieurs sous-espèces. Sans trop entrer dans les détails, les voici.
  • M. campbellii ssp. campbellii (Hooker & Thomson)- Originaire de l’Est du Népal, Sikkim, Bhoutan et Assam. Les fleurs sont, suivant les cultivars, roses ou blanches. Les plants sont normalement greffés, car issus de semis ils ne fleurissent qu’au bout de 30 ans.
  • 'Betty Jessel'- Fleurs rouge violacé plus foncées et plus grandes que 'Darjeeling'.
  • 'Caerhays'- Fleurs aux tépales rose vif.
  • 'Charles Raffill'- Croisement entre M. campbellii var. campbellii et M. campbellii var. mollicomata. Port globulaire avec l'âge. Fleurs très nombreuses, aux tépales violet foncé à l'extérieur et blancs marginés de rose pourpre à l'intérieur.
  • 'Darjeeling'- Originaire du jardin botanique de Darjeeling aux fleurs foncées, rouge-pourpre particulièrement lumineuses.
  • 'Eric Walther'- Croisement entre M. campbellii var. campbellii et M. campbellii var. mollicomata. Fleurs rose foncé.
  • 'Ethel Hillier'- Fleurs blanches teintées de rose pâle.
  • 'Good Pink'- Fleurs roses.
  • 'Hendrick's Park'- Fleurs très grandes, rose foncé.
  • 'Kew's Surprise'- Croisement entre M. campbellii var. campbellii et M. campbellii var. mollicomata. Fleurs rose pourpre, légèrement plus foncées que 'Charles Raffill'.
  • 'Landicla'- Fleurs teintées de rose pourpre.
  • 'Late Pink'- Fleurs roses, deux semaines après la pluspart des cultivars roses.
  • 'Princess Margaret'- Fleurs rouge pourpre à l'extérieur et blanc crème, teinté de pourpre à l'intérieur.
  • M. campbellii ssp. campbellii f. alba (Treseder) - Cette forme pousse dans le même habitat que M. Campbellii. C'est simplement une forme à fleurs blanches. Dans la nature on les rencontre en égal quantité. On trouve aussi des cultivars sélectionnés.
  • 'Chyverton'- Fleurs blanches. Ce cultivar est considéré comme une amélioration de la f. alba.
  • M. campbellii ssp. mollicomata (William Wright Smith) - Originaire du Sud-Est du Tibet, Nord de la Birmanie et l’Ouest du Yunnan ; découvert par George Forrest vers 1904. Le port est plus étalé et les fleurs en coupe et soucoupe, de couleur rose ou pourpre, éclosent plus tardivement. La variété mollicomata est réputée plus rustique, sans doute en raison de cette floraison plus tardive. Les semis demandent la moitié du temps pour fleurir (15 ans).
  • 'Borde Hill'- Fleurs roses foncé, plus grandes que la var. mollicomata.
  • 'Lanarth'- Très grandes fleurs lilas-pourpre foncé à rose-pourpre.
  • 'Maharaja'- Fleurs plates, blanches avec du pourpre à la base des tépales.
  • 'Maharanee'- Fleurs blanches.
  • 'Mary Williams'- Fleurs pourpres.
  • F. 25655 - George Forrest a effectué une récolte de graines au Nord-Ouest du Yunnan en 1924 dont sont issus 3 plants distribués dans les jardins suivant : Lanarth, Werrington et Borde Hill. Ces plants mériteraient un statut particulier dans l’espèce car à l'opposé de la variété mollicomata à laquelle ils sont rattachés, ils possèdent un port fastigié, ils fleurissent très tôt avec des fleurs en coupe et soucoupe d’une couleur d’un pourpre-violet cyclamen. Ce sont les moins rustiques ; à ce propos, le plant de Borde Hill (Sussex) est mort. Heureusement il avait été propagé avant de geler.
La rusticité générale varie suivant les variétés et cultivars entre la zone 9 et la zone 7.
Bien entendu les jardiniers ont hybridé M. Campbellii avec d'autres espèces aux fins d'obtenir des plantes plus rustiques tout en conservant les qualité de l'espèce.

Si vous avez de l'espace, si votre climat est propice, si vous avez beaucoup de temps devant vous et enfin si vous voulez bluffer vos visiteurs, alors plantez Magnolia Campbellii. Les risques de voir vos fleurs geler à peine ouvertes sont majeurs, mais quand par miracle il ne gèle pas durant la période, le spectacle est inoubliable.

divers_commentaire
Ceux qui ont lu la fiche sur Rhododendron 'Sir Charles Lemon' se souviennent que Sir Joseph Hooker (1817-1911) a exploré le Sikkim, l’Assam et le Bengale oriental entre 1849 et 1851. Il était basé à Darjeeling, alors sous le commandement de son Surintendant Archibald Campbell (1805-1878). C’est au cours d’une de ses expéditions, qu’accompagné de son ami d’université Thomas Thomson (1817-1878), il découvrit Magnolia Campbellii.
La première introduction de ce magnolia n’est pas exactement précisée. A propos de sa description dans « The Botanical Magazine » en 1885, Sir Joseph Hooker faisait remarquer qu’une fleur lui avait été adressée d’un jardin de Cork (Irlande) en 1878. Gardiner, qui fait autorité dans les magnolias, pense ainsi que l’introduction aurait eu lieu dans les années 1868.

    Magnolia Campbellii comprend plusieurs sous-espèces. Sans trop entrer dans les détails, les voici.
  • M. campbellii ssp. campbellii (Hooker & Thomson)- Originaire de l’Est du Népal, Sikkim, Bhoutan et Assam. Les fleurs sont, suivant les cultivars, roses ou blanches. Les plants sont normalement greffés, car issus de semis ils ne fleurissent qu’au bout de 30 ans.
  • 'Betty Jessel'- Fleurs rouge violacé plus foncées et plus grandes que 'Darjeeling'.
  • 'Caerhays'- Fleurs aux tépales rose vif.
  • 'Charles Raffill'- Croisement entre M. campbellii var. campbellii et M. campbellii var. mollicomata. Port globulaire avec l'âge. Fleurs très nombreuses, aux tépales violet foncé à l'extérieur et blancs marginés de rose pourpre à l'intérieur.
  • 'Darjeeling'- Originaire du jardin botanique de Darjeeling aux fleurs foncées, rouge-pourpre particulièrement lumineuses.
  • 'Eric Walther'- Croisement entre M. campbellii var. campbellii et M. campbellii var. mollicomata. Fleurs rose foncé.
  • 'Ethel Hillier'- Fleurs blanches teintées de rose pâle.
  • 'Good Pink'- Fleurs roses.
  • 'Hendrick's Park'- Fleurs très grandes, rose foncé.
  • 'Kew's Surprise'- Croisement entre M. campbellii var. campbellii et M. campbellii var. mollicomata. Fleurs rose pourpre, légèrement plus foncées que 'Charles Raffill'.
  • 'Landicla'- Fleurs teintées de rose pourpre.
  • 'Late Pink'- Fleurs roses, deux semaines après la pluspart des cultivars roses.
  • 'Princess Margaret'- Fleurs rouge pourpre à l'extérieur et blanc crème, teinté de pourpre à l'intérieur.
  • 'Sidbury'- Croisement entre M. campbellii var. campbellii et M. campbellii var. mollicomata. Fleurs rose foncé, teintées de pourpre.
  • 'Sir Harold Hillier'- Fleurs blanches.
  • 'Strybing Pink'- Fleurs roses.
  • 'Wakehurst'- Fleurs rose pourpre, plus pâles que 'Charles Raffill'.
  • 'Washington Park'- Fleurs roses.
  • M. campbellii ssp. campbellii f. alba (Treseder) - Cette forme pousse dans le même habitat que M. Campbellii. C'est simplement une forme à fleurs blanches. Dans la nature on les rencontre en égal quantité. On trouve aussi des cultivars sélectionnés.
  • 'Chyverton'- Fleurs blanches. Ce cultivar est considéré comme une amélioration de la f. alba.
  • 'Strybing White'- Fleurs blanc ivoire. Les feuilles et fleurs sont plus grandes que l'espèce type.
  • M. campbellii ssp. mollicomata (William Wright Smith) - Originaire du Sud-Est du Tibet, Nord de la Birmanie et l’Ouest du Yunnan ; découvert par George Forrest vers 1904. Le port est plus étalé et les fleurs en coupe et soucoupe, de couleur rose ou pourpre, éclosent plus tardivement. La variété mollicomata est réputée plus rustique, sans doute en raison de cette floraison plus tardive. Les semis demandent la moitié du temps pour fleurir (15 ans).
  • 'Borde Hill'- Fleurs roses foncé, plus grandes que la var. mollicomata.
  • 'Lanarth'- Très grandes fleurs lilas-pourpre foncé à rose-pourpre.
  • 'Maharaja'- Fleurs plates, blanches avec du pourpre à la base des tépales.
  • 'Maharanee'- Fleurs blanches.
  • 'Mary Williams'- Fleurs pourpres.
  • F. 25655 - George Forrest a effectué une récolte de graines au Nord-Ouest du Yunnan en 1924 dont sont issus 3 plants distribués dans les jardins suivant : Lanarth, Werrington et Borde Hill. Ces plants mériteraient un statut particulier dans l’espèce car à l'opposé de la variété mollicomata à laquelle ils sont rattachés, ils possèdent un port fastigié, ils fleurissent très tôt avec des fleurs en coupe et soucoupe d’une couleur d’un pourpre-violet cyclamen. Ce sont les moins rustiques ; à ce propos, le plant de Borde Hill (Sussex) est mort. Heureusement il avait été propagé avant de geler.
La rusticité générale varie suivant les variétés et cultivars entre la zone 9 et la zone 7.
Bien entendu les jardiniers ont hybridé M. Campbellii avec d'autres espèces aux fins d'obtenir des plantes plus rustiques tout en conservant les qualité de l'espèce.

Si vous avez de l'espace, si votre climat est propice, si vous avez beaucoup de temps devant vous et enfin si vous voulez bluffer vos visiteurs, alors plantez Magnolia Campbellii. Les risques de voir vos fleurs geler à peine ouvertes sont majeurs, mais quand par miracle il ne gèle pas durant la période, le spectacle est inoubliable.

Modifications de Oli le 24/06/2012 19:25 :  [Cette modification est en attente d'approbation]
divers_commentaire
Ceux qui ont lu la fiche sur Rhododendron 'Sir Charles Lemon' se souviennent que Sir Joseph Hooker (1817-1911) a exploré le Sikkim, l’Assam et le Bengale oriental entre 1849 et 1851. Il était basé à Darjeeling, alors sous le commandement de son Surintendant Archibald Campbell (1805-1878). C’est au cours d’une de ses expéditions, qu’accompagné de son ami d’université Thomas Thomson (1817-1878), il découvrit Magnolia Campbellii.
La première introduction de ce magnolia n’est pas exactement précisée. A propos de sa description dans « The Botanical Magazine » en 1885, Sir Joseph Hooker faisait remarquer qu’une fleur lui avait été adressée d’un jardin de Cork (Irlande) en 1878. Gardiner, qui fait autorité dans les magnolias, pense ainsi que l’introduction aurait eu lieu dans les années 1868.

    Magnolia Campbellii comprend plusieurs sous-espèces. Sans trop entrer dans les détails, les voici.
  • M. campbellii ssp. campbellii (Hooker & Thomson)- Originaire de l’Est du Népal, Sikkim, Bhoutan et Assam. Les fleurs sont, suivant les cultivars, roses ou blanches. Les plants sont normalement greffés, car issus de semis ils ne fleurissent qu’au bout de 30 ans.
  • 'Betty Jessel'- Fleurs rouge violacé plus foncées et plus grandes que 'Darjeeling'.
  • 'Caerhays'- Fleurs aux tépales rose vif.
  • 'Charles Raffill'- Croisement entre M. campbellii var. campbellii et M. campbellii var. mollicomata. Port globulaire avec l'âge. Fleurs très nombreuses, aux tépales violet foncé à l'extérieur et blancs marginés de rose pourpre à l'intérieur.
  • 'Darjeeling'- Originaire du jardin botanique de Darjeeling aux fleurs foncées, rouge-pourpre particulièrement lumineuses.
  • 'Eric Walther'- Croisement entre M. campbellii var. campbellii et M. campbellii var. mollicomata. Fleurs rose foncé.
  • 'Ethel Hillier'- Fleurs blanches teintées de rose pâle.
  • 'Good Pink'
  • - Fleurs roses.
  • 'Hendrick's Park'- Fleurs très grandes, rose foncé.
  • 'Kew's Surprise'- Croisement entre M. campbellii var. campbellii et M. campbellii var. mollicomata. Fleurs rose pourpre, légèrement plus foncées que 'Charles Raffill'.
  • 'Landicla'- Fleurs teintées de rose pourpre.
  • 'Late Pink'- Fleurs roses, deux semaines après la pluspart des cultivars roses.
  • 'Princess Margaret'- Fleurs rouge pourpre à l'extérieur et blanc crème, teinté de pourpre à l'intérieur.
  • M. campbellii ssp. campbellii f. alba (Treseder) - Cette forme pousse dans le même habitat que M. Campbellii. C'est simplement une forme à fleurs blanches. Dans la nature on les rencontre en égal quantité. On trouve aussi des cultivars sélectionnés.
  • 'Chyverton'- Fleurs blanches. Ce cultivar est considéré comme une amélioration de la f. alba.
  • M. campbellii ssp. mollicomata (William Wright Smith) - Originaire du Sud-Est du Tibet, Nord de la Birmanie et l’Ouest du Yunnan ; découvert par George Forrest vers 1904. Le port est plus étalé et les fleurs en coupe et soucoupe, de couleur rose ou pourpre, éclosent plus tardivement. La variété mollicomata est réputée plus rustique, sans doute en raison de cette floraison plus tardive. Les semis demandent la moitié du temps pour fleurir (15 ans).
  • 'Borde Hill'- Fleurs roses foncé, plus grandes que la var. mollicomata.
  • 'Lanarth'- Très grandes fleurs lilas-pourpre foncé à rose-pourpre.
  • 'Maharaja'- Fleurs plates, blanches avec du pourpre à la base des tépales.
  • 'Maharanee'- Fleurs blanches.
  • 'Mary Williams'- Fleurs pourpres.
  • F. 25655 - George Forrest a effectué une récolte de graines au Nord-Ouest du Yunnan en 1924 dont sont issus 3 plants distribués dans les jardins suivant : Lanarth, Werrington et Borde Hill. Ces plants mériteraient un statut particulier dans l’espèce car à l'opposé de la variété mollicomata à laquelle ils sont rattachés, ils possèdent un port fastigié, ils fleurissent très tôt avec des fleurs en coupe et soucoupe d’une couleur d’un pourpre-violet cyclamen. Ce sont les moins rustiques ; à ce propos, le plant de Borde Hill (Sussex) est mort. Heureusement il avait été propagé avant de geler.
La rusticité générale varie suivant les variétés et cultivars entre la zone 9 et la zone 7.
Bien entendu les jardiniers ont hybridé M. Campbellii avec d'autres espèces aux fins d'obtenir des plantes plus rustiques tout en conservant les qualité de l'espèce.

Si vous avez de l'espace, si votre climat est propice, si vous avez beaucoup de temps devant vous et enfin si vous voulez bluffer vos visiteurs, alors plantez Magnolia Campbellii. Les risques de voir vos fleurs geler à peine ouvertes sont majeurs, mais quand par miracle il ne gèle pas durant la période, le spectacle est inoubliable.

divers_commentaire
Ceux qui ont lu la fiche sur Rhododendron 'Sir Charles Lemon' se souviennent que Sir Joseph Hooker (1817-1911) a exploré le Sikkim, l’Assam et le Bengale oriental entre 1849 et 1851. Il était basé à Darjeeling, alors sous le commandement de son Surintendant Archibald Campbell (1805-1878). C’est au cours d’une de ses expéditions, qu’accompagné de son ami d’université Thomas Thomson (1817-1878), il découvrit Magnolia Campbellii.
La première introduction de ce magnolia n’est pas exactement précisée. A propos de sa description dans « The Botanical Magazine » en 1885, Sir Joseph Hooker faisait remarquer qu’une fleur lui avait été adressée d’un jardin de Cork (Irlande) en 1878. Gardiner, qui fait autorité dans les magnolias, pense ainsi que l’introduction aurait eu lieu dans les années 1868.

    Magnolia Campbellii comprend plusieurs sous-espèces. Sans trop entrer dans les détails, les voici.
  • M. campbellii ssp. campbellii (Hooker & Thomson)- Originaire de l’Est du Népal, Sikkim, Bhoutan et Assam. Les fleurs sont, suivant les cultivars, roses ou blanches. Les plants sont normalement greffés, car issus de semis ils ne fleurissent qu’au bout de 30 ans.
  • 'Betty Jessel'- Fleurs rouge violacé plus foncées et plus grandes que 'Darjeeling'.
  • 'Caerhays'- Fleurs aux tépales rose vif.
  • 'Charles Raffill'- Croisement entre M. campbellii var. campbellii et M. campbellii var. mollicomata. Port globulaire avec l'âge. Fleurs très nombreuses, aux tépales violet foncé à l'extérieur et blancs marginés de rose pourpre à l'intérieur.
  • 'Darjeeling'- Originaire du jardin botanique de Darjeeling aux fleurs foncées, rouge-pourpre particulièrement lumineuses.
  • 'Eric Walther'- Croisement entre M. campbellii var. campbellii et M. campbellii var. mollicomata. Fleurs rose foncé.
  • 'Ethel Hillier'- Fleurs blanches teintées de rose pâle.
  • 'Good Pink'- Fleurs roses.
  • 'Hendrick's Park'- Fleurs très grandes, rose foncé.
  • 'Kew's Surprise'- Croisement entre M. campbellii var. campbellii et M. campbellii var. mollicomata. Fleurs rose pourpre, légèrement plus foncées que 'Charles Raffill'.
  • 'Landicla'- Fleurs teintées de rose pourpre.
  • 'Late Pink'- Fleurs roses, deux semaines après la pluspart des cultivars roses.
  • 'Princess Margaret'- Fleurs rouge pourpre à l'extérieur et blanc crème, teinté de pourpre à l'intérieur.
  • M. campbellii ssp. campbellii f. alba (Treseder) - Cette forme pousse dans le même habitat que M. Campbellii. C'est simplement une forme à fleurs blanches. Dans la nature on les rencontre en égal quantité. On trouve aussi des cultivars sélectionnés.
  • 'Chyverton'- Fleurs blanches. Ce cultivar est considéré comme une amélioration de la f. alba.
  • M. campbellii ssp. mollicomata (William Wright Smith) - Originaire du Sud-Est du Tibet, Nord de la Birmanie et l’Ouest du Yunnan ; découvert par George Forrest vers 1904. Le port est plus étalé et les fleurs en coupe et soucoupe, de couleur rose ou pourpre, éclosent plus tardivement. La variété mollicomata est réputée plus rustique, sans doute en raison de cette floraison plus tardive. Les semis demandent la moitié du temps pour fleurir (15 ans).
  • 'Borde Hill'- Fleurs roses foncé, plus grandes que la var. mollicomata.
  • 'Lanarth'- Très grandes fleurs lilas-pourpre foncé à rose-pourpre.
  • 'Maharaja'- Fleurs plates, blanches avec du pourpre à la base des tépales.
  • 'Maharanee'- Fleurs blanches.
  • 'Mary Williams'- Fleurs pourpres.
  • F. 25655 - George Forrest a effectué une récolte de graines au Nord-Ouest du Yunnan en 1924 dont sont issus 3 plants distribués dans les jardins suivant : Lanarth, Werrington et Borde Hill. Ces plants mériteraient un statut particulier dans l’espèce car à l'opposé de la variété mollicomata à laquelle ils sont rattachés, ils possèdent un port fastigié, ils fleurissent très tôt avec des fleurs en coupe et soucoupe d’une couleur d’un pourpre-violet cyclamen. Ce sont les moins rustiques ; à ce propos, le plant de Borde Hill (Sussex) est mort. Heureusement il avait été propagé avant de geler.
La rusticité générale varie suivant les variétés et cultivars entre la zone 9 et la zone 7.
Bien entendu les jardiniers ont hybridé M. Campbellii avec d'autres espèces aux fins d'obtenir des plantes plus rustiques tout en conservant les qualité de l'espèce.

Si vous avez de l'espace, si votre climat est propice, si vous avez beaucoup de temps devant vous et enfin si vous voulez bluffer vos visiteurs, alors plantez Magnolia Campbellii. Les risques de voir vos fleurs geler à peine ouvertes sont majeurs, mais quand par miracle il ne gèle pas durant la période, le spectacle est inoubliable.

Modifications de Oli le 24/06/2012 19:25 :  [Cette modification est en attente d'approbation]
divers_commentaire
Ceux qui ont lu la fiche sur Rhododendron 'Sir Charles Lemon' se souviennent que Sir Joseph Hooker (1817-1911) a exploré le Sikkim, l’Assam et le Bengale oriental entre 1849 et 1851. Il était basé à Darjeeling, alors sous le commandement de son Surintendant Archibald Campbell (1805-1878). C’est au cours d’une de ses expéditions, qu’accompagné de son ami d’université Thomas Thomson (1817-1878), il découvrit Magnolia Campbellii.
La première introduction de ce magnolia n’est pas exactement précisée. A propos de sa description dans « The Botanical Magazine » en 1885, Sir Joseph Hooker faisait remarquer qu’une fleur lui avait été adressée d’un jardin de Cork (Irlande) en 1878. Gardiner, qui fait autorité dans les magnolias, pense ainsi que l’introduction aurait eu lieu dans les années 1868.

    Magnolia Campbellii comprend plusieurs sous-espèces. Sans trop entrer dans les détails, les voici.
  • M. campbellii ssp. campbellii (Hooker & Thomson)- Originaire de l’Est du Népal, Sikkim, Bhoutan et Assam. Les fleurs sont, suivant les cultivars, roses ou blanches. Les plants sont normalement greffés, car issus de semis ils ne fleurissent qu’au bout de 30 ans.
  • 'Betty Jessel'- Fleurs rouge violacé plus foncées et plus grandes que 'Darjeeling'.
  • 'Caerhays'- Fleurs aux tépales rose vif.
  • 'Charles Raffill'- Croisement entre M. campbellii var. campbellii et M. campbellii var. mollicomata. Port globulaire avec l'âge. Fleurs très nombreuses, aux tépales violet foncé à l'extérieur et blancs marginés de rose pourpre à l'intérieur.
  • 'Darjeeling'- Originaire du jardin botanique de Darjeeling aux fleurs foncées, rouge-pourpre particulièrement lumineuses.
  • 'Eric Walther'- Croisement entre M. campbellii var. campbellii et M. campbellii var. mollicomata. Fleurs rose foncé.
  • 'Ethel Hillier'
  • - Fleurs blanches teintées de rose pâle.
  • 'Good Pink'
  • - Fleurs roses.
  • 'Hendrick's Park'- Fleurs très grandes, rose foncé.
  • 'Kew's Surprise'- Croisement entre M. campbellii var. campbellii et M. campbellii var. mollicomata. Fleurs rose pourpre, légèrement plus foncées que 'Charles Raffill'.
  • 'Landicla'- Fleurs teintées de rose pourpre.
  • 'Late Pink'- Fleurs roses, deux semaines après la pluspart des cultivars roses.
  • 'Princess Margaret'- Fleurs rouge pourpre à l'extérieur et blanc crème, teinté de pourpre à l'intérieur.
  • M. campbellii ssp. campbellii f. alba (Treseder) - Cette forme pousse dans le même habitat que M. Campbellii. C'est simplement une forme à fleurs blanches. Dans la nature on les rencontre en égal quantité. On trouve aussi des cultivars sélectionnés.
  • 'Chyverton'- Fleurs blanches. Ce cultivar est considéré comme une amélioration de la f. alba.
  • M. campbellii ssp. mollicomata (William Wright Smith) - Originaire du Sud-Est du Tibet, Nord de la Birmanie et l’Ouest du Yunnan ; découvert par George Forrest vers 1904. Le port est plus étalé et les fleurs en coupe et soucoupe, de couleur rose ou pourpre, éclosent plus tardivement. La variété mollicomata est réputée plus rustique, sans doute en raison de cette floraison plus tardive. Les semis demandent la moitié du temps pour fleurir (15 ans).
  • 'Borde Hill'- Fleurs roses foncé, plus grandes que la var. mollicomata.
  • 'Lanarth'- Très grandes fleurs lilas-pourpre foncé à rose-pourpre.
  • 'Maharaja'- Fleurs plates, blanches avec du pourpre à la base des tépales.
  • 'Maharanee'- Fleurs blanches.
  • 'Mary Williams'- Fleurs pourpres.
  • F. 25655 - George Forrest a effectué une récolte de graines au Nord-Ouest du Yunnan en 1924 dont sont issus 3 plants distribués dans les jardins suivant : Lanarth, Werrington et Borde Hill. Ces plants mériteraient un statut particulier dans l’espèce car à l'opposé de la variété mollicomata à laquelle ils sont rattachés, ils possèdent un port fastigié, ils fleurissent très tôt avec des fleurs en coupe et soucoupe d’une couleur d’un pourpre-violet cyclamen. Ce sont les moins rustiques ; à ce propos, le plant de Borde Hill (Sussex) est mort. Heureusement il avait été propagé avant de geler.
La rusticité générale varie suivant les variétés et cultivars entre la zone 9 et la zone 7.
Bien entendu les jardiniers ont hybridé M. Campbellii avec d'autres espèces aux fins d'obtenir des plantes plus rustiques tout en conservant les qualité de l'espèce.

Si vous avez de l'espace, si votre climat est propice, si vous avez beaucoup de temps devant vous et enfin si vous voulez bluffer vos visiteurs, alors plantez Magnolia Campbellii. Les risques de voir vos fleurs geler à peine ouvertes sont majeurs, mais quand par miracle il ne gèle pas durant la période, le spectacle est inoubliable.

divers_commentaire
Ceux qui ont lu la fiche sur Rhododendron 'Sir Charles Lemon' se souviennent que Sir Joseph Hooker (1817-1911) a exploré le Sikkim, l’Assam et le Bengale oriental entre 1849 et 1851. Il était basé à Darjeeling, alors sous le commandement de son Surintendant Archibald Campbell (1805-1878). C’est au cours d’une de ses expéditions, qu’accompagné de son ami d’université Thomas Thomson (1817-1878), il découvrit Magnolia Campbellii.
La première introduction de ce magnolia n’est pas exactement précisée. A propos de sa description dans « The Botanical Magazine » en 1885, Sir Joseph Hooker faisait remarquer qu’une fleur lui avait été adressée d’un jardin de Cork (Irlande) en 1878. Gardiner, qui fait autorité dans les magnolias, pense ainsi que l’introduction aurait eu lieu dans les années 1868.

    Magnolia Campbellii comprend plusieurs sous-espèces. Sans trop entrer dans les détails, les voici.
  • M. campbellii ssp. campbellii (Hooker & Thomson)- Originaire de l’Est du Népal, Sikkim, Bhoutan et Assam. Les fleurs sont, suivant les cultivars, roses ou blanches. Les plants sont normalement greffés, car issus de semis ils ne fleurissent qu’au bout de 30 ans.
  • 'Betty Jessel'- Fleurs rouge violacé plus foncées et plus grandes que 'Darjeeling'.
  • 'Caerhays'- Fleurs aux tépales rose vif.
  • 'Charles Raffill'- Croisement entre M. campbellii var. campbellii et M. campbellii var. mollicomata. Port globulaire avec l'âge. Fleurs très nombreuses, aux tépales violet foncé à l'extérieur et blancs marginés de rose pourpre à l'intérieur.
  • 'Darjeeling'- Originaire du jardin botanique de Darjeeling aux fleurs foncées, rouge-pourpre particulièrement lumineuses.
  • 'Eric Walther'- Croisement entre M. campbellii var. campbellii et M. campbellii var. mollicomata. Fleurs rose foncé.
  • 'Ethel Hillier'- Fleurs blanches teintées de rose pâle.
  • 'Good Pink'
  • - Fleurs roses.
  • 'Hendrick's Park'- Fleurs très grandes, rose foncé.
  • 'Kew's Surprise'- Croisement entre M. campbellii var. campbellii et M. campbellii var. mollicomata. Fleurs rose pourpre, légèrement plus foncées que 'Charles Raffill'.
  • 'Landicla'- Fleurs teintées de rose pourpre.
  • 'Late Pink'- Fleurs roses, deux semaines après la pluspart des cultivars roses.
  • 'Princess Margaret'- Fleurs rouge pourpre à l'extérieur et blanc crème, teinté de pourpre à l'intérieur.
  • M. campbellii ssp. campbellii f. alba (Treseder) - Cette forme pousse dans le même habitat que M. Campbellii. C'est simplement une forme à fleurs blanches. Dans la nature on les rencontre en égal quantité. On trouve aussi des cultivars sélectionnés.
  • 'Chyverton'- Fleurs blanches. Ce cultivar est considéré comme une amélioration de la f. alba.
  • M. campbellii ssp. mollicomata (William Wright Smith) - Originaire du Sud-Est du Tibet, Nord de la Birmanie et l’Ouest du Yunnan ; découvert par George Forrest vers 1904. Le port est plus étalé et les fleurs en coupe et soucoupe, de couleur rose ou pourpre, éclosent plus tardivement. La variété mollicomata est réputée plus rustique, sans doute en raison de cette floraison plus tardive. Les semis demandent la moitié du temps pour fleurir (15 ans).
  • 'Borde Hill'- Fleurs roses foncé, plus grandes que la var. mollicomata.
  • 'Lanarth'- Très grandes fleurs lilas-pourpre foncé à rose-pourpre.
  • 'Maharaja'- Fleurs plates, blanches avec du pourpre à la base des tépales.
  • 'Maharanee'- Fleurs blanches.
  • 'Mary Williams'- Fleurs pourpres.
  • F. 25655 - George Forrest a effectué une récolte de graines au Nord-Ouest du Yunnan en 1924 dont sont issus 3 plants distribués dans les jardins suivant : Lanarth, Werrington et Borde Hill. Ces plants mériteraient un statut particulier dans l’espèce car à l'opposé de la variété mollicomata à laquelle ils sont rattachés, ils possèdent un port fastigié, ils fleurissent très tôt avec des fleurs en coupe et soucoupe d’une couleur d’un pourpre-violet cyclamen. Ce sont les moins rustiques ; à ce propos, le plant de Borde Hill (Sussex) est mort. Heureusement il avait été propagé avant de geler.
La rusticité générale varie suivant les variétés et cultivars entre la zone 9 et la zone 7.
Bien entendu les jardiniers ont hybridé M. Campbellii avec d'autres espèces aux fins d'obtenir des plantes plus rustiques tout en conservant les qualité de l'espèce.

Si vous avez de l'espace, si votre climat est propice, si vous avez beaucoup de temps devant vous et enfin si vous voulez bluffer vos visiteurs, alors plantez Magnolia Campbellii. Les risques de voir vos fleurs geler à peine ouvertes sont majeurs, mais quand par miracle il ne gèle pas durant la période, le spectacle est inoubliable.

Modifications de Oli le 24/06/2012 19:24 :  [Cette modification est en attente d'approbation]
divers_commentaire
Ceux qui ont lu la fiche sur Rhododendron 'Sir Charles Lemon' se souviennent que Sir Joseph Hooker (1817-1911) a exploré le Sikkim, l’Assam et le Bengale oriental entre 1849 et 1851. Il était basé à Darjeeling, alors sous le commandement de son Surintendant Archibald Campbell (1805-1878). C’est au cours d’une de ses expéditions, qu’accompagné de son ami d’université Thomas Thomson (1817-1878), il découvrit Magnolia Campbellii.
La première introduction de ce magnolia n’est pas exactement précisée. A propos de sa description dans « The Botanical Magazine » en 1885, Sir Joseph Hooker faisait remarquer qu’une fleur lui avait été adressée d’un jardin de Cork (Irlande) en 1878. Gardiner, qui fait autorité dans les magnolias, pense ainsi que l’introduction aurait eu lieu dans les années 1868.

    Magnolia Campbellii comprend plusieurs sous-espèces. Sans trop entrer dans les détails, les voici.
  • M. campbellii ssp. campbellii (Hooker & Thomson)- Originaire de l’Est du Népal, Sikkim, Bhoutan et Assam. Les fleurs sont, suivant les cultivars, roses ou blanches. Les plants sont normalement greffés, car issus de semis ils ne fleurissent qu’au bout de 30 ans.
  • 'Betty Jessel'- Fleurs rouge violacé plus foncées et plus grandes que 'Darjeeling'.
  • 'Caerhays'- Fleurs aux tépales rose vif.
  • 'Charles Raffill'- Croisement entre M. campbellii var. campbellii et M. campbellii var. mollicomata. Port globulaire avec l'âge. Fleurs très nombreuses, aux tépales violet foncé à l'extérieur et blancs marginés de rose pourpre à l'intérieur.
  • 'Darjeeling'- Originaire du jardin botanique de Darjeeling aux fleurs foncées rouge-pourpre particulièrement lumineuses.
  • M. campbellii ssp. campbellii f. alba (Treseder) - Cette forme pousse dans le même habitat que M. Campbellii. C'est simplement une forme à fleurs blanches. Dans la nature on les rencontre en égal quantité. On trouve aussi des cultivars sélectionnés.
  • M. campbellii ssp. mollicomata (William Wright Smith) - Originaire du Sud-Est du Tibet, Nord de la Birmanie et l’Ouest du Yunnan ; découvert par George Forrest vers 1904. Le port est plus étalé et les fleurs en coupe et soucoupe, de couleur rose ou pourpre, éclosent plus tardivement. La variété mollicomata est réputée plus rustique, sans doute en raison de cette floraison plus tardive. Les semis demandent la moitié du temps pour fleurir (15 ans).
  • 'Borde Hill'- Fleurs roses foncé, plus grandes que la var. mollicomata.
  • F. 25655 - George Forrest a effectué une récolte de graines au Nord-Ouest du Yunnan en 1924 dont sont issus 3 plants distribués dans les jardins suivant : Lanarth, Werrington et Borde Hill. Ces plants mériteraient un statut particulier dans l’espèce car à l'opposé de la variété mollicomata à laquelle ils sont rattachés, ils possèdent un port fastigié, ils fleurissent très tôt avec des fleurs en coupe et soucoupe d’une couleur d’un pourpre-violet cyclamen. Ce sont les moins rustiques ; à ce propos, le plant de Borde Hill (Sussex) est mort. Heureusement il avait été propagé avant de geler.
La rusticité générale varie suivant les variétés et cultivars entre la zone 9 et la zone 7.
Bien entendu les jardiniers ont hybridé M. Campbellii avec d'autres espèces aux fins d'obtenir des plantes plus rustiques tout en conservant les qualité de l'espèce.

Si vous avez de l'espace, si votre climat est propice, si vous avez beaucoup de temps devant vous et enfin si vous voulez bluffer vos visiteurs, alors plantez Magnolia Campbellii. Les risques de voir vos fleurs geler à peine ouvertes sont majeurs, mais quand par miracle il ne gèle pas durant la période, le spectacle est inoubliable.

divers_commentaire
Ceux qui ont lu la fiche sur Rhododendron 'Sir Charles Lemon' se souviennent que Sir Joseph Hooker (1817-1911) a exploré le Sikkim, l’Assam et le Bengale oriental entre 1849 et 1851. Il était basé à Darjeeling, alors sous le commandement de son Surintendant Archibald Campbell (1805-1878). C’est au cours d’une de ses expéditions, qu’accompagné de son ami d’université Thomas Thomson (1817-1878), il découvrit Magnolia Campbellii.
La première introduction de ce magnolia n’est pas exactement précisée. A propos de sa description dans « The Botanical Magazine » en 1885, Sir Joseph Hooker faisait remarquer qu’une fleur lui avait été adressée d’un jardin de Cork (Irlande) en 1878. Gardiner, qui fait autorité dans les magnolias, pense ainsi que l’introduction aurait eu lieu dans les années 1868.

    Magnolia Campbellii comprend plusieurs sous-espèces. Sans trop entrer dans les détails, les voici.
  • M. campbellii ssp. campbellii (Hooker & Thomson)- Originaire de l’Est du Népal, Sikkim, Bhoutan et Assam. Les fleurs sont, suivant les cultivars, roses ou blanches. Les plants sont normalement greffés, car issus de semis ils ne fleurissent qu’au bout de 30 ans.
  • 'Betty Jessel'- Fleurs rouge violacé plus foncées et plus grandes que 'Darjeeling'.
  • 'Caerhays'- Fleurs aux tépales rose vif.
  • 'Charles Raffill'- Croisement entre M. campbellii var. campbellii et M. campbellii var. mollicomata. Port globulaire avec l'âge. Fleurs très nombreuses, aux tépales violet foncé à l'extérieur et blancs marginés de rose pourpre à l'intérieur.
  • 'Darjeeling'- Originaire du jardin botanique de Darjeeling aux fleurs foncées, rouge-pourpre particulièrement lumineuses.
  • 'Eric Walther'- Croisement entre M. campbellii var. campbellii et M. campbellii var. mollicomata. Fleurs rose foncé.
  • 'Ethel Hillier'
  • - Fleurs blanches teintées de rose pâle.
  • 'Good Pink'
  • - Fleurs roses.
  • 'Hendrick's Park'- Fleurs très grandes, rose foncé.
  • 'Kew's Surprise'- Croisement entre M. campbellii var. campbellii et M. campbellii var. mollicomata. Fleurs rose pourpre, légèrement plus foncées que 'Charles Raffill'.
  • 'Landicla'- Fleurs teintées de rose pourpre.
  • 'Late Pink'- Fleurs roses, deux semaines après la pluspart des cultivars roses.
  • 'Princess Margaret'- Fleurs rouge pourpre à l'extérieur et blanc crème, teinté de pourpre à l'intérieur.
  • M. campbellii ssp. campbellii f. alba (Treseder) - Cette forme pousse dans le même habitat que M. Campbellii. C'est simplement une forme à fleurs blanches. Dans la nature on les rencontre en égal quantité. On trouve aussi des cultivars sélectionnés.
  • 'Chyverton'- Fleurs blanches. Ce cultivar est considéré comme une amélioration de la f. alba.
  • M. campbellii ssp. mollicomata (William Wright Smith) - Originaire du Sud-Est du Tibet, Nord de la Birmanie et l’Ouest du Yunnan ; découvert par George Forrest vers 1904. Le port est plus étalé et les fleurs en coupe et soucoupe, de couleur rose ou pourpre, éclosent plus tardivement. La variété mollicomata est réputée plus rustique, sans doute en raison de cette floraison plus tardive. Les semis demandent la moitié du temps pour fleurir (15 ans).
  • 'Borde Hill'- Fleurs roses foncé, plus grandes que la var. mollicomata.
  • 'Lanarth'- Très grandes fleurs lilas-pourpre foncé à rose-pourpre.
  • 'Maharaja'- Fleurs plates, blanches avec du pourpre à la base des tépales.
  • 'Maharanee'- Fleurs blanches.
  • 'Mary Williams'- Fleurs pourpres.
  • F. 25655 - George Forrest a effectué une récolte de graines au Nord-Ouest du Yunnan en 1924 dont sont issus 3 plants distribués dans les jardins suivant : Lanarth, Werrington et Borde Hill. Ces plants mériteraient un statut particulier dans l’espèce car à l'opposé de la variété mollicomata à laquelle ils sont rattachés, ils possèdent un port fastigié, ils fleurissent très tôt avec des fleurs en coupe et soucoupe d’une couleur d’un pourpre-violet cyclamen. Ce sont les moins rustiques ; à ce propos, le plant de Borde Hill (Sussex) est mort. Heureusement il avait été propagé avant de geler.
La rusticité générale varie suivant les variétés et cultivars entre la zone 9 et la zone 7.
Bien entendu les jardiniers ont hybridé M. Campbellii avec d'autres espèces aux fins d'obtenir des plantes plus rustiques tout en conservant les qualité de l'espèce.

Si vous avez de l'espace, si votre climat est propice, si vous avez beaucoup de temps devant vous et enfin si vous voulez bluffer vos visiteurs, alors plantez Magnolia Campbellii. Les risques de voir vos fleurs geler à peine ouvertes sont majeurs, mais quand par miracle il ne gèle pas durant la période, le spectacle est inoubliable.

Modifications de Oli le 24/06/2012 18:53 :  [Cette modification est en attente d'approbation]
divers_commentaire
Ceux qui ont lu la fiche sur Rhododendron 'Sir Charles Lemon' se souviennent que Sir Joseph Hooker (1817-1911) a exploré le Sikkim, l’Assam et le Bengale oriental entre 1849 et 1851. Il était basé à Darjeeling, alors sous le commandement de son Surintendant Archibald Campbell (1805-1878). C’est au cours d’une de ses expéditions, qu’accompagné de son ami d’université Thomas Thomson (1817-1878), il découvrit Magnolia Campbellii.
La première introduction de ce magnolia n’est pas exactement précisée. A propos de sa description dans « The Botanical Magazine » en 1885, Sir Joseph Hooker faisait remarquer qu’une fleur lui avait été adressée d’un jardin de Cork (Irlande) en 1878. Gardiner, qui fait autorité dans les magnolias, pense ainsi que l’introduction aurait eu lieu dans les années 1868.

Magnolia Campbellii comprend plusieurs sous-espèces. Sans trop entrer dans les détails, les voici.

  • M. campbellii ssp. campbellii (Hooker & Thomson)- Originaire de l’Est du Népal, Sikkim, Bhoutan et Assam. Les fleurs sont, suivant les cultivars, roses ou blanches. Les plants sont normalement greffés, car issus de semis ils ne fleurissent qu’au bout de 30 ans.
  • 'Betty Jessel'- Fleurs rouge violacé plus foncées et plus grandes que 'Darjeeling'.
  • 'Caerhays'- Fleurs aux tépales rose vif.
  • 'Charles Raffill'- Croisement entre M. campbellii var. campbellii et M. campbellii var. mollicomata. Port globulaire avec l'âge. Fleurs très nombreuses, aux tépales violet foncé à l'extérieur et blancs marginés de rose pourpre à l'intérieur.
  • 'Darjeeling'- Originaire du jardin botanique de Darjeeling aux fleurs foncées rouge-pourpre particulièrement lumineuses.
  • M. campbellii ssp. campbellii f. alba (Treseder) - Cette forme pousse dans le même habitat que M. Campbellii. C'est simplement une forme à fleurs blanches. Dans la nature on les rencontre en égal quantité. On trouve aussi des cultivars sélectionnés.
  • M. campbellii ssp. mollicomata (William Wright Smith) - Originaire du Sud-Est du Tibet, Nord de la Birmanie et l’Ouest du Yunnan ; découvert par George Forrest vers 1904. Le port est plus étalé et les fleurs en coupe et soucoupe, de couleur rose ou pourpre, éclosent plus tardivement. La variété mollicomata est réputée plus rustique, sans doute en raison de cette floraison plus tardive. Les semis demandent la moitié du temps pour fleurir (15 ans).
  • 'Borde Hill'- Fleurs roses foncé, plus grandes que la var. mollicomata.
  • F. 25655 - George Forrest a effectué une récolte de graines au Nord-Ouest du Yunnan en 1924 dont sont issus 3 plants distribués dans les jardins suivant : Lanarth, Werrington et Borde Hill. Ces plants mériteraient un statut particulier dans l’espèce car à l'opposé de la variété mollicomata à laquelle ils sont rattachés, ils possèdent un port fastigié, ils fleurissent très tôt avec des fleurs en coupe et soucoupe d’une couleur d’un pourpre-violet cyclamen. Ce sont les moins rustiques ; à ce propos, le plant de Borde Hill (Sussex) est mort. Heureusement il avait été propagé avant de geler.
La rusticité générale varie suivant les variétés et cultivars entre la zone 9 et la zone 7.
Bien entendu les jardiniers ont hybridé M. Campbellii avec d'autres espèces aux fins d'obtenir des plantes plus rustiques tout en conservant les qualité de l'espèce.

Si vous avez de l'espace, si votre climat est propice, si vous avez beaucoup de temps devant vous et enfin si vous voulez bluffer vos visiteurs, alors plantez Magnolia Campbellii. Les risques de voir vos fleurs geler à peine ouvertes sont majeurs, mais quand par miracle il ne gèle pas durant la période, le spectacle est inoubliable.

divers_commentaire
Ceux qui ont lu la fiche sur Rhododendron 'Sir Charles Lemon' se souviennent que Sir Joseph Hooker (1817-1911) a exploré le Sikkim, l’Assam et le Bengale oriental entre 1849 et 1851. Il était basé à Darjeeling, alors sous le commandement de son Surintendant Archibald Campbell (1805-1878). C’est au cours d’une de ses expéditions, qu’accompagné de son ami d’université Thomas Thomson (1817-1878), il découvrit Magnolia Campbellii.
La première introduction de ce magnolia n’est pas exactement précisée. A propos de sa description dans « The Botanical Magazine » en 1885, Sir Joseph Hooker faisait remarquer qu’une fleur lui avait été adressée d’un jardin de Cork (Irlande) en 1878. Gardiner, qui fait autorité dans les magnolias, pense ainsi que l’introduction aurait eu lieu dans les années 1868.

    Magnolia Campbellii comprend plusieurs sous-espèces. Sans trop entrer dans les détails, les voici.
  • M. campbellii ssp. campbellii (Hooker & Thomson)- Originaire de l’Est du Népal, Sikkim, Bhoutan et Assam. Les fleurs sont, suivant les cultivars, roses ou blanches. Les plants sont normalement greffés, car issus de semis ils ne fleurissent qu’au bout de 30 ans.
  • 'Betty Jessel'- Fleurs rouge violacé plus foncées et plus grandes que 'Darjeeling'.
  • 'Caerhays'- Fleurs aux tépales rose vif.
  • 'Charles Raffill'- Croisement entre M. campbellii var. campbellii et M. campbellii var. mollicomata. Port globulaire avec l'âge. Fleurs très nombreuses, aux tépales violet foncé à l'extérieur et blancs marginés de rose pourpre à l'intérieur.
  • 'Darjeeling'- Originaire du jardin botanique de Darjeeling aux fleurs foncées rouge-pourpre particulièrement lumineuses.
  • M. campbellii ssp. campbellii f. alba (Treseder) - Cette forme pousse dans le même habitat que M. Campbellii. C'est simplement une forme à fleurs blanches. Dans la nature on les rencontre en égal quantité. On trouve aussi des cultivars sélectionnés.
  • M. campbellii ssp. mollicomata (William Wright Smith) - Originaire du Sud-Est du Tibet, Nord de la Birmanie et l’Ouest du Yunnan ; découvert par George Forrest vers 1904. Le port est plus étalé et les fleurs en coupe et soucoupe, de couleur rose ou pourpre, éclosent plus tardivement. La variété mollicomata est réputée plus rustique, sans doute en raison de cette floraison plus tardive. Les semis demandent la moitié du temps pour fleurir (15 ans).
  • 'Borde Hill'- Fleurs roses foncé, plus grandes que la var. mollicomata.
  • F. 25655 - George Forrest a effectué une récolte de graines au Nord-Ouest du Yunnan en 1924 dont sont issus 3 plants distribués dans les jardins suivant : Lanarth, Werrington et Borde Hill. Ces plants mériteraient un statut particulier dans l’espèce car à l'opposé de la variété mollicomata à laquelle ils sont rattachés, ils possèdent un port fastigié, ils fleurissent très tôt avec des fleurs en coupe et soucoupe d’une couleur d’un pourpre-violet cyclamen. Ce sont les moins rustiques ; à ce propos, le plant de Borde Hill (Sussex) est mort. Heureusement il avait été propagé avant de geler.
La rusticité générale varie suivant les variétés et cultivars entre la zone 9 et la zone 7.
Bien entendu les jardiniers ont hybridé M. Campbellii avec d'autres espèces aux fins d'obtenir des plantes plus rustiques tout en conservant les qualité de l'espèce.

Si vous avez de l'espace, si votre climat est propice, si vous avez beaucoup de temps devant vous et enfin si vous voulez bluffer vos visiteurs, alors plantez Magnolia Campbellii. Les risques de voir vos fleurs geler à peine ouvertes sont majeurs, mais quand par miracle il ne gèle pas durant la période, le spectacle est inoubliable.

Modifications de Oli le 24/06/2012 18:51 :  [Cette modification est en attente d'approbation]
divers_commentaire
Ceux qui ont lu la fiche sur Rhododendron 'Sir Charles Lemon' se souviennent que Sir Joseph Hooker (1817-1911) a exploré le Sikkim, l’Assam et le Bengale oriental entre 1849 et 1851. Il était basé à Darjeeling, alors sous le commandement de son Surintendant Archibald Campbell (1805-1878). C’est au cours d’une de ses expéditions, qu’accompagné de son ami d’université Thomas Thomson (1817-1878), il découvrit Magnolia Campbellii.
La première introduction de ce magnolia n’est pas exactement précisée. A propos de sa description dans « The Botanical Magazine » en 1885, Sir Joseph Hooker faisait remarquer qu’une fleur lui avait été adressée d’un jardin de Cork (Irlande) en 1878. Gardiner, qui fait autorité dans les magnolias, pense ainsi que l’introduction aurait eu lieu dans les années 1868.

Variétés : Magnolia Campbellii comprend plusieurs variétés. Sans trop entrer dans les détails, les voici.

  • M. campbellii var. campbellii (Hooker & Thomson)- Originaire de l’Est du Népal, Sikkim, Bhoutan et Assam. Les fleurs sont, suivant les cultivars, roses ou blanches. Les plants sont normalement greffés, car issus de semis ils ne fleurissent qu’au bout de 30 ans.
  • 'Betty Jessel'- Fleurs rouge violacé plus foncées et plus grandes que 'Darjeeling'.
  • 'Caerhays'- Fleurs aux tépales rose vif.
  • 'Charles Raffill'- Croisement entre M. campbellii var. campbellii et M. campbellii var. mollicomata. Port globulaire avec l'âge. Fleurs très nombreuses, aux tépales violet foncé à l'extérieur et blancs marginés de rose pourpre à l'intérieur.
  • 'Darjeeling'- Originaire du jardin botanique de Darjeeling aux fleurs foncées rouge-pourpre particulièrement lumineuses.
  • M. campbellii var. campbellii f. alba (Treseder) - Cette forme pousse dans le même habitat que M. Campbellii. C'est simplement une forme à fleurs blanches. Dans la nature on les rencontre en égal quantité. On trouve aussi des cultivars sélectionnés.
  • M. campbellii var. mollicomata (William Wright Smith) - Originaire du Sud-Est du Tibet, Nord de la Birmanie et l’Ouest du Yunnan ; découvert par George Forrest vers 1904. Le port est plus étalé et les fleurs en coupe et soucoupe, de couleur rose ou pourpre, éclosent plus tardivement. La variété mollicomata est réputée plus rustique, sans doute en raison de cette floraison plus tardive. Les semis demandent la moitié du temps pour fleurir (15 ans).
  • 'Borde Hill'- Fleurs roses foncé, plus grandes que la var. mollicomata.
  • F. 25655 - George Forrest a effectué une récolte de graines au Nord-Ouest du Yunnan en 1924 dont sont issus 3 plants distribués dans les jardins suivant : Lanarth, Werrington et Borde Hill. Ces plants mériteraient un statut particulier dans l’espèce car à l'opposé de la variété mollicomata à laquelle ils sont rattachés, ils possèdent un port fastigié, ils fleurissent très tôt avec des fleurs en coupe et soucoupe d’une couleur d’un pourpre-violet cyclamen. Ce sont les moins rustiques ; à ce propos, le plant de Borde Hill (Sussex) est mort. Heureusement il avait été propagé avant de geler.
La rusticité générale varie suivant les variétés et cultivars entre la zone 9 et la zone 7.
Bien entendu les jardiniers ont hybridé M. Campbellii avec d'autres espèces aux fins d'obtenir des plantes plus rustiques tout en conservant les qualité de l'espèce.

Si vous avez de l'espace, si votre climat est propice, si vous avez beaucoup de temps devant vous et enfin si vous voulez bluffer vos visiteurs, alors plantez Magnolia Campbellii. Les risques de voir vos fleurs geler à peine ouvertes sont majeurs, mais quand par miracle il ne gèle pas durant la période, le spectacle est inoubliable.

divers_commentaire
Ceux qui ont lu la fiche sur Rhododendron 'Sir Charles Lemon' se souviennent que Sir Joseph Hooker (1817-1911) a exploré le Sikkim, l’Assam et le Bengale oriental entre 1849 et 1851. Il était basé à Darjeeling, alors sous le commandement de son Surintendant Archibald Campbell (1805-1878). C’est au cours d’une de ses expéditions, qu’accompagné de son ami d’université Thomas Thomson (1817-1878), il découvrit Magnolia Campbellii.
La première introduction de ce magnolia n’est pas exactement précisée. A propos de sa description dans « The Botanical Magazine » en 1885, Sir Joseph Hooker faisait remarquer qu’une fleur lui avait été adressée d’un jardin de Cork (Irlande) en 1878. Gardiner, qui fait autorité dans les magnolias, pense ainsi que l’introduction aurait eu lieu dans les années 1868.

Magnolia Campbellii comprend plusieurs sous-espèces. Sans trop entrer dans les détails, les voici.

  • M. campbellii ssp. campbellii (Hooker & Thomson)- Originaire de l’Est du Népal, Sikkim, Bhoutan et Assam. Les fleurs sont, suivant les cultivars, roses ou blanches. Les plants sont normalement greffés, car issus de semis ils ne fleurissent qu’au bout de 30 ans.
  • 'Betty Jessel'- Fleurs rouge violacé plus foncées et plus grandes que 'Darjeeling'.
  • 'Caerhays'- Fleurs aux tépales rose vif.
  • 'Charles Raffill'- Croisement entre M. campbellii var. campbellii et M. campbellii var. mollicomata. Port globulaire avec l'âge. Fleurs très nombreuses, aux tépales violet foncé à l'extérieur et blancs marginés de rose pourpre à l'intérieur.
  • 'Darjeeling'- Originaire du jardin botanique de Darjeeling aux fleurs foncées rouge-pourpre particulièrement lumineuses.
  • M. campbellii ssp. campbellii f. alba (Treseder) - Cette forme pousse dans le même habitat que M. Campbellii. C'est simplement une forme à fleurs blanches. Dans la nature on les rencontre en égal quantité. On trouve aussi des cultivars sélectionnés.
  • M. campbellii ssp. mollicomata (William Wright Smith) - Originaire du Sud-Est du Tibet, Nord de la Birmanie et l’Ouest du Yunnan ; découvert par George Forrest vers 1904. Le port est plus étalé et les fleurs en coupe et soucoupe, de couleur rose ou pourpre, éclosent plus tardivement. La variété mollicomata est réputée plus rustique, sans doute en raison de cette floraison plus tardive. Les semis demandent la moitié du temps pour fleurir (15 ans).
  • 'Borde Hill'- Fleurs roses foncé, plus grandes que la var. mollicomata.
  • F. 25655 - George Forrest a effectué une récolte de graines au Nord-Ouest du Yunnan en 1924 dont sont issus 3 plants distribués dans les jardins suivant : Lanarth, Werrington et Borde Hill. Ces plants mériteraient un statut particulier dans l’espèce car à l'opposé de la variété mollicomata à laquelle ils sont rattachés, ils possèdent un port fastigié, ils fleurissent très tôt avec des fleurs en coupe et soucoupe d’une couleur d’un pourpre-violet cyclamen. Ce sont les moins rustiques ; à ce propos, le plant de Borde Hill (Sussex) est mort. Heureusement il avait été propagé avant de geler.
La rusticité générale varie suivant les variétés et cultivars entre la zone 9 et la zone 7.
Bien entendu les jardiniers ont hybridé M. Campbellii avec d'autres espèces aux fins d'obtenir des plantes plus rustiques tout en conservant les qualité de l'espèce.

Si vous avez de l'espace, si votre climat est propice, si vous avez beaucoup de temps devant vous et enfin si vous voulez bluffer vos visiteurs, alors plantez Magnolia Campbellii. Les risques de voir vos fleurs geler à peine ouvertes sont majeurs, mais quand par miracle il ne gèle pas durant la période, le spectacle est inoubliable.

Modifications de Oli le 24/06/2012 18:47 :  [Cette modification est en attente d'approbation]
divers_commentaire
Ceux qui ont lu la fiche sur Rhododendron 'Sir Charles Lemon' se souviennent que Sir Joseph Hooker (1817-1911) a exploré le Sikkim, l’Assam et le Bengale oriental entre 1849 et 1851. Il était basé à Darjeeling, alors sous le commandement de son Surintendant Archibald Campbell (1805-1878). C’est au cours d’une de ses expéditions, qu’accompagné de son ami d’université Thomas Thomson (1817-1878), il découvrit Magnolia Campbellii.
La première introduction de ce magnolia n’est pas exactement précisée. A propos de sa description dans « The Botanical Magazine » en 1885, Sir Joseph Hooker faisait remarquer qu’une fleur lui avait été adressée d’un jardin de Cork (Irlande) en 1878. Gardiner, qui fait autorité dans les magnolias, pense ainsi que l’introduction aurait eu lieu dans les années 1868.

Variétés : Magnolia Campbellii comprend plusieurs variétés. Sans trop entrer dans les détails, les voici.

  • M. campbellii var. campbellii (Hooker & Thomson)- Originaire de l’Est du Népal, Sikkim, Bhoutan et Assam. Les fleurs sont, suivant les cultivars, roses ou blanches. Les plants sont normalement greffés, car issus de semis ils ne fleurissent qu’au bout de 30 ans.
  • 'Betty Jessel'- Fleurs rouge violacé plus foncées et plus grandes que 'Darjeeling'.
  • 'Caerhays'- Fleurs aux tépales rose vif.
  • 'Charles Raffill'- Croisement entre M. campbellii var. campbellii et M. campbellii var. mollicomata. Port globulaire avec l'âge. Fleurs très nombreuses, aux tépales violet foncé à l'extérieur et blancs marginés de rose pourpre à l'intérieur.
  • 'Darjeeling'- Originaire du jardin botanique de Darjeeling aux fleurs foncées rouge-pourpre particulièrement lumineuses.
  • M. campbellii var. campbellii f. alba (Treseder) - Cette forme pousse dans le même habitat que M. Campbellii. C'est simplement une forme à fleurs blanches. Dans la nature on les rencontre en égal quantité. On trouve aussi des cultivars sélectionnés.
  • M. campbellii var. mollicomata (William Wright Smith) - Originaire du Sud-Est du Tibet, Nord de la Birmanie et l’Ouest du Yunnan ; découvert par George Forrest vers 1904. Le port est plus étalé et les fleurs en coupe et soucoupe, de couleur rose ou pourpre, éclosent plus tardivement. La variété mollicomata est réputée plus rustique, sans doute en raison de cette floraison plus tardive. Les semis demandent la moitié du temps pour fleurir (15 ans).
  • 'Borde Hill'- Fleurs roses foncé, plus grandes que la var. mollicomata.
  • F. 25655 - George Forrest a effectué une récolte de graines au Nord-Ouest du Yunnan en 1924 dont sont issus 3 plants distribués dans les jardins suivant : Lanarth, Werrington et Borde Hill. Ces plants mériteraient un statut particulier dans l’espèce car à l'opposé de la variété mollicomata à laquelle ils sont rattachés, ils possèdent un port fastigié, ils fleurissent très tôt avec des fleurs en coupe et soucoupe d’une couleur d’un pourpre-violet cyclamen. Ce sont les moins rustiques ; à ce propos, le plant de Borde Hill (Sussex) est mort. Heureusement il avait été propagé avant de geler.
La rusticité générale varie suivant les variétés et cultivars entre la zone 9 et la zone 7.
Bien entendu les jardiniers ont hybridé M. Campbellii avec d'autres espèces aux fins d'obtenir des plantes plus rustiques tout en conservant les qualité de l'espèce.

Si vous avez de l'espace, si votre climat est propice, si vous avez beaucoup de temps devant vous et enfin si vous voulez bluffer vos visiteurs, alors plantez Magnolia Campbellii. Les risques de voir vos fleurs geler à peine ouvertes sont majeurs, mais quand par miracle il ne gèle pas durant la période, le spectacle est inoubliable.

divers_commentaire
Ceux qui ont lu la fiche sur Rhododendron 'Sir Charles Lemon' se souviennent que Sir Joseph Hooker (1817-1911) a exploré le Sikkim, l’Assam et le Bengale oriental entre 1849 et 1851. Il était basé à Darjeeling, alors sous le commandement de son Surintendant Archibald Campbell (1805-1878). C’est au cours d’une de ses expéditions, qu’accompagné de son ami d’université Thomas Thomson (1817-1878), il découvrit Magnolia Campbellii.
La première introduction de ce magnolia n’est pas exactement précisée. A propos de sa description dans « The Botanical Magazine » en 1885, Sir Joseph Hooker faisait remarquer qu’une fleur lui avait été adressée d’un jardin de Cork (Irlande) en 1878. Gardiner, qui fait autorité dans les magnolias, pense ainsi que l’introduction aurait eu lieu dans les années 1868.

Variétés : Magnolia Campbellii comprend plusieurs variétés. Sans trop entrer dans les détails, les voici.

  • M. campbellii var. campbellii (Hooker & Thomson)- Originaire de l’Est du Népal, Sikkim, Bhoutan et Assam. Les fleurs sont, suivant les cultivars, roses ou blanches. Les plants sont normalement greffés, car issus de semis ils ne fleurissent qu’au bout de 30 ans.
  • 'Betty Jessel'- Fleurs rouge violacé plus foncées et plus grandes que 'Darjeeling'.
  • 'Caerhays'- Fleurs aux tépales rose vif.
  • 'Charles Raffill'- Croisement entre M. campbellii var. campbellii et M. campbellii var. mollicomata. Port globulaire avec l'âge. Fleurs très nombreuses, aux tépales violet foncé à l'extérieur et blancs marginés de rose pourpre à l'intérieur.
  • 'Darjeeling'- Originaire du jardin botanique de Darjeeling aux fleurs foncées rouge-pourpre particulièrement lumineuses.
  • M. campbellii var. campbellii f. alba (Treseder) - Cette forme pousse dans le même habitat que M. Campbellii. C'est simplement une forme à fleurs blanches. Dans la nature on les rencontre en égal quantité. On trouve aussi des cultivars sélectionnés.
  • M. campbellii var. mollicomata (William Wright Smith) - Originaire du Sud-Est du Tibet, Nord de la Birmanie et l’Ouest du Yunnan ; découvert par George Forrest vers 1904. Le port est plus étalé et les fleurs en coupe et soucoupe, de couleur rose ou pourpre, éclosent plus tardivement. La variété mollicomata est réputée plus rustique, sans doute en raison de cette floraison plus tardive. Les semis demandent la moitié du temps pour fleurir (15 ans).
  • 'Borde Hill'- Fleurs roses foncé, plus grandes que la var. mollicomata.
  • F. 25655 - George Forrest a effectué une récolte de graines au Nord-Ouest du Yunnan en 1924 dont sont issus 3 plants distribués dans les jardins suivant : Lanarth, Werrington et Borde Hill. Ces plants mériteraient un statut particulier dans l’espèce car à l'opposé de la variété mollicomata à laquelle ils sont rattachés, ils possèdent un port fastigié, ils fleurissent très tôt avec des fleurs en coupe et soucoupe d’une couleur d’un pourpre-violet cyclamen. Ce sont les moins rustiques ; à ce propos, le plant de Borde Hill (Sussex) est mort. Heureusement il avait été propagé avant de geler.
La rusticité générale varie suivant les variétés et cultivars entre la zone 9 et la zone 7.
Bien entendu les jardiniers ont hybridé M. Campbellii avec d'autres espèces aux fins d'obtenir des plantes plus rustiques tout en conservant les qualité de l'espèce.

Si vous avez de l'espace, si votre climat est propice, si vous avez beaucoup de temps devant vous et enfin si vous voulez bluffer vos visiteurs, alors plantez Magnolia Campbellii. Les risques de voir vos fleurs geler à peine ouvertes sont majeurs, mais quand par miracle il ne gèle pas durant la période, le spectacle est inoubliable.

Modifications de Oli le 24/06/2012 18:46 :  [Cette modification est en attente d'approbation]
divers_commentaire
Ceux qui ont lu la fiche sur Rhododendron 'Sir Charles Lemon' se souviennent que Sir Joseph Hooker (1817-1911) a exploré le Sikkim, l’Assam et le Bengale oriental entre 1849 et 1851. Il était basé à Darjeeling, alors sous le commandement de son Surintendant Archibald Campbell (1805-1878). C’est au cours d’une de ses expéditions, qu’accompagné de son ami d’université Thomas Thomson (1817-1878), il découvrit Magnolia Campbellii.
La première introduction de ce magnolia n’est pas exactement précisée. A propos de sa description dans « The Botanical Magazine » en 1885, Sir Joseph Hooker faisait remarquer qu’une fleur lui avait été adressée d’un jardin de Cork (Irlande) en 1878. Gardiner, qui fait autorité dans les magnolias, pense ainsi que l’introduction aurait eu lieu dans les années 1868.

Variétés : Magnolia Campbellii comprend plusieurs variétés. Sans trop entrer dans les détails, les voici.

  • M. campbellii var. campbellii (Hooker & Thomson)- Originaire de l’Est du Népal, Sikkim, Bhoutan et Assam. Les fleurs sont, suivant les cultivars, roses ou blanches. Les plants sont normalement greffés, car issus de semis ils ne fleurissent qu’au bout de 30 ans.
  • 'Darjeeling'- Originaire du jardin botanique de Darjeeling aux fleurs foncées rouge-pourpre particulièrement lumineuses.
  • M. campbellii var. campbellii f. alba (Treseder) - Cette forme pousse dans le même habitat que M. Campbellii. C'est simplement une forme à fleurs blanches. Dans la nature on les rencontre en égal quantité. On trouve aussi des cultivars sélectionnés.
  • M. campbellii var. mollicomata (William Wright Smith) - Originaire du Sud-Est du Tibet, Nord de la Birmanie et l’Ouest du Yunnan ; découvert par George Forrest vers 1904. Le port est plus étalé et les fleurs en coupe et soucoupe, de couleur rose ou pourpre, éclosent plus tardivement. la variété mollicomata est réputée plus rustique, sans doute en raison de cette floraison plus tardive. Les semis demandent la moitié du temps pour fleurir (15 ans).
  • M. campbellii var. mollicomata F. 25655 - George Forrest a effectué une récolte de graines au Nord-Ouest du Yunnan en 1924 dont sont issus 3 plants distribués dans les jardins suivant : Lanarth, Werrington et Borde Hill. Ces plants mériteraient un statut particulier dans l’espèce car à l'opposé de la variété mollicomata à laquelle ils sont rattachés, ils possèdent un port fastigié, ils fleurissent très tôt avec des fleurs en coupe et soucoupe d’une couleur d’un pourpre-violet cyclamen. Ce sont les moins rustiques ; à ce propos, le plant de Borde Hill (Sussex) est mort. Heureusement il avait été propagé avant de geler.
La rusticité générale varie suivant les variétés et cultivars entre la zone 9 et la zone 7.
Bien entendu les jardiniers ont hybridé M. Campbellii avec d'autres espèces aux fins d'obtenir des plantes plus rustiques tout en conservant les qualité de l'espèce.

Si vous avez de l'espace, si votre climat est propice, si vous avez beaucoup de temps devant vous et enfin si vous voulez bluffer vos visiteurs, alors plantez Magnolia Campbellii. Les risques de voir vos fleurs geler à peine ouvertes sont majeurs, mais quand par miracle il ne gèle pas durant la période, le spectacle est inoubliable.

divers_commentaire
Ceux qui ont lu la fiche sur Rhododendron 'Sir Charles Lemon' se souviennent que Sir Joseph Hooker (1817-1911) a exploré le Sikkim, l’Assam et le Bengale oriental entre 1849 et 1851. Il était basé à Darjeeling, alors sous le commandement de son Surintendant Archibald Campbell (1805-1878). C’est au cours d’une de ses expéditions, qu’accompagné de son ami d’université Thomas Thomson (1817-1878), il découvrit Magnolia Campbellii.
La première introduction de ce magnolia n’est pas exactement précisée. A propos de sa description dans « The Botanical Magazine » en 1885, Sir Joseph Hooker faisait remarquer qu’une fleur lui avait été adressée d’un jardin de Cork (Irlande) en 1878. Gardiner, qui fait autorité dans les magnolias, pense ainsi que l’introduction aurait eu lieu dans les années 1868.

Variétés : Magnolia Campbellii comprend plusieurs variétés. Sans trop entrer dans les détails, les voici.

  • M. campbellii var. campbellii (Hooker & Thomson)- Originaire de l’Est du Népal, Sikkim, Bhoutan et Assam. Les fleurs sont, suivant les cultivars, roses ou blanches. Les plants sont normalement greffés, car issus de semis ils ne fleurissent qu’au bout de 30 ans.
  • 'Betty Jessel'- Fleurs rouge violacé plus foncées et plus grandes que 'Darjeeling'.
  • 'Caerhays'- Fleurs aux tépales rose vif.
  • 'Charles Raffill'- Croisement entre M. campbellii var. campbellii et M. campbellii var. mollicomata. Port globulaire avec l'âge. Fleurs très nombreuses, aux tépales violet foncé à l'extérieur et blancs marginés de rose pourpre à l'intérieur.
  • 'Darjeeling'- Originaire du jardin botanique de Darjeeling aux fleurs foncées rouge-pourpre particulièrement lumineuses.
  • M. campbellii var. campbellii f. alba (Treseder) - Cette forme pousse dans le même habitat que M. Campbellii. C'est simplement une forme à fleurs blanches. Dans la nature on les rencontre en égal quantité. On trouve aussi des cultivars sélectionnés.
  • M. campbellii var. mollicomata (William Wright Smith) - Originaire du Sud-Est du Tibet, Nord de la Birmanie et l’Ouest du Yunnan ; découvert par George Forrest vers 1904. Le port est plus étalé et les fleurs en coupe et soucoupe, de couleur rose ou pourpre, éclosent plus tardivement. La variété mollicomata est réputée plus rustique, sans doute en raison de cette floraison plus tardive. Les semis demandent la moitié du temps pour fleurir (15 ans).
  • 'Borde Hill'- Fleurs roses foncé, plus grandes que la var. mollicomata.
  • F. 25655 - George Forrest a effectué une récolte de graines au Nord-Ouest du Yunnan en 1924 dont sont issus 3 plants distribués dans les jardins suivant : Lanarth, Werrington et Borde Hill. Ces plants mériteraient un statut particulier dans l’espèce car à l'opposé de la variété mollicomata à laquelle ils sont rattachés, ils possèdent un port fastigié, ils fleurissent très tôt avec des fleurs en coupe et soucoupe d’une couleur d’un pourpre-violet cyclamen. Ce sont les moins rustiques ; à ce propos, le plant de Borde Hill (Sussex) est mort. Heureusement il avait été propagé avant de geler.
La rusticité générale varie suivant les variétés et cultivars entre la zone 9 et la zone 7.
Bien entendu les jardiniers ont hybridé M. Campbellii avec d'autres espèces aux fins d'obtenir des plantes plus rustiques tout en conservant les qualité de l'espèce.

Si vous avez de l'espace, si votre climat est propice, si vous avez beaucoup de temps devant vous et enfin si vous voulez bluffer vos visiteurs, alors plantez Magnolia Campbellii. Les risques de voir vos fleurs geler à peine ouvertes sont majeurs, mais quand par miracle il ne gèle pas durant la période, le spectacle est inoubliable.

Modifications de Oli le 24/06/2012 18:25 :  [Cette modification est en attente d'approbation]
divers_commentaire
Ceux qui ont lu la fiche sur Rhododendron 'Sir Charles Lemon' se souviennent que Sir Joseph Hooker (1817-1911) a exploré le Sikkim, l’Assam et le Bengale oriental entre 1849 et 1851. Il était basé à Darjeeling, alors sous le commandement de son Surintendant Archibald Campbell (1805-1878). C’est au cours d’une de ses expéditions, qu’accompagné de son ami d’université Thomas Thomson (1817-1878), il découvrit Magnolia Campbellii.
La première introduction de ce magnolia n’est pas exactement précisée. A propos de sa description dans « The Botanical Magazine » en 1885, Sir Joseph Hooker faisait remarquer qu’une fleur lui avait été adressée d’un jardin de Cork (Irlande) en 1878. Gardiner, qui fait autorité dans les magnolias, pense ainsi que l’introduction aurait eu lieu dans les années 1868.

Variétés : Magnolia Campbellii comprend plusieurs variétés. Sans trop entrer dans les détails, les voici.

  • M. campbellii var. campbellii (Hooker & Thomson)- Originaire de l’Est du Népal, Sikkim, Bhoutan et Assam. Les fleurs sont, suivant les cultivars, roses ou blanches. Les plants sont normalement greffés, car issus de semis ils ne fleurissent qu’au bout de 30 ans.
  • Il y a beaucoup de cultivars, dont un particulièrement remarquable : ‘Darjeeling’, originaire du jardin botanique de Darjeeling aux fleurs foncées rouge-pourpre particulièrement lumineuses.
  • M. campbellii var. campbellii f. alba (Treseder) - Cette forme pousse dans le même habitat que M. Campbellii. C'est simplement une forme à fleurs blanches. Dans la nature on les rencontre en égal quantité. On trouve aussi des cultivars sélectionnés.
  • M. campbellii var. mollicomata (William Wright Smith) - Originaire du Sud-Est du Tibet, Nord de la Birmanie et l’Ouest du Yunnan ; découvert par George Forrest vers 1904. Le port est plus étalé et les fleurs en coupe et soucoupe, de couleur rose ou pourpre, éclosent plus tardivement. la variété mollicomata est réputée plus rustique, sans doute en raison de cette floraison plus tardive. Les semis demandent la moitié du temps pour fleurir (15 ans).
  • M. campbellii var. mollicomata F. 25655 - George Forrest a effectué une récolte de graines au Nord-Ouest du Yunnan en 1924 dont sont issus 3 plants distribués dans les jardins suivant : Lanarth, Werrington et Borde Hill. Ces plants mériteraient un statut particulier dans l’espèce car à l'opposé de la variété mollicomata à laquelle ils sont rattachés, ils possèdent un port fastigié, ils fleurissent très tôt avec des fleurs en coupe et soucoupe d’une couleur d’un pourpre-violet cyclamen. Ce sont les moins rustiques ; à ce propos, le plant de Borde Hill (Sussex) est mort. Heureusement il avait été propagé avant de geler.
La rusticité générale varie suivant les variétés et cultivars entre la zone 9 et la zone 7.
Bien entendu les jardiniers ont hybridé M. Campbellii avec d'autres espèces aux fins d'obtenir des plantes plus rustiques tout en conservant les qualité de l'espèce.

Si vous avez de l'espace, si votre climat est propice, si vous avez beaucoup de temps devant vous et enfin si vous voulez bluffer vos visiteurs, alors plantez Magnolia Campbellii. Les risques de voir vos fleurs geler à peine ouvertes sont majeurs, mais quand par miracle il ne gèle pas durant la période, le spectacle est inoubliable.

divers_commentaire
Ceux qui ont lu la fiche sur Rhododendron 'Sir Charles Lemon' se souviennent que Sir Joseph Hooker (1817-1911) a exploré le Sikkim, l’Assam et le Bengale oriental entre 1849 et 1851. Il était basé à Darjeeling, alors sous le commandement de son Surintendant Archibald Campbell (1805-1878). C’est au cours d’une de ses expéditions, qu’accompagné de son ami d’université Thomas Thomson (1817-1878), il découvrit Magnolia Campbellii.
La première introduction de ce magnolia n’est pas exactement précisée. A propos de sa description dans « The Botanical Magazine » en 1885, Sir Joseph Hooker faisait remarquer qu’une fleur lui avait été adressée d’un jardin de Cork (Irlande) en 1878. Gardiner, qui fait autorité dans les magnolias, pense ainsi que l’introduction aurait eu lieu dans les années 1868.

Variétés : Magnolia Campbellii comprend plusieurs variétés. Sans trop entrer dans les détails, les voici.

  • M. campbellii var. campbellii (Hooker & Thomson)- Originaire de l’Est du Népal, Sikkim, Bhoutan et Assam. Les fleurs sont, suivant les cultivars, roses ou blanches. Les plants sont normalement greffés, car issus de semis ils ne fleurissent qu’au bout de 30 ans.
  • 'Darjeeling'- Originaire du jardin botanique de Darjeeling aux fleurs foncées rouge-pourpre particulièrement lumineuses.
  • M. campbellii var. campbellii f. alba (Treseder) - Cette forme pousse dans le même habitat que M. Campbellii. C'est simplement une forme à fleurs blanches. Dans la nature on les rencontre en égal quantité. On trouve aussi des cultivars sélectionnés.
  • M. campbellii var. mollicomata (William Wright Smith) - Originaire du Sud-Est du Tibet, Nord de la Birmanie et l’Ouest du Yunnan ; découvert par George Forrest vers 1904. Le port est plus étalé et les fleurs en coupe et soucoupe, de couleur rose ou pourpre, éclosent plus tardivement. la variété mollicomata est réputée plus rustique, sans doute en raison de cette floraison plus tardive. Les semis demandent la moitié du temps pour fleurir (15 ans).
  • M. campbellii var. mollicomata F. 25655 - George Forrest a effectué une récolte de graines au Nord-Ouest du Yunnan en 1924 dont sont issus 3 plants distribués dans les jardins suivant : Lanarth, Werrington et Borde Hill. Ces plants mériteraient un statut particulier dans l’espèce car à l'opposé de la variété mollicomata à laquelle ils sont rattachés, ils possèdent un port fastigié, ils fleurissent très tôt avec des fleurs en coupe et soucoupe d’une couleur d’un pourpre-violet cyclamen. Ce sont les moins rustiques ; à ce propos, le plant de Borde Hill (Sussex) est mort. Heureusement il avait été propagé avant de geler.
La rusticité générale varie suivant les variétés et cultivars entre la zone 9 et la zone 7.
Bien entendu les jardiniers ont hybridé M. Campbellii avec d'autres espèces aux fins d'obtenir des plantes plus rustiques tout en conservant les qualité de l'espèce.

Si vous avez de l'espace, si votre climat est propice, si vous avez beaucoup de temps devant vous et enfin si vous voulez bluffer vos visiteurs, alors plantez Magnolia Campbellii. Les risques de voir vos fleurs geler à peine ouvertes sont majeurs, mais quand par miracle il ne gèle pas durant la période, le spectacle est inoubliable.

Modifications de Oli le 24/06/2012 18:23 :  [Cette modification est en attente d'approbation]
divers_commentaire
Ceux qui ont lu la fiche sur Rhododendron 'Sir Charles Lemon' se souviennent que Sir Joseph Hooker (1817-1911) a exploré le Sikkim, l’Assam et le Bengale oriental entre 1849 et 1851. Il était basé à Darjeeling, alors sous le commandement de son Surintendant Archibald Campbell (1805-1878). C’est au cours d’une de ses expéditions, qu’accompagné de son ami d’université Thomas Thomson (1817-1878), il découvrit Magnolia Campbellii.
La première introduction de ce magnolia n’est pas exactement précisée. A propos de sa description dans « The Botanical Magazine » en 1885, Sir Joseph Hooker faisait remarquer qu’une fleur lui avait été adressée d’un jardin de Cork (Irlande) en 1878. Gardiner, qui fait autorité dans les magnolias, pense ainsi que l’introduction aurait eu lieu dans les années 1868.

Variétés : Magnolia Campbellii comprend plusieurs variétés. Sans trop entrer dans les détails, les voici.

  • M. campbellii (Hooker & Thomson)- Originaire de l’Est du Népal, Sikkim, Bhoutan et Assam. Les fleurs sont, suivant les cultivars, roses ou blanches. Les plants sont normalement greffés, car issus de semis ils ne fleurissent qu’au bout de 30 ans.
  • Il y a beaucoup de cultivars, dont un particulièrement remarquable : ‘Darjeeling’, originaire du jardin botanique de Darjeeling aux fleurs foncées rouge-pourpre particulièrement lumineuses.
  • M. campbellii var. alba (Treseder) - Cette variété pousse dans le même habitat que M. Campbellii. C'est simplement la variété à fleurs blanches. Dans la nature on les rencontre en égal quantité. On trouve aussi des cultivars sélectionnés.
  • M. campbellii var. mollicomata (William Wright Smith) - Originaire du Sud-Est du Tibet, Nord de la Birmanie et l’Ouest du Yunnan ; découvert par George Forrest vers 1904. Le port est plus étalé et les fleurs en coupe et soucoupe, de couleur rose ou pourpre, éclosent plus tardivement. la variété mollicomata est réputée plus rustique, sans doute en raison de cette floraison plus tardive. Les semis demandent la moitié du temps pour fleurir (15 ans).
  • M. campbellii var. mollicomata F. 25655 - George Forrest a effectué une récolte de graines au Nord-Ouest du Yunnan en 1924 dont sont issus 3 plants distribués dans les jardins suivant : Lanarth, Werrington et Borde Hill. Ces plants mériteraient un statut particulier dans l’espèce car à l'opposé de la variété mollicomata à laquelle ils sont rattachés, ils possèdent un port fastigié, ils fleurissent très tôt avec des fleurs en coupe et soucoupe d’une couleur d’un pourpre-violet cyclamen. Ce sont les moins rustiques ; à ce propos, le plant de Borde Hill (Sussex) est mort. Heureusement il avait été propagé avant de geler.
La rusticité générale varie suivant les variétés et cultivars entre la zone 9 et la zone 7.
Bien entendu les jardiniers ont hybridé M. Campbellii avec d'autres espèces aux fins d'obtenir des plantes plus rustiques tout en conservant les qualité de l'espèce.

Si vous avez de l'espace, si votre climat est propice, si vous avez beaucoup de temps devant vous et enfin si vous voulez bluffer vos visiteurs, alors plantez Magnolia Campbellii. Les risques de voir vos fleurs geler à peine ouvertes sont majeurs, mais quand par miracle il ne gèle pas durant la période, le spectacle est inoubliable.

divers_commentaire
Ceux qui ont lu la fiche sur Rhododendron 'Sir Charles Lemon' se souviennent que Sir Joseph Hooker (1817-1911) a exploré le Sikkim, l’Assam et le Bengale oriental entre 1849 et 1851. Il était basé à Darjeeling, alors sous le commandement de son Surintendant Archibald Campbell (1805-1878). C’est au cours d’une de ses expéditions, qu’accompagné de son ami d’université Thomas Thomson (1817-1878), il découvrit Magnolia Campbellii.
La première introduction de ce magnolia n’est pas exactement précisée. A propos de sa description dans « The Botanical Magazine » en 1885, Sir Joseph Hooker faisait remarquer qu’une fleur lui avait été adressée d’un jardin de Cork (Irlande) en 1878. Gardiner, qui fait autorité dans les magnolias, pense ainsi que l’introduction aurait eu lieu dans les années 1868.

Variétés : Magnolia Campbellii comprend plusieurs variétés. Sans trop entrer dans les détails, les voici.

  • M. campbellii var. campbellii (Hooker & Thomson)- Originaire de l’Est du Népal, Sikkim, Bhoutan et Assam. Les fleurs sont, suivant les cultivars, roses ou blanches. Les plants sont normalement greffés, car issus de semis ils ne fleurissent qu’au bout de 30 ans.
  • Il y a beaucoup de cultivars, dont un particulièrement remarquable : ‘Darjeeling’, originaire du jardin botanique de Darjeeling aux fleurs foncées rouge-pourpre particulièrement lumineuses.
  • M. campbellii var. campbellii f. alba (Treseder) - Cette forme pousse dans le même habitat que M. Campbellii. C'est simplement une forme à fleurs blanches. Dans la nature on les rencontre en égal quantité. On trouve aussi des cultivars sélectionnés.
  • M. campbellii var. mollicomata (William Wright Smith) - Originaire du Sud-Est du Tibet, Nord de la Birmanie et l’Ouest du Yunnan ; découvert par George Forrest vers 1904. Le port est plus étalé et les fleurs en coupe et soucoupe, de couleur rose ou pourpre, éclosent plus tardivement. la variété mollicomata est réputée plus rustique, sans doute en raison de cette floraison plus tardive. Les semis demandent la moitié du temps pour fleurir (15 ans).
  • M. campbellii var. mollicomata F. 25655 - George Forrest a effectué une récolte de graines au Nord-Ouest du Yunnan en 1924 dont sont issus 3 plants distribués dans les jardins suivant : Lanarth, Werrington et Borde Hill. Ces plants mériteraient un statut particulier dans l’espèce car à l'opposé de la variété mollicomata à laquelle ils sont rattachés, ils possèdent un port fastigié, ils fleurissent très tôt avec des fleurs en coupe et soucoupe d’une couleur d’un pourpre-violet cyclamen. Ce sont les moins rustiques ; à ce propos, le plant de Borde Hill (Sussex) est mort. Heureusement il avait été propagé avant de geler.
La rusticité générale varie suivant les variétés et cultivars entre la zone 9 et la zone 7.
Bien entendu les jardiniers ont hybridé M. Campbellii avec d'autres espèces aux fins d'obtenir des plantes plus rustiques tout en conservant les qualité de l'espèce.

Si vous avez de l'espace, si votre climat est propice, si vous avez beaucoup de temps devant vous et enfin si vous voulez bluffer vos visiteurs, alors plantez Magnolia Campbellii. Les risques de voir vos fleurs geler à peine ouvertes sont majeurs, mais quand par miracle il ne gèle pas durant la période, le spectacle est inoubliable.

Modifications de Oli le 24/06/2012 18:18 :  [Cette modification est en attente d'approbation]
divers_commentaire
Ceux qui ont lu la fiche sur Rhododendron 'Sir Charles Lemon' se souviennent que Sir Joseph Hooker (1817-1911) a exploré le Sikkim, l’Assam et le Bengale oriental entre 1849 et 1851. Il était basé à Darjeeling, alors sous le commandement de son Surintendant Archibald Campbell (1805-1878). C’est au cours d’une de ses expéditions, qu’accompagné de son ami d’université Thomas Thomson (1817-1878), il découvrit Magnolia Campbellii.
La première introduction de ce magnolia n’est pas exactement précisée. A propos de sa description dans « The Botanical Magazine » en 1885, Sir Joseph Hooker faisait remarquer qu’une fleur lui avait été adressée d’un jardin de Cork (Irlande) en 1878. Gardiner, qui fait autorité dans les magnolias, pense ainsi que l’introduction aurait eu lieu dans les années 1868.

Variétés : Magnolia Campbellii comprend plusieurs variétés. Sans trop entrer dans les détails, les voici.

  • M. campbellii (Hooker & Thomson)- Originaire de l’Est du Népal, Sikkim, Bhoutan et Assam. Les fleurs sont, suivant les cultivars, roses ou blanches. Les plants sont normalement greffés, car issus de semis ils ne fleurissent qu’au bout de 30 ans.
  • Il y a beaucoup de cultivars, dont un particulièrement remarquable : ‘Darjeeling’, originaire du jardin botanique de Darjeeling aux fleurs foncées rouge-pourpre particulièrement lumineuses.
  • M. campbellii var. alba (Treseder) - Cette variété pousse dans le même habitat que M. Campbellii. C'est simplement la variété à fleurs blanches. Dans la nature on les rencontre en égal quantité. On trouve aussi des cultivars sélectionnés.
  • M. campbellii var. mollicomata (William Wright Smith) - Originaire du Sud-Est du Tibet, Nord de la Birmanie et l’Ouest du Yunnan ; découvert par George Forrest vers 1904. Le port est plus étalé et les fleurs en coupe et soucoupe, de couleur rose ou pourpre, éclosent plus tardivement. la variété mollicomata est réputée plus rustique, sans doute en raison de cette floraison plus tardive. Les semis demandent la moitié du temps pour fleurir (15 ans).
  • M. campbellii var. mollicomata F. 25655 - George Forrest a effectué une récolte de graines au Nord-Ouest du Yunnan en 1924 dont sont issus 3 plants distribués dans les jardins suivant : Lanarth, Werrington et Borde Hill. Ces plants mériteraient un statut particulier dans l’espèce car à l'opposé de la variété mollicomata à laquelle ils sont rattachés, ils possèdent un port fastigié, ils fleurissent très tôt avec des fleurs en coupe et soucoupe d’une couleur d’un pourpre-violet cyclamen. Ce sont les moins rustiques ; à ce propos, le plant de Borde Hill (Sussex) est mort. Heureusement il avait été propagé avant de geler.
La rusticité générale varie suivant les variétés et cultivars entre la zone 9 et la zone 7.
Bien entendu les jardiniers ont hybridé M. Campbellii avec d'autres espèces aux fins d'obtenir des plantes plus rustiques tout en conservant les qualité de l'espèce.

Si vous avez de l'espace, si votre climat est propice, si vous avez beaucoup de temps devant vous et enfin si vous voulez bluffer vos visiteurs, alors plantez Magnolia Campbellii. Les risques de voir vos fleurs geler à peine ouvertes sont majeurs, mais quand par miracle il ne gèle pas durant la période, le spectacle est inoubliable.

divers_commentaire
Ceux qui ont lu la fiche sur Rhododendron 'Sir Charles Lemon' se souviennent que Sir Joseph Hooker (1817-1911) a exploré le Sikkim, l’Assam et le Bengale oriental entre 1849 et 1851. Il était basé à Darjeeling, alors sous le commandement de son Surintendant Archibald Campbell (1805-1878). C’est au cours d’une de ses expéditions, qu’accompagné de son ami d’université Thomas Thomson (1817-1878), il découvrit Magnolia Campbellii.
La première introduction de ce magnolia n’est pas exactement précisée. A propos de sa description dans « The Botanical Magazine » en 1885, Sir Joseph Hooker faisait remarquer qu’une fleur lui avait été adressée d’un jardin de Cork (Irlande) en 1878. Gardiner, qui fait autorité dans les magnolias, pense ainsi que l’introduction aurait eu lieu dans les années 1868.

Variétés : Magnolia Campbellii comprend plusieurs variétés. Sans trop entrer dans les détails, les voici.

  • M. campbellii (Hooker & Thomson)- Originaire de l’Est du Népal, Sikkim, Bhoutan et Assam. Les fleurs sont, suivant les cultivars, roses ou blanches. Les plants sont normalement greffés, car issus de semis ils ne fleurissent qu’au bout de 30 ans.
  • Il y a beaucoup de cultivars, dont un particulièrement remarquable : ‘Darjeeling’, originaire du jardin botanique de Darjeeling aux fleurs foncées rouge-pourpre particulièrement lumineuses.
  • M. campbellii var. alba (Treseder) - Cette variété pousse dans le même habitat que M. Campbellii. C'est simplement la variété à fleurs blanches. Dans la nature on les rencontre en égal quantité. On trouve aussi des cultivars sélectionnés.
  • M. campbellii var. mollicomata (William Wright Smith) - Originaire du Sud-Est du Tibet, Nord de la Birmanie et l’Ouest du Yunnan ; découvert par George Forrest vers 1904. Le port est plus étalé et les fleurs en coupe et soucoupe, de couleur rose ou pourpre, éclosent plus tardivement. la variété mollicomata est réputée plus rustique, sans doute en raison de cette floraison plus tardive. Les semis demandent la moitié du temps pour fleurir (15 ans).
  • M. campbellii var. mollicomata F. 25655 - George Forrest a effectué une récolte de graines au Nord-Ouest du Yunnan en 1924 dont sont issus 3 plants distribués dans les jardins suivant : Lanarth, Werrington et Borde Hill. Ces plants mériteraient un statut particulier dans l’espèce car à l'opposé de la variété mollicomata à laquelle ils sont rattachés, ils possèdent un port fastigié, ils fleurissent très tôt avec des fleurs en coupe et soucoupe d’une couleur d’un pourpre-violet cyclamen. Ce sont les moins rustiques ; à ce propos, le plant de Borde Hill (Sussex) est mort. Heureusement il avait été propagé avant de geler.
La rusticité générale varie suivant les variétés et cultivars entre la zone 9 et la zone 7.
Bien entendu les jardiniers ont hybridé M. Campbellii avec d'autres espèces aux fins d'obtenir des plantes plus rustiques tout en conservant les qualité de l'espèce.

Si vous avez de l'espace, si votre climat est propice, si vous avez beaucoup de temps devant vous et enfin si vous voulez bluffer vos visiteurs, alors plantez Magnolia Campbellii. Les risques de voir vos fleurs geler à peine ouvertes sont majeurs, mais quand par miracle il ne gèle pas durant la période, le spectacle est inoubliable.

Modifications de Oli le 24/06/2012 18:13 :  [Cette modification est en attente d'approbation]
divers_commentaire
Ceux qui ont lu la fiche sur Rhododendron 'Sir Charles Lemon' se souviennent que Sir Joseph Hooker (1817-1911) a exploré le Sikkim, l’Assam et le Bengale oriental entre 1849 et 1851. Il était basé à Darjeeling, alors sous le commandement de son Surintendant Archibald Campbell (1805-1878). C’est au cours d’une de ses expéditions, qu’accompagné de son ami d’université Thomas Thomson (1817-1878), il découvrit Magnolia Campbellii.
La première introduction de ce magnolia n’est pas exactement précisée. A propos de sa description dans « The Botanical Magazine » en 1885, Sir Joseph Hooker faisait remarquer qu’une fleur lui avait été adressée d’un jardin de Cork (Irlande) en 1878. Gardiner, qui fait autorité dans les magnolias, pense ainsi que l’introduction aurait eu lieu dans les années 1868.

Variétés : Magnolia Campbellii comprend plusieurs variétés. Sans trop entrer dans les détails, les voici.

  • M. Campbellii (Hooker & Thomson)- Originaire de l’Est du Népal, Sikkim, Bhoutan et Assam. Les fleurs sont, suivant les cultivars, roses ou blanches. Les plants sont normalement greffés, car issus de semis ils ne fleurissent qu’au bout de 30 ans.
  • Il y a beaucoup de cultivars, dont un particulièrement remarquable : ‘Darjeeling’, originaire du jardin botanique de Darjeeling aux fleurs foncées rouge-pourpre particulièrement lumineuses.
  • M. Campbellii var. alba (Treseder) - Cette variété pousse dans le même habitat que M. Campbellii. C'est simplement la variété à fleurs blanches. Dans la nature on les rencontre en égal quantité. On trouve aussi des cultivars sélectionnés.
  • M. Campbellii var. mollicomata (William Wright Smith) - Originaire du Sud-Est du Tibet, Nord de la Birmanie et l’Ouest du Yunnan ; découvert par George Forrest vers 1904. Le port est plus étalé et les fleurs en coupe et soucoupe, de couleur rose ou pourpre, éclosent plus tardivement. la variété mollicomata est réputée plus rustique, sans doute en raison de cette floraison plus tardive. Les semis demandent la moitié du temps pour fleurir (15 ans).
  • M. Campbellii var. mollicomata F. 25655 - George Forrest a effectué une récolte de graines au Nord-Ouest du Yunnan en 1924 dont sont issus 3 plants distribués dans les jardins suivant : Lanarth, Werrington et Borde Hill. Ces plants mériteraient un statut particulier dans l’espèce car à l'opposé de la variété mollicomata à laquelle ils sont rattachés, ils possèdent un port fastigié, ils fleurissent très tôt avec des fleurs en coupe et soucoupe d’une couleur d’un pourpre-violet cyclamen. Ce sont les moins rustiques ; à ce propos, le plant de Borde Hill (Sussex) est mort. Heureusement il avait été propagé avant de geler.
La rusticité générale varie suivant les variétés et cultivars entre la zone 9 et la zone 7.
Bien entendu les jardiniers ont hybridé M. Campbellii avec d'autres espèces aux fins d'obtenir des plantes plus rustiques tout en conservant les qualité de l'espèce.

Si vous avez de l'espace, si votre climat est propice, si vous avez beaucoup de temps devant vous et enfin si vous voulez bluffer vos visiteurs, alors plantez Magnolia Campbellii. Les risques de voir vos fleurs geler à peine ouvertes sont majeurs, mais quand par miracle il ne gèle pas durant la période, le spectacle est inoubliable.

divers_commentaire
Ceux qui ont lu la fiche sur Rhododendron 'Sir Charles Lemon' se souviennent que Sir Joseph Hooker (1817-1911) a exploré le Sikkim, l’Assam et le Bengale oriental entre 1849 et 1851. Il était basé à Darjeeling, alors sous le commandement de son Surintendant Archibald Campbell (1805-1878). C’est au cours d’une de ses expéditions, qu’accompagné de son ami d’université Thomas Thomson (1817-1878), il découvrit Magnolia Campbellii.
La première introduction de ce magnolia n’est pas exactement précisée. A propos de sa description dans « The Botanical Magazine » en 1885, Sir Joseph Hooker faisait remarquer qu’une fleur lui avait été adressée d’un jardin de Cork (Irlande) en 1878. Gardiner, qui fait autorité dans les magnolias, pense ainsi que l’introduction aurait eu lieu dans les années 1868.

Variétés : Magnolia Campbellii comprend plusieurs variétés. Sans trop entrer dans les détails, les voici.

  • M. campbellii (Hooker & Thomson)- Originaire de l’Est du Népal, Sikkim, Bhoutan et Assam. Les fleurs sont, suivant les cultivars, roses ou blanches. Les plants sont normalement greffés, car issus de semis ils ne fleurissent qu’au bout de 30 ans.
  • Il y a beaucoup de cultivars, dont un particulièrement remarquable : ‘Darjeeling’, originaire du jardin botanique de Darjeeling aux fleurs foncées rouge-pourpre particulièrement lumineuses.
  • M. campbellii var. alba (Treseder) - Cette variété pousse dans le même habitat que M. Campbellii. C'est simplement la variété à fleurs blanches. Dans la nature on les rencontre en égal quantité. On trouve aussi des cultivars sélectionnés.
  • M. campbellii var. mollicomata (William Wright Smith) - Originaire du Sud-Est du Tibet, Nord de la Birmanie et l’Ouest du Yunnan ; découvert par George Forrest vers 1904. Le port est plus étalé et les fleurs en coupe et soucoupe, de couleur rose ou pourpre, éclosent plus tardivement. la variété mollicomata est réputée plus rustique, sans doute en raison de cette floraison plus tardive. Les semis demandent la moitié du temps pour fleurir (15 ans).
  • M. campbellii var. mollicomata F. 25655 - George Forrest a effectué une récolte de graines au Nord-Ouest du Yunnan en 1924 dont sont issus 3 plants distribués dans les jardins suivant : Lanarth, Werrington et Borde Hill. Ces plants mériteraient un statut particulier dans l’espèce car à l'opposé de la variété mollicomata à laquelle ils sont rattachés, ils possèdent un port fastigié, ils fleurissent très tôt avec des fleurs en coupe et soucoupe d’une couleur d’un pourpre-violet cyclamen. Ce sont les moins rustiques ; à ce propos, le plant de Borde Hill (Sussex) est mort. Heureusement il avait été propagé avant de geler.
La rusticité générale varie suivant les variétés et cultivars entre la zone 9 et la zone 7.
Bien entendu les jardiniers ont hybridé M. Campbellii avec d'autres espèces aux fins d'obtenir des plantes plus rustiques tout en conservant les qualité de l'espèce.

Si vous avez de l'espace, si votre climat est propice, si vous avez beaucoup de temps devant vous et enfin si vous voulez bluffer vos visiteurs, alors plantez Magnolia Campbellii. Les risques de voir vos fleurs geler à peine ouvertes sont majeurs, mais quand par miracle il ne gèle pas durant la période, le spectacle est inoubliable.

Modifications de lrey le 26/02/2006 12:03 :  [Cette modification a été approuvée]
vernaculaire_en_1
vernaculaire_en_1
the queen of magnolias
Modifications de lrey le 26/02/2006 12:01 :  [Cette modification a été approuvée]
Modifications de lrey le 26/02/2006 12:01 :  [Cette modification a été approuvée]
attaques_commentaire
Attaques: Les magnolias sont assez peu sensibles aux maladies et parasites.
attaques_commentaire
Attaques : Les magnolias sont assez peu sensibles aux maladies et parasites.
divers_commentaire
Introduction : Ceux qui ont lu la fiche sur Rhododendron 'Sir Charles Lemon' se souviennent que Sir Joseph Hooker (1817-1911) a exploré le Sikkim, l’Assam et le Bengale oriental entre 1849 et 1851. Il était basé à Darjeeling, alors sous le commandement de son Surintendant Archibald Campbell (1805-1878). C’est au cours d’une de ses expéditions, qu’accompagné de son ami d’université Thomas Thomson (1817-1878), il découvrit Magnolia Campbellii.
La première introduction de ce magnolia n’est pas exactement précisée. A propos de sa description dans « The Botanical Magazine » en 1885, Sir Joseph Hooker faisait remarquer qu’une fleur lui avait été adressée d’un jardin de Cork (Irlande) en 1878. Gardiner, qui fait autorité dans les magnolias, pense ainsi que l’introduction aurait eu lieu dans les années 1868.

Variétés : Magnolia Campbellii comprend plusieurs variétés. Sans trop entrer dans les détails, les voici.

  • M. Campbellii (Hooker & Thomson)- Originaire de l’Est du Népal, Sikkim, Bhoutan et Assam. Les fleurs sont, suivant les cultivars, roses ou blanches. Les plants sont normalement greffés, car issus de semis ils ne fleurissent qu’au bout de 30 ans.
  • Il y a beaucoup de cultivars, dont un particulièrement remarquable : ‘Darjeeling’, originaire du jardin botanique de Darjeeling aux fleurs foncées rouge-pourpre particulièrement lumineuses.
  • M. Campbellii var. alba (Treseder) - Cette variété pousse dans le même habitat que M. Campbellii. C'est simplement la variété à fleurs blanches. Dans la nature on les rencontre en égal quantité. On trouve aussi des cultivars sélectionnés.
  • M. Campbellii var. mollicomata (William Wright Smith) - Originaire du Sud-Est du Tibet, Nord de la Birmanie et l’Ouest du Yunnan ; découvert par George Forrest vers 1904. Le port est plus étalé et les fleurs en coupe et soucoupe, de couleur rose ou pourpre, éclosent plus tardivement. la variété mollicomata est réputée plus rustique, sans doute en raison de cette floraison plus tardive. Les semis demandent la moitié du temps pour fleurir (15 ans).
  • M. Campbellii var. mollicomata F. 25655 - George Forrest a effectué une récolte de graines au Nord-Ouest du Yunnan en 1924 dont sont issus 3 plants distribués dans les jardins suivant : Lanarth, Werrington et Borde Hill. Ces plants mériteraient un statut particulier dans l’espèce car à l'opposé de la variété mollicomata à laquelle ils sont rattachés, ils possèdent un port fastigié, ils fleurissent très tôt avec des fleurs en coupe et soucoupe d’une couleur d’un pourpre-violet cyclamen. Ce sont les moins rustiques ; à ce propos, le plant de Borde Hill (Sussex) est mort. Heureusement il avait été propagé avant de geler.
La rusticité générale varie suivant les variétés et cultivars entre la zone 9 et la zone 7.
Bien entendu les jardiniers ont hybridé M. Campbellii avec d'autres espèces aux fins d'obtenir des plantes plus rustiques tout en conservant les qualité de l'espèce.

Si vous avez de l'espace, si votre climat est propice, si vous avez beaucoup de temps devant vous et enfin si vous voulez bluffer vos visiteurs, alors plantez Magnolia Campbellii. Les risques de voir vos fleurs geler à peine ouvertes sont majeurs, mais quand par miracle il ne gèle pas durant la période, le spectacle est inoubliable.

divers_commentaire
Ceux qui ont lu la fiche sur Rhododendron 'Sir Charles Lemon' se souviennent que Sir Joseph Hooker (1817-1911) a exploré le Sikkim, l’Assam et le Bengale oriental entre 1849 et 1851. Il était basé à Darjeeling, alors sous le commandement de son Surintendant Archibald Campbell (1805-1878). C’est au cours d’une de ses expéditions, qu’accompagné de son ami d’université Thomas Thomson (1817-1878), il découvrit Magnolia Campbellii.
La première introduction de ce magnolia n’est pas exactement précisée. A propos de sa description dans « The Botanical Magazine » en 1885, Sir Joseph Hooker faisait remarquer qu’une fleur lui avait été adressée d’un jardin de Cork (Irlande) en 1878. Gardiner, qui fait autorité dans les magnolias, pense ainsi que l’introduction aurait eu lieu dans les années 1868.

Variétés : Magnolia Campbellii comprend plusieurs variétés. Sans trop entrer dans les détails, les voici.

  • M. Campbellii (Hooker & Thomson)- Originaire de l’Est du Népal, Sikkim, Bhoutan et Assam. Les fleurs sont, suivant les cultivars, roses ou blanches. Les plants sont normalement greffés, car issus de semis ils ne fleurissent qu’au bout de 30 ans.
  • Il y a beaucoup de cultivars, dont un particulièrement remarquable : ‘Darjeeling’, originaire du jardin botanique de Darjeeling aux fleurs foncées rouge-pourpre particulièrement lumineuses.
  • M. Campbellii var. alba (Treseder) - Cette variété pousse dans le même habitat que M. Campbellii. C'est simplement la variété à fleurs blanches. Dans la nature on les rencontre en égal quantité. On trouve aussi des cultivars sélectionnés.
  • M. Campbellii var. mollicomata (William Wright Smith) - Originaire du Sud-Est du Tibet, Nord de la Birmanie et l’Ouest du Yunnan ; découvert par George Forrest vers 1904. Le port est plus étalé et les fleurs en coupe et soucoupe, de couleur rose ou pourpre, éclosent plus tardivement. la variété mollicomata est réputée plus rustique, sans doute en raison de cette floraison plus tardive. Les semis demandent la moitié du temps pour fleurir (15 ans).
  • M. Campbellii var. mollicomata F. 25655 - George Forrest a effectué une récolte de graines au Nord-Ouest du Yunnan en 1924 dont sont issus 3 plants distribués dans les jardins suivant : Lanarth, Werrington et Borde Hill. Ces plants mériteraient un statut particulier dans l’espèce car à l'opposé de la variété mollicomata à laquelle ils sont rattachés, ils possèdent un port fastigié, ils fleurissent très tôt avec des fleurs en coupe et soucoupe d’une couleur d’un pourpre-violet cyclamen. Ce sont les moins rustiques ; à ce propos, le plant de Borde Hill (Sussex) est mort. Heureusement il avait été propagé avant de geler.
La rusticité générale varie suivant les variétés et cultivars entre la zone 9 et la zone 7.
Bien entendu les jardiniers ont hybridé M. Campbellii avec d'autres espèces aux fins d'obtenir des plantes plus rustiques tout en conservant les qualité de l'espèce.

Si vous avez de l'espace, si votre climat est propice, si vous avez beaucoup de temps devant vous et enfin si vous voulez bluffer vos visiteurs, alors plantez Magnolia Campbellii. Les risques de voir vos fleurs geler à peine ouvertes sont majeurs, mais quand par miracle il ne gèle pas durant la période, le spectacle est inoubliable.

floraison_commentaire
Les boutons floraux de Magnolia Campbellii portent des pérules duveteuses dont l'épaisseur croît en même temps que le bouton grossit, sans doute pour le protéger du froid.
Les boutons de la variété type sont de forme conique; ceux de la variété mollicomata sont plus larges et oblongs; ceux enfin de F. 25655 (Lanarth, Werrington et Borde Hill) sont encore plus larges et applatis.
La période de floraison est très précoce, parfois dès février. Quand les pérules duveteuses tombent la fleur est sans protection et c'est là le problème car elles sont très sensibles au gel. Les photos de 'Charles Raffill' dans l'album sont parlantes. Il a suffit d'une averse de neige au matin pour qu'à midi toutes les fleurs soient brunes. La maîtrise de l'exposition et des conditions climatiques est primordiale. en Bretagne Ouest, il y a de grande variations de température en hiver. Tant que celle-ci tourne autour de 5 °C, la plante est en repos. Mais si elle monte à 10 °C, voire 11 °C alors là M. Campbellii se met à fleurir. Si le froid revient, on peut dire adieu aux fleurs. C'est le risque.
Les fleurs sont odorantes, mais le parfum est pharmaceutique.
floraison_commentaire
Les boutons floraux de Magnolia Campbellii portent des pérules duveteuses dont l'épaisseur croît en même temps que le bouton grossit, sans doute pour le protéger du froid.
Les boutons de la variété type sont de forme conique; ceux de la variété mollicomata sont plus larges et oblongs; ceux enfin de F. 25655 (Lanarth, Werrington et Borde Hill) sont encore plus larges et applatis.
La période de floraison est très précoce, parfois dès février. Quand les pérules duveteuses tombent la fleur est sans protection et c'est là le problème car elles sont très sensibles au gel. Les photos de 'Charles Raffill' sont parlantes. Il a suffit d'une averse de neige au matin pour qu'à midi toutes les fleurs soient brunes. La maîtrise de l'exposition et des conditions climatiques est primordiale. en Bretagne Ouest, il y a de grande variations de température en hiver. Tant que celle-ci tourne autour de 5 °C, la plante est en repos. Mais si elle monte à 10 °C, voire 11 °C alors là M. Campbellii se met à fleurir. Si le froid revient, on peut dire adieu aux fleurs. C'est le risque.
Les fleurs sont odorantes, mais le parfum est pharmaceutique.
floraison_odeur
0
floraison_odeur
1
multiplication_commentaire
Les plants sélectionnés sont généralement greffés sur la variété mollicomata pour hâter la floraison. Il faut quand même attendre 7 à 10 ans (au lieu de 15 à 30 ans).
multiplication_commentaire
Les plants sélectionnés sont généralement greffés sur la variété mollicomata pour hâter la floraison. Il faut quand même attendre 7 à 10 ans (au lieu de 15 à 30 ans).
sol_commentaire
Sol: acide, profond, frais et riche.
sol_commentaire
Sol : acide, profond, frais et riche.
Modifications de lrey le 26/02/2006 11:58 :  [Cette modification a été approuvée]
divers_commentaire
Introduction : Ceux qui ont lu la fiche sur Rhododendron 'Sir Charles Lemon' se souviennent que Sir Joseph Hooker (1817-1911) a exploré le Sikkim, l’Assam et le Bengale oriental entre 1849 et 1851. Il était basé à Darjeeling, alors sous le commandement de son Surintendant Archibald Campbell (1805-1878). C’est au cours d’une de ses expéditions, qu’accompagné de son ami d’université Thomas Thomson (1817-1878), il découvrit Magnolia Campbellii.
La première introduction de ce magnolia n’est pas exactement précisée. A propos de sa description dans « The Botanical Magazine » en 1885, Sir Joseph Hooker faisait remarquer qu’une fleur lui avait été adressée d’un jardin de Cork (Irlande) en 1878. Gardiner, qui fait autorité dans les magnolias, pense ainsi que l’introduction aurait eu lieu dans les années 1868.
Variétés : Magnolia Campbellii comprend plusieurs variétés. Sans trop entrer dans les détails, les voici.
  • M. Campbellii (Hooker & Thomson)- Originaire de l’Est du Népal, Sikkim, Bhoutan et Assam. Les fleurs sont, suivant les cultivars, roses ou blanches. Les plants sont normalement greffés, car issus de semis ils ne fleurissent qu’au bout de 30 ans.
  • Il y a beaucoup de cultivars, dont un particulièrement remarquable : ‘Darjeeling’, originaire du jardin botanique de Darjeeling aux fleurs foncées rouge-pourpre particulièrement lumineuses.
  • M. Campbellii var. alba (Treseder) - Cette variété pousse dans le même habitat que M. Campbellii. C'est simplement la variété à fleurs blanches. Dans la nature on les rencontre en égal quantité. On trouve aussi des cultivars sélectionnés.
  • M. Campbellii var. mollicomata (William Wright Smith) - Originaire du Sud-Est du Tibet, Nord de la Birmanie et l’Ouest du Yunnan ; découvert par George Forrest vers 1904. Le port est plus étalé et les fleurs en coupe et soucoupe, de couleur rose ou pourpre, éclosent plus tardivement. la variété mollicomata est réputée plus rustique, sans doute en raison de cette floraison plus tardive. Les semis demandent la moitié du temps pour fleurir (15 ans).
  • M. Campbellii var. mollicomata F. 25655 - George Forrest a effectué une récolte de graines au Nord-Ouest du Yunnan en 1924 dont sont issus 3 plants distribués dans les jardins suivant : Lanarth, Werrington et Borde Hill. Ces plants mériteraient un statut particulier dans l’espèce car à l'opposé de la variété mollicomata à laquelle ils sont rattachés, ils possèdent un port fastigié, ils fleurissent très tôt avec des fleurs en coupe et soucoupe d’une couleur d’un pourpre-violet cyclamen. Ce sont les moins rustiques ; à ce propos, le plant de Borde Hill (Sussex) est mort. Heureusement il avait été propagé avant de geler.
La rusticité générale varie suivant les variétés et cultivars entre la zone 9 et la zone 7.
Bien entendu les jardiniers ont hybridé M. Campbellii avec d'autres espèces aux fins d'obtenir des plantes plus rustiques tout en conservant les qualité de l'espèce.

Si vous avez de l'espace, si votre climat est propice, si vous avez beaucoup de temps devant vous et enfin si vous voulez bluffer vos visiteurs, alors plantez Magnolia Campbellii. Les risques de voir vos fleurs geler à peine ouvertes sont majeurs, mais quand par miracle il ne gèle pas durant la période, le spectacle est inoubliable.

divers_commentaire
Introduction : Ceux qui ont lu la fiche sur Rhododendron 'Sir Charles Lemon' se souviennent que Sir Joseph Hooker (1817-1911) a exploré le Sikkim, l’Assam et le Bengale oriental entre 1849 et 1851. Il était basé à Darjeeling, alors sous le commandement de son Surintendant Archibald Campbell (1805-1878). C’est au cours d’une de ses expéditions, qu’accompagné de son ami d’université Thomas Thomson (1817-1878), il découvrit Magnolia Campbellii.
La première introduction de ce magnolia n’est pas exactement précisée. A propos de sa description dans « The Botanical Magazine » en 1885, Sir Joseph Hooker faisait remarquer qu’une fleur lui avait été adressée d’un jardin de Cork (Irlande) en 1878. Gardiner, qui fait autorité dans les magnolias, pense ainsi que l’introduction aurait eu lieu dans les années 1868.

Variétés : Magnolia Campbellii comprend plusieurs variétés. Sans trop entrer dans les détails, les voici.

  • M. Campbellii (Hooker & Thomson)- Originaire de l’Est du Népal, Sikkim, Bhoutan et Assam. Les fleurs sont, suivant les cultivars, roses ou blanches. Les plants sont normalement greffés, car issus de semis ils ne fleurissent qu’au bout de 30 ans.
  • Il y a beaucoup de cultivars, dont un particulièrement remarquable : ‘Darjeeling’, originaire du jardin botanique de Darjeeling aux fleurs foncées rouge-pourpre particulièrement lumineuses.
  • M. Campbellii var. alba (Treseder) - Cette variété pousse dans le même habitat que M. Campbellii. C'est simplement la variété à fleurs blanches. Dans la nature on les rencontre en égal quantité. On trouve aussi des cultivars sélectionnés.
  • M. Campbellii var. mollicomata (William Wright Smith) - Originaire du Sud-Est du Tibet, Nord de la Birmanie et l’Ouest du Yunnan ; découvert par George Forrest vers 1904. Le port est plus étalé et les fleurs en coupe et soucoupe, de couleur rose ou pourpre, éclosent plus tardivement. la variété mollicomata est réputée plus rustique, sans doute en raison de cette floraison plus tardive. Les semis demandent la moitié du temps pour fleurir (15 ans).
  • M. Campbellii var. mollicomata F. 25655 - George Forrest a effectué une récolte de graines au Nord-Ouest du Yunnan en 1924 dont sont issus 3 plants distribués dans les jardins suivant : Lanarth, Werrington et Borde Hill. Ces plants mériteraient un statut particulier dans l’espèce car à l'opposé de la variété mollicomata à laquelle ils sont rattachés, ils possèdent un port fastigié, ils fleurissent très tôt avec des fleurs en coupe et soucoupe d’une couleur d’un pourpre-violet cyclamen. Ce sont les moins rustiques ; à ce propos, le plant de Borde Hill (Sussex) est mort. Heureusement il avait été propagé avant de geler.
La rusticité générale varie suivant les variétés et cultivars entre la zone 9 et la zone 7.
Bien entendu les jardiniers ont hybridé M. Campbellii avec d'autres espèces aux fins d'obtenir des plantes plus rustiques tout en conservant les qualité de l'espèce.

Si vous avez de l'espace, si votre climat est propice, si vous avez beaucoup de temps devant vous et enfin si vous voulez bluffer vos visiteurs, alors plantez Magnolia Campbellii. Les risques de voir vos fleurs geler à peine ouvertes sont majeurs, mais quand par miracle il ne gèle pas durant la période, le spectacle est inoubliable.

feuillage_commentaire
Feuillage: Feuilles caduques, elliptiques, de 25 cm de long par 12,5 cm de large (plus large chez F. 25655). Très légère pilosité sur la face inférieure en particulier le long des nervures.
feuillage_commentaire
Les feuilles de ce magnolia sont caduques, elliptiques, de 25 cm de long par 12,5 cm de large (plus large chez F. 25655). Très légère pilosité sur la face inférieure, en particulier le long des nervures.
floraison_commentaire
Floraison: Les boutons floraux portent des pérules duveteuse dont l'épaisseur croît en même temps que le bouton grossit, sans doute pour le protéger du froid. Les boutons de la variété type sont de forme conique; ceux de la variété mollicomata sont plus larges et oblongs; ceux enfin de F. 25655 (Lanarth, Werrington et Borde Hill) sont encore plus larges et applatis. La période de floraison est très précoce, parfois dès février. Quand les pérules duveteuses tombent la fleur est sans protection et c'est là le problème car elles sont très sensibles au gel. Les photos de 'Charles Raffill' dans l'album sont parlantes. Il a suffit d'une averse de neige au matin pour qu'à midi toutes les fleurs soient brunes. La maîtrise de l'exposition et des conditions climatiques est primordiale. en Bretagne Ouest, il y a de grande variations de température en hiver. Tant que celle-ci tourne autour de 5 °C, la plante est en repos. Mais si elle monte à 10 °C, voire 11 °C alors là M. Campbellii se met à fleurir. Si le froid revient, on peut dire adieu aux fleurs. C'est le risque. Les fleurs sont odorantes, mais le parfum est pharmaceutique.
floraison_commentaire
Les boutons floraux de Magnolia Campbellii portent des pérules duveteuses dont l'épaisseur croît en même temps que le bouton grossit, sans doute pour le protéger du froid.
Les boutons de la variété type sont de forme conique; ceux de la variété mollicomata sont plus larges et oblongs; ceux enfin de F. 25655 (Lanarth, Werrington et Borde Hill) sont encore plus larges et applatis.
La période de floraison est très précoce, parfois dès février. Quand les pérules duveteuses tombent la fleur est sans protection et c'est là le problème car elles sont très sensibles au gel. Les photos de 'Charles Raffill' dans l'album sont parlantes. Il a suffit d'une averse de neige au matin pour qu'à midi toutes les fleurs soient brunes. La maîtrise de l'exposition et des conditions climatiques est primordiale. en Bretagne Ouest, il y a de grande variations de température en hiver. Tant que celle-ci tourne autour de 5 °C, la plante est en repos. Mais si elle monte à 10 °C, voire 11 °C alors là M. Campbellii se met à fleurir. Si le froid revient, on peut dire adieu aux fleurs. C'est le risque.
Les fleurs sont odorantes, mais le parfum est pharmaceutique.
Modifications de lrey le 26/02/2006 11:54 :  [Cette modification a été approuvée]
divers_commentaire
Introduction : Ceux qui ont lu la fiche sur Rhododendron Sir Charles Lemon se souviennent que Sir Joseph Hooker (1817-1911) a exploré le Sikkim, l’Assam et le Bengale oriental entre 1849 et 1851. Il était basé à Darjeeling, alors sous le commandement de son Surintendant Archibald Campbell (1805-1878). C’est au cours d’une de ses expéditions, qu’accompagné de son ami d’université Thomas Thomson (1817-1878), il découvrit Magnolia Campbellii. La première introduction de ce magnolia n’est pas exactement précisée. A propos de sa description dans « The Botanical Magazine » en 1885, Sir Joseph Hooker faisait remarquer qu’une fleur lui avait été adressée d’un jardin de Cork (Irlande) en 1878. Gardiner, qui fait autorité dans les magnolias, pense ainsi que l’introduction aurait eu lieu dans les années 1868. Variétés : Magnolia Campbellii comprend plusieurs variétés. Sans trop entrer dans les détails, les voici.
  • M. Campbellii (Hooker & Thomson)- Originaire de l’Est du Népal, Sikkim, Bhoutan et Assam. Les fleurs sont, suivant les cultivars, roses ou blanches. Les plants sont normalement greffés, car issus de semis ils ne fleurissent qu’au bout de 30 ans.
  • Il y a beaucoup de cultivars, dont un particulièrement remarquable : ‘Darjeeling’, originaire du jardin botanique de Darjeeling aux fleurs foncées rouge-pourpre particulièrement lumineuses.
  • M. Campbellii var. alba (Treseder) - Cette variété pousse dans le même habitat que M. Campbellii. C'est simplement la variété à fleurs blanches. Dans la nature on les rencontre en égal quantité. On trouve aussi des cultivars sélectionnés.
  • M. Campbellii var. mollicomata (William Wright Smith) - Originaire du Sud-Est du Tibet, Nord de la Birmanie et l’Ouest du Yunnan ; découvert par George Forrest vers 1904. Le port est plus étalé et les fleurs en coupe et soucoupe, de couleur rose ou pourpre, éclosent plus tardivement. la variété mollicomata est réputée plus rustique, sans doute en raison de cette floraison plus tardive. Les semis demandent la moitié du temps pour fleurir (15 ans).
  • M. Campbellii var. mollicomata F. 25655 - George Forrest a effectué une récolte de graines au Nord-Ouest du Yunnan en 1924 dont sont issus 3 plants distribués dans les jardins suivant : Lanarth, Werrington et Borde Hill. Ces plants mériteraient un statut particulier dans l’espèce car à l'opposé de la variété mollicomata à laquelle ils sont rattachés, ils possèdent un port fastigié, ils fleurissent très tôt avec des fleurs en coupe et soucoupe d’une couleur d’un pourpre-violet cyclamen. Ce sont les moins rustiques ; à ce propos, le plant de Borde Hill (Sussex) est mort. Heureusement il avait été propagé avant de geler.
La rusticité générale varie suivant les variétés et cultivars entre la zone 9 et la zone 7.
Bien entendu les jardiniers ont hybridé M. Campbellii avec d'autres espèces aux fins d'obtenir des plantes plus rustiques tout en conservant les qualité de l'espèce. Si vous avez de l'espace, si votre climat est propice, si vous avez beaucoup de temps devant vous et enfin si vous voulez bluffer vos visiteurs, alors plantez Magnolia Campbellii. Les risques de voir vos fleurs geler à peine ouvertes sont majeurs, mais quand par miracle il ne gèle pas durant la période, le spectacle est inoubliable.
divers_commentaire
Introduction : Ceux qui ont lu la fiche sur Rhododendron 'Sir Charles Lemon' se souviennent que Sir Joseph Hooker (1817-1911) a exploré le Sikkim, l’Assam et le Bengale oriental entre 1849 et 1851. Il était basé à Darjeeling, alors sous le commandement de son Surintendant Archibald Campbell (1805-1878). C’est au cours d’une de ses expéditions, qu’accompagné de son ami d’université Thomas Thomson (1817-1878), il découvrit Magnolia Campbellii.
La première introduction de ce magnolia n’est pas exactement précisée. A propos de sa description dans « The Botanical Magazine » en 1885, Sir Joseph Hooker faisait remarquer qu’une fleur lui avait été adressée d’un jardin de Cork (Irlande) en 1878. Gardiner, qui fait autorité dans les magnolias, pense ainsi que l’introduction aurait eu lieu dans les années 1868.
Variétés : Magnolia Campbellii comprend plusieurs variétés. Sans trop entrer dans les détails, les voici.
  • M. Campbellii (Hooker & Thomson)- Originaire de l’Est du Népal, Sikkim, Bhoutan et Assam. Les fleurs sont, suivant les cultivars, roses ou blanches. Les plants sont normalement greffés, car issus de semis ils ne fleurissent qu’au bout de 30 ans.
  • Il y a beaucoup de cultivars, dont un particulièrement remarquable : ‘Darjeeling’, originaire du jardin botanique de Darjeeling aux fleurs foncées rouge-pourpre particulièrement lumineuses.
  • M. Campbellii var. alba (Treseder) - Cette variété pousse dans le même habitat que M. Campbellii. C'est simplement la variété à fleurs blanches. Dans la nature on les rencontre en égal quantité. On trouve aussi des cultivars sélectionnés.
  • M. Campbellii var. mollicomata (William Wright Smith) - Originaire du Sud-Est du Tibet, Nord de la Birmanie et l’Ouest du Yunnan ; découvert par George Forrest vers 1904. Le port est plus étalé et les fleurs en coupe et soucoupe, de couleur rose ou pourpre, éclosent plus tardivement. la variété mollicomata est réputée plus rustique, sans doute en raison de cette floraison plus tardive. Les semis demandent la moitié du temps pour fleurir (15 ans).
  • M. Campbellii var. mollicomata F. 25655 - George Forrest a effectué une récolte de graines au Nord-Ouest du Yunnan en 1924 dont sont issus 3 plants distribués dans les jardins suivant : Lanarth, Werrington et Borde Hill. Ces plants mériteraient un statut particulier dans l’espèce car à l'opposé de la variété mollicomata à laquelle ils sont rattachés, ils possèdent un port fastigié, ils fleurissent très tôt avec des fleurs en coupe et soucoupe d’une couleur d’un pourpre-violet cyclamen. Ce sont les moins rustiques ; à ce propos, le plant de Borde Hill (Sussex) est mort. Heureusement il avait été propagé avant de geler.
La rusticité générale varie suivant les variétés et cultivars entre la zone 9 et la zone 7.
Bien entendu les jardiniers ont hybridé M. Campbellii avec d'autres espèces aux fins d'obtenir des plantes plus rustiques tout en conservant les qualité de l'espèce.

Si vous avez de l'espace, si votre climat est propice, si vous avez beaucoup de temps devant vous et enfin si vous voulez bluffer vos visiteurs, alors plantez Magnolia Campbellii. Les risques de voir vos fleurs geler à peine ouvertes sont majeurs, mais quand par miracle il ne gèle pas durant la période, le spectacle est inoubliable.

Modifications de lrey le 26/02/2006 11:50 :  [Cette modification a été approuvée]
description_generale
Surnommée « The Queen of magnolias » par les botanistes anglais, Magnolia Campbellii est une plante somptueuse, exceptionnelle. L’arbre peut dépasser les 30 m dans la nature, 20 m dans les jardins. La floraison a lieu généralement très tôt dans la saison, parfois en février avec comme caractéristique des fleurs en coupe et soucoupe ; c’est-à-dire que les tépales extérieurs sont ouverts et les tépales intérieurs fermés, un peu comme des lotus. La perfection des fleurs, leur port, leurs couleurs lumineuses en font un spectacle inoubliable.
Dans les régions à climat doux, Magnolia Campbellii, Rhododendron arboreum et Æsculus indica sont des arbres de choix pour border l'allée qui mène à une demeure.
Variétés : Magnolia Campbellii comprend plusieurs variétés. Sans trop entrer dans les détails, les voici.
  • M. Campbellii (Hooker & Thomson)- Originaire de l’Est du Népal, Sikkim, Bhoutan et Assam. Les fleurs sont, suivant les cultivars, roses ou blanches. Les plants sont normalement greffés, car issus de semis ils ne fleurissent qu’au bout de 30 ans.
  • Il y a beaucoup de cultivars, dont un particulièrement remarquable : ‘Darjeeling’, originaire du jardin botanique de Darjeeling aux fleurs foncées rouge-pourpre particulièrement lumineuses.
  • M. Campbellii var. alba (Treseder) - Cette variété pousse dans le même habitat que M. Campbellii. C'est simplement la variété à fleurs blanches. Dans la nature on les rencontre en égal quantité. On trouve aussi des cultivars sélectionnés.
  • M. Campbellii var. mollicomata (William Wright Smith) - Originaire du Sud-Est du Tibet, Nord de la Birmanie et l’Ouest du Yunnan ; découvert par George Forrest vers 1904. Le port est plus étalé et les fleurs en coupe et soucoupe, de couleur rose ou pourpre, éclosent plus tardivement. la variété mollicomata est réputée plus rustique, sans doute en raison de cette floraison plus tardive. Les semis demandent la moitié du temps pour fleurir (15 ans).
  • M. Campbellii var. mollicomata F. 25655 - George Forrest a effectué une récolte de graines au Nord-Ouest du Yunnan en 1924 dont sont issus 3 plants distribués dans les jardins suivant : Lanarth, Werrington et Borde Hill. Ces plants mériteraient un statut particulier dans l’espèce car à l'opposé de la variété mollicomata à laquelle ils sont rattachés, ils possèdent un port fastigié, ils fleurissent très tôt avec des fleurs en coupe et soucoupe d’une couleur d’un pourpre-violet cyclamen. Ce sont les moins rustiques ; à ce propos, le plant de Borde Hill (Sussex) est mort. Heureusement il avait été propagé avant de geler.
La rusticité générale varie suivant les variétés et cultivars entre la zone 9 et la zone 7.
Bien entendu les jardiniers ont hybridé M. Campbellii avec d'autres espèces aux fins d'obtenir des plantes plus rustiques tout en conservant les qualité de l'espèce.
description_generale
Surnommée « The Queen of magnolias » par les botanistes Anglais, Magnolia Campbellii est une plante somptueuse, exceptionnelle. L’arbre peut dépasser les 30 m dans la nature, 20 m dans les jardins. La floraison a lieu généralement très tôt dans la saison, parfois en février avec comme caractéristique des fleurs en coupe et soucoupe ; c’est-à-dire que les tépales extérieurs sont ouverts et les tépales intérieurs fermés, un peu comme des lotus. La perfection des fleurs, leur port, leurs couleurs lumineuses en font un spectacle inoubliable.
Dans les régions à climat doux, Magnolia Campbellii, Rhododendron arboreum et Æsculus indica sont des arbres de choix pour border l'allée qui mène à une demeure.
divers_commentaire
Introduction : Ceux qui ont lu la fiche sur Rhododendron Sir Charles Lemon se souviennent que Sir Joseph Hooker (1817-1911) a exploré le Sikkim, l’Assam et le Bengale oriental entre 1849 et 1851. Il était basé à Darjeeling, alors sous le commandement de son Surintendant Archibald Campbell (1805-1878). C’est au cours d’une de ses expéditions, qu’accompagné de son ami d’université Thomas Thomson (1817-1878), il découvrit Magnolia Campbellii. La première introduction de ce magnolia n’est pas exactement précisée. A propos de sa description dans « The Botanical Magazine » en 1885, Sir Joseph Hooker faisait remarquer qu’une fleur lui avait été adressée d’un jardin de Cork (Irlande) en 1878. Gardiner, qui fait autorité dans les magnolias, pense ainsi que l’introduction aurait eu lieu dans les années 1868. Si vous avez de l'espace, si votre climat est propice, si vous avez beaucoup de temps devant vous et enfin si vous voulez bluffer vos visiteurs, alors plantez Magnolia Campbellii. Les risques de voir vos fleurs geler à peine ouvertes sont majeurs, mais quand par miracle il ne gèle pas durant la période, le spectacle est inoubliable.
divers_commentaire
Introduction : Ceux qui ont lu la fiche sur Rhododendron Sir Charles Lemon se souviennent que Sir Joseph Hooker (1817-1911) a exploré le Sikkim, l’Assam et le Bengale oriental entre 1849 et 1851. Il était basé à Darjeeling, alors sous le commandement de son Surintendant Archibald Campbell (1805-1878). C’est au cours d’une de ses expéditions, qu’accompagné de son ami d’université Thomas Thomson (1817-1878), il découvrit Magnolia Campbellii. La première introduction de ce magnolia n’est pas exactement précisée. A propos de sa description dans « The Botanical Magazine » en 1885, Sir Joseph Hooker faisait remarquer qu’une fleur lui avait été adressée d’un jardin de Cork (Irlande) en 1878. Gardiner, qui fait autorité dans les magnolias, pense ainsi que l’introduction aurait eu lieu dans les années 1868. Variétés : Magnolia Campbellii comprend plusieurs variétés. Sans trop entrer dans les détails, les voici.
  • M. Campbellii (Hooker & Thomson)- Originaire de l’Est du Népal, Sikkim, Bhoutan et Assam. Les fleurs sont, suivant les cultivars, roses ou blanches. Les plants sont normalement greffés, car issus de semis ils ne fleurissent qu’au bout de 30 ans.
  • Il y a beaucoup de cultivars, dont un particulièrement remarquable : ‘Darjeeling’, originaire du jardin botanique de Darjeeling aux fleurs foncées rouge-pourpre particulièrement lumineuses.
  • M. Campbellii var. alba (Treseder) - Cette variété pousse dans le même habitat que M. Campbellii. C'est simplement la variété à fleurs blanches. Dans la nature on les rencontre en égal quantité. On trouve aussi des cultivars sélectionnés.
  • M. Campbellii var. mollicomata (William Wright Smith) - Originaire du Sud-Est du Tibet, Nord de la Birmanie et l’Ouest du Yunnan ; découvert par George Forrest vers 1904. Le port est plus étalé et les fleurs en coupe et soucoupe, de couleur rose ou pourpre, éclosent plus tardivement. la variété mollicomata est réputée plus rustique, sans doute en raison de cette floraison plus tardive. Les semis demandent la moitié du temps pour fleurir (15 ans).
  • M. Campbellii var. mollicomata F. 25655 - George Forrest a effectué une récolte de graines au Nord-Ouest du Yunnan en 1924 dont sont issus 3 plants distribués dans les jardins suivant : Lanarth, Werrington et Borde Hill. Ces plants mériteraient un statut particulier dans l’espèce car à l'opposé de la variété mollicomata à laquelle ils sont rattachés, ils possèdent un port fastigié, ils fleurissent très tôt avec des fleurs en coupe et soucoupe d’une couleur d’un pourpre-violet cyclamen. Ce sont les moins rustiques ; à ce propos, le plant de Borde Hill (Sussex) est mort. Heureusement il avait été propagé avant de geler.
La rusticité générale varie suivant les variétés et cultivars entre la zone 9 et la zone 7.
Bien entendu les jardiniers ont hybridé M. Campbellii avec d'autres espèces aux fins d'obtenir des plantes plus rustiques tout en conservant les qualité de l'espèce. Si vous avez de l'espace, si votre climat est propice, si vous avez beaucoup de temps devant vous et enfin si vous voulez bluffer vos visiteurs, alors plantez Magnolia Campbellii. Les risques de voir vos fleurs geler à peine ouvertes sont majeurs, mais quand par miracle il ne gèle pas durant la période, le spectacle est inoubliable.
Modifications de lrey le 26/02/2006 11:48 :  [Cette modification a été approuvée]
description_generale
Surnommée « The Queen of magnolias » par les botanistes anglais, Magnolia Campbellii est une plante somptueuse, exceptionnelle. L’arbre peut dépasser les 30 m dans la nature, 20 m dans les jardins. La floraison a lieu généralement très tôt dans la saison, parfois en février avec comme caractéristique des fleurs en coupe et soucoupe ; c’est-à-dire que les tépales extérieurs sont ouverts et les tépales intérieurs fermés, un peu comme des lotus. La perfection des fleurs, leur port, leurs couleurs lumineuses en font un spectacle inoubliable.
Dans les régions à climat doux, Magnolia Campbellii, Rhododendron arboreum et Æsculus indica sont des arbres de choix pour border l'allée qui mène à une demeure.
Variétés : Magnolia Campbellii comprend plusieurs variétés. Sans trop entrer dans les détails, les voici.
    M. Campbellii(Hooker & Thomson)- Originaire de l’Est du Népal, Sikkim, Bhoutan et Assam. Les fleurs sont, suivant les cultivars, roses ou blanches. Les plants sont normalement greffés, car issus de semis ils ne fleurissent qu’au bout de 30 ans.
  • Il y a beaucoup de cultivars, dont un particulièrement remarquable : ‘Darjeeling’, originaire du jardin botanique de Darjeeling aux fleurs foncées rouge-pourpre particulièrement lumineuses.
  • M. Campbellii var. alba (Treseder) - Cette variété pousse dans le même habitat que M. Campbellii. C'est simplement la variété à fleurs blanches. Dans la nature on les rencontre en égal quantité. On trouve aussi des cultivars sélectionnés.
  • M. Campbellii var. mollicomata (William Wright Smith) - Originaire du Sud-Est du Tibet, Nord de la Birmanie et l’Ouest du Yunnan ; découvert par George Forrest vers 1904. Le port est plus étalé et les fleurs en coupe et soucoupe, de couleur rose ou pourpre, éclosent plus tardivement. la variété mollicomata est réputée plus rustique, sans doute en raison de cette floraison plus tardive. Les semis demandent la moitié du temps pour fleurir (15 ans).
  • M. Campbellii var. mollicomata F. 25655 - George Forrest a effectué une récolte de graines au Nord-Ouest du Yunnan en 1924 dont sont issus 3 plants distribués dans les jardins suivant : Lanarth, Werrington et Borde Hill. Ces plants mériteraient un statut particulier dans l’espèce car à l'opposé de la variété mollicomata à laquelle ils sont rattachés, ils possèdent un port fastigié, ils fleurissent très tôt avec des fleurs en coupe et soucoupe d’une couleur d’un pourpre-violet cyclamen. Ce sont les moins rustiques ; à ce propos, le plant de Borde Hill (Sussex) est mort. Heureusement il avait été propagé avant de geler.
La rusticité générale varie suivant les variétés et cultivars entre la zone 9 et la zone 7.
Bien entendu les jardiniers ont hybridé M. Campbellii avec d'autres espèces aux fins d'obtenir des plantes plus rustiques tout en conservant les qualité de l'espèce.
description_generale
Surnommée « The Queen of magnolias » par les botanistes anglais, Magnolia Campbellii est une plante somptueuse, exceptionnelle. L’arbre peut dépasser les 30 m dans la nature, 20 m dans les jardins. La floraison a lieu généralement très tôt dans la saison, parfois en février avec comme caractéristique des fleurs en coupe et soucoupe ; c’est-à-dire que les tépales extérieurs sont ouverts et les tépales intérieurs fermés, un peu comme des lotus. La perfection des fleurs, leur port, leurs couleurs lumineuses en font un spectacle inoubliable.
Dans les régions à climat doux, Magnolia Campbellii, Rhododendron arboreum et Æsculus indica sont des arbres de choix pour border l'allée qui mène à une demeure.
Variétés : Magnolia Campbellii comprend plusieurs variétés. Sans trop entrer dans les détails, les voici.
  • M. Campbellii (Hooker & Thomson)- Originaire de l’Est du Népal, Sikkim, Bhoutan et Assam. Les fleurs sont, suivant les cultivars, roses ou blanches. Les plants sont normalement greffés, car issus de semis ils ne fleurissent qu’au bout de 30 ans.
  • Il y a beaucoup de cultivars, dont un particulièrement remarquable : ‘Darjeeling’, originaire du jardin botanique de Darjeeling aux fleurs foncées rouge-pourpre particulièrement lumineuses.
  • M. Campbellii var. alba (Treseder) - Cette variété pousse dans le même habitat que M. Campbellii. C'est simplement la variété à fleurs blanches. Dans la nature on les rencontre en égal quantité. On trouve aussi des cultivars sélectionnés.
  • M. Campbellii var. mollicomata (William Wright Smith) - Originaire du Sud-Est du Tibet, Nord de la Birmanie et l’Ouest du Yunnan ; découvert par George Forrest vers 1904. Le port est plus étalé et les fleurs en coupe et soucoupe, de couleur rose ou pourpre, éclosent plus tardivement. la variété mollicomata est réputée plus rustique, sans doute en raison de cette floraison plus tardive. Les semis demandent la moitié du temps pour fleurir (15 ans).
  • M. Campbellii var. mollicomata F. 25655 - George Forrest a effectué une récolte de graines au Nord-Ouest du Yunnan en 1924 dont sont issus 3 plants distribués dans les jardins suivant : Lanarth, Werrington et Borde Hill. Ces plants mériteraient un statut particulier dans l’espèce car à l'opposé de la variété mollicomata à laquelle ils sont rattachés, ils possèdent un port fastigié, ils fleurissent très tôt avec des fleurs en coupe et soucoupe d’une couleur d’un pourpre-violet cyclamen. Ce sont les moins rustiques ; à ce propos, le plant de Borde Hill (Sussex) est mort. Heureusement il avait été propagé avant de geler.
La rusticité générale varie suivant les variétés et cultivars entre la zone 9 et la zone 7.
Bien entendu les jardiniers ont hybridé M. Campbellii avec d'autres espèces aux fins d'obtenir des plantes plus rustiques tout en conservant les qualité de l'espèce.
Modifications de lrey le 26/02/2006 11:47 :  [Cette modification a été approuvée]
description_generale
Magnolia Campbellii Introduction : Ceux qui ont lu la fiche sur Rhododendron Sir Charles Lemon se souviennent que Sir Joseph Hooker (1817-1911) a exploré le Sikkim, l’Assam et le Bengale oriental entre 1849 et 1851. Il était basé à Darjeeling, alors sous le commandement de son Surintendant Archibald Campbell (1805-1878). C’est au cours d’une de ses expéditions, qu’accompagné de son ami d’université Thomas Thomson (1817-1878), il découvrit Magnolia Campbellii. La première introduction de ce magnolia n’est pas exactement précisée. A propos de sa description dans « The Botanical Magazine » en 1885, Sir Joseph Hooker faisait remarquer qu’une fleur lui avait été adressée d’un jardin de Cork (Irlande) en 1878. Gardiner, qui fait autorité dans les magnolias, pense ainsi que l’introduction aurait eu lieu dans les années 1868. Surnommée « The Queen of magnolias » par les botanistes anglais, c’est une plante somptueuse, exceptionnelle. L’arbre peut dépasser les 30 m dans la nature, 20 m dans les jardins. La floraison a lieu généralement très tôt dans la saison, parfois en février avec comme caractéristique des fleurs en coupe et soucoupe ; c’est-à-dire que les tépales extérieurs sont ouverts et les tépales intérieurs fermés, un peu comme des lotus. La perfection des fleurs, leur port, leurs couleurs lumineuses en font un spectacle inoubliable. Dans les régions à climat doux, Magnolia Campbellii, Rhododendron arboreum et Æsculus indica sont des arbres de choix pour border l'allée qui mène à une demeure. Variétés: Magnolia Campbellii comprend plusieurs variétés. Sans trop entrer dans les détails, les voici. M. Campbellii (Hooker & Thomson) Originaire de l’Est du Népal, Sikkim, Bhoutan et Assam. Les fleurs sont, suivant les cultivars, roses ou blanches. Les plants sont normalement greffés, car issus de semis ils ne fleurissent qu’au bout de 30 ans. Il y a beaucoup de cultivars, dont un particulièrement remarquable : ‘Darjeeling’, originaire du jardin botanique de Darjeeling aux fleurs foncées rouge-pourpre particulièrement lumineuses. M. Campbellii var. alba (Treseder) Cette variété pousse dans le même habitat que M. Campbellii. C'est simplement la variété à fleurs blanches. Dans la nature on les rencontre en égal quantité. On trouve aussi des cultivars sélectionnés. M. Campbellii var. mollicomata (William Wright Smith) Originaire du Sud-Est du Tibet, Nord de la Birmanie et l’Ouest du Yunnan ; découvert par George Forrest vers 1904. Le port est plus étalé et les fleurs en coupe et soucoupe, de couleur rose ou pourpre, éclosent plus tardivement. la variété mollicomata est réputée plus rustique, sans doute en raison de cette floraison plus tardive. Les semis demandent la moitié du temps pour fleurir (15 ans). M. Campbellii var. mollicomata F. 25655 : George Forrest a effectué une récolte de graines au Nord-Ouest du Yunnan en 1924 dont sont issus 3 plants distribués dans les jardins suivant : Lanarth, Werrington et Borde Hill. Ces plants mériteraient un statut particulier dans l’espèce car à l'opposé de la variété mollicomata à laquelle ils sont rattachés, ils possèdent un port fastigié, ils fleurissent très tôt avec des fleurs en coupe et soucoupe d’une couleur d’un pourpre-violet cyclamen. Ce sont les moins rustiques ; à ce propos, le plant de Borde Hill (Sussex) est mort. Heureusement il avait été propagé avant de geler. La rusticité générale varie suivant les variétés et cultivars entre la zone 9 et la zone 7. Bien entendu les jardiniers ont hybridé M. Campbellii avec d'autres espèces aux fins d'obtenir des plantes plus rustiques tout en conservant les qualité de l'espèce.
description_generale
Surnommée « The Queen of magnolias » par les botanistes anglais, Magnolia Campbellii est une plante somptueuse, exceptionnelle. L’arbre peut dépasser les 30 m dans la nature, 20 m dans les jardins. La floraison a lieu généralement très tôt dans la saison, parfois en février avec comme caractéristique des fleurs en coupe et soucoupe ; c’est-à-dire que les tépales extérieurs sont ouverts et les tépales intérieurs fermés, un peu comme des lotus. La perfection des fleurs, leur port, leurs couleurs lumineuses en font un spectacle inoubliable.
Dans les régions à climat doux, Magnolia Campbellii, Rhododendron arboreum et Æsculus indica sont des arbres de choix pour border l'allée qui mène à une demeure.
Variétés : Magnolia Campbellii comprend plusieurs variétés. Sans trop entrer dans les détails, les voici.
    M. Campbellii(Hooker & Thomson)- Originaire de l’Est du Népal, Sikkim, Bhoutan et Assam. Les fleurs sont, suivant les cultivars, roses ou blanches. Les plants sont normalement greffés, car issus de semis ils ne fleurissent qu’au bout de 30 ans.
  • Il y a beaucoup de cultivars, dont un particulièrement remarquable : ‘Darjeeling’, originaire du jardin botanique de Darjeeling aux fleurs foncées rouge-pourpre particulièrement lumineuses.
  • M. Campbellii var. alba (Treseder) - Cette variété pousse dans le même habitat que M. Campbellii. C'est simplement la variété à fleurs blanches. Dans la nature on les rencontre en égal quantité. On trouve aussi des cultivars sélectionnés.
  • M. Campbellii var. mollicomata (William Wright Smith) - Originaire du Sud-Est du Tibet, Nord de la Birmanie et l’Ouest du Yunnan ; découvert par George Forrest vers 1904. Le port est plus étalé et les fleurs en coupe et soucoupe, de couleur rose ou pourpre, éclosent plus tardivement. la variété mollicomata est réputée plus rustique, sans doute en raison de cette floraison plus tardive. Les semis demandent la moitié du temps pour fleurir (15 ans).
  • M. Campbellii var. mollicomata F. 25655 - George Forrest a effectué une récolte de graines au Nord-Ouest du Yunnan en 1924 dont sont issus 3 plants distribués dans les jardins suivant : Lanarth, Werrington et Borde Hill. Ces plants mériteraient un statut particulier dans l’espèce car à l'opposé de la variété mollicomata à laquelle ils sont rattachés, ils possèdent un port fastigié, ils fleurissent très tôt avec des fleurs en coupe et soucoupe d’une couleur d’un pourpre-violet cyclamen. Ce sont les moins rustiques ; à ce propos, le plant de Borde Hill (Sussex) est mort. Heureusement il avait été propagé avant de geler.
La rusticité générale varie suivant les variétés et cultivars entre la zone 9 et la zone 7.
Bien entendu les jardiniers ont hybridé M. Campbellii avec d'autres espèces aux fins d'obtenir des plantes plus rustiques tout en conservant les qualité de l'espèce.
divers_commentaire
Si vous avez de l'espace, si votre climat est propice, si vous avez beaucoup de temps devant vous et enfin si vous voulez bluffer vos visiteurs, alors plantez Magnolia Campbellii. Les risques de voir vos fleurs geler à peine ouvertes sont majeurs, mais quand par miracle il ne gèle pas durant la période, le spectacle est inoubliable.
divers_commentaire
Introduction : Ceux qui ont lu la fiche sur Rhododendron Sir Charles Lemon se souviennent que Sir Joseph Hooker (1817-1911) a exploré le Sikkim, l’Assam et le Bengale oriental entre 1849 et 1851. Il était basé à Darjeeling, alors sous le commandement de son Surintendant Archibald Campbell (1805-1878). C’est au cours d’une de ses expéditions, qu’accompagné de son ami d’université Thomas Thomson (1817-1878), il découvrit Magnolia Campbellii. La première introduction de ce magnolia n’est pas exactement précisée. A propos de sa description dans « The Botanical Magazine » en 1885, Sir Joseph Hooker faisait remarquer qu’une fleur lui avait été adressée d’un jardin de Cork (Irlande) en 1878. Gardiner, qui fait autorité dans les magnolias, pense ainsi que l’introduction aurait eu lieu dans les années 1868. Si vous avez de l'espace, si votre climat est propice, si vous avez beaucoup de temps devant vous et enfin si vous voulez bluffer vos visiteurs, alors plantez Magnolia Campbellii. Les risques de voir vos fleurs geler à peine ouvertes sont majeurs, mais quand par miracle il ne gèle pas durant la période, le spectacle est inoubliable.
Modifications de lorelei le 26/02/2006 11:05 :  [Cette modification a été approuvée]
attaques_commentaire
attaques_commentaire
Attaques: Les magnolias sont assez peu sensibles aux maladies et parasites.
feuillage_commentaire
feuillage_commentaire
Feuillage: Feuilles caduques, elliptiques, de 25 cm de long par 12,5 cm de large (plus large chez F. 25655). Très légère pilosité sur la face inférieure en particulier le long des nervures.
floraison_commentaire
floraison_commentaire
Floraison: Les boutons floraux portent des pérules duveteuse dont l'épaisseur croît en même temps que le bouton grossit, sans doute pour le protéger du froid. Les boutons de la variété type sont de forme conique; ceux de la variété mollicomata sont plus larges et oblongs; ceux enfin de F. 25655 (Lanarth, Werrington et Borde Hill) sont encore plus larges et applatis. La période de floraison est très précoce, parfois dès février. Quand les pérules duveteuses tombent la fleur est sans protection et c'est là le problème car elles sont très sensibles au gel. Les photos de 'Charles Raffill' dans l'album sont parlantes. Il a suffit d'une averse de neige au matin pour qu'à midi toutes les fleurs soient brunes. La maîtrise de l'exposition et des conditions climatiques est primordiale. en Bretagne Ouest, il y a de grande variations de température en hiver. Tant que celle-ci tourne autour de 5 °C, la plante est en repos. Mais si elle monte à 10 °C, voire 11 °C alors là M. Campbellii se met à fleurir. Si le froid revient, on peut dire adieu aux fleurs. C'est le risque. Les fleurs sont odorantes, mais le parfum est pharmaceutique.
floraison_couleur
floraison_couleur
blanc,rose,rouge,violet
multiplication_commentaire
multiplication_commentaire
Les plants sélectionnés sont généralement greffés sur la variété mollicomata pour hâter la floraison. Il faut quand même attendre 7 à 10 ans (au lieu de 15 à 30 ans).
multiplication_type
multiplication_type
greffe
sol_commentaire
sol_commentaire
Sol: acide, profond, frais et riche.
temperature_letale
0.0
temperature_letale
-15.0
Modifications de lorelei le 18/02/2006 10:37 :  [Cette modification a été approuvée]
divers_commentaire
divers_commentaire
Si vous avez de l'espace, si votre climat est propice, si vous avez beaucoup de temps devant vous et enfin si vous voulez bluffer vos visiteurs, alors plantez Magnolia Campbellii. Les risques de voir vos fleurs geler à peine ouvertes sont majeurs, mais quand par miracle il ne gèle pas durant la période, le spectacle est inoubliable.

Droits de reproduction et de diffusion réservés © 2004-2014 - Mention légales - Contact
47051021 visites uniques depuis le 01/07/2004, 2506 aujourdhui et 2455 en cours.
Autres sites d'information nature : Tous les fruits | Plantes et botanique