| S'inscrire !
La plante à l'affiche


Connexion membre
Pseudo

Mot de passe


Mot de passe perdu ?
Pas encore membre ?
Inscrivez-vous !

Historique d'une fiche de plante

Nom de la fiche : Quercus rysophylla [ voir la fiche correspondante ]

La fiche a été soumise pour la première fois le : 06/04/2009 19:30 par Oli
La dernière modification sur cette fiche date du : 28/08/2012 17:24

Modifications de Oli le 28/08/2012 17:24 :  [Cette modification a été approuvée]
divers_commentaire
Notes
  • Étymologiquement, l'espèce vient du grec rusos signifiant craquelé et phullon signifiant feuille, allusion à son feuillage à l'aspect réticulé.
  • Depuis 2006, on trouve un nouveau cultivar sur le marché. Son nom est 'Maya' et il fut obtenu par les pépinières Biloba (Pays-Bas). Sa principale caractéristique est sa rusticité supérieure. On suppose que cette résistance est le résultat d'un croisement avec un autre chêne rouge plus rustique que Q. rysophylla, et dont ce cultivar aurait hérité tout en gardant les caractéristiques d'un rysophylla type.
  • Cette espèce fut décrite en 1910 par Weatherby et introduite en Angleterre en 1978.
divers_commentaire
Notes
  • Étymologiquement, l'espèce vient du grec rusos signifiant craquelé et phullon signifiant feuille, allusion à son feuillage à l'aspect réticulé.
  • Depuis 2006, on trouve un nouveau cultivar sur le marché. Son nom est 'Maya' et il fut obtenu par les pépinières Biloba (Pays-Bas). Sa principale caractéristique est sa rusticité supérieure. On suppose que cette résistance est le résultat d'un croisement avec un autre chêne rouge plus rustique que Q. rysophylla, et dont ce cultivar aurait hérité tout en gardant les caractéristiques d'un rysophylla type.
  • Cette espèce fut décrite en 1910 par Weatherby et introduite en Angleterre en 1978.
multiplication_type
greffe,semis
multiplication_type
greffe
Modifications de lrey le 06/04/2009 16:26 :  [Cette modification a été approuvée]
description_generale
Appelé parfois Q. sierramadrensis, cet arbre à croissance rapide est originaire du nord-est du Mexique, où on le trouve entre 600 et 1.900 m d'altitude. Dans la nature, il atteint entre 8 et 25 m de haut. Son port est étroitement conique en jeunesse, puis il s'élargit. Son écorce est gris foncé, fortement crevassée. Ses rameaux sont robustes, sillonés, brun rougeâtre, duveteux, mais rapidement glabres et gris. Les bourgeons sont ovoïdes, allongés, longs de 6-7 mm et accompagnés de stipules plus ou moins persistantes et longues de 1 à 1,3 cm.
description_generale
Quercus rysophylla syn. Q. sierramadrensis est un chêne à croissance rapide, originaire du nord-est du Mexique, où on le trouve entre 600 et 1900 m d'altitude. Dans la nature, il atteint entre 8 et 25 m de hauteur. Son port est étroitement conique en jeunesse, puis il s'élargit. Son écorce est gris-foncée, fortement crevassée. Ses rameaux sont robustes, sillonnés, brun-rougeâtres, duveteux, mais rapidement glabres et gris. Les bourgeons sont ovoïdes, allongés, longs de 6-7 mm et accompagnés de stipules plus ou moins persistantes et longues de 1 à 1,3 cm.
divers_commentaire
Ethymologiquement, l'espèce vient du grec rusos signifiant craquelé et phullon signifiant feuille, allusion à son feuillage à l'aspect réticulé. Depuis 2006 on trouve un nouveau cultivar sur le marché. Son nom est 'Maya' et il fut obtenu par les pépinières Biloba (Pays-Bas). Sa principale caractéristique est sa rusticité supérieure. On suppose que cette résistance est le résultat d'un croisement avec un autre chêne rouge plus rustique que Q. rysophylla, et dont ce cultivar aurait hérité tout en gardant les caractéristiques d'un rysophylla type. Cette espèce fut décrite en 1910 par Weatherby et introduite en Angleterre en 1978.
divers_commentaire
Notes
  • Étymologiquement, l'espèce vient du grec rusos signifiant craquelé et phullon signifiant feuille, allusion à son feuillage à l'aspect réticulé.
  • Depuis 2006, on trouve un nouveau cultivar sur le marché. Son nom est 'Maya' et il fut obtenu par les pépinières Biloba (Pays-Bas). Sa principale caractéristique est sa rusticité supérieure. On suppose que cette résistance est le résultat d'un croisement avec un autre chêne rouge plus rustique que Q. rysophylla, et dont ce cultivar aurait hérité tout en gardant les caractéristiques d'un rysophylla type.
  • Cette espèce fut décrite en 1910 par Weatherby et introduite en Angleterre en 1978.
feuillage_commentaire
Les feuilles sont alternes, simples, persistantes ou caduques lors d'hivers plus froids (z7). Elles sont rigides, elliptiques à lancéolées, longues de 7 à 25 cm et larges de 2 à 8 cm. La base est cordiforme ou auriculée. L'apex est aïgu. Le bord est entier et présente quelques mucrons dans sa partie supérieure. Au débourrement, le feuillage est rouge (voire orangé) et poilu. Ensuite la face supérieure devient glabre, brillante et vert foncé. Le dessous devient glabre aussi, sauf le long des nervures ou subsistent des touffes. On compte environ 15 à 20 paires de nervures. Le pétiole est long de 2 à 8 mm.
feuillage_commentaire
Les feuilles sont alternes, simples, persistantes ou caduques lors d'hivers plus froids (zones USDA 7). Elles sont rigides, elliptiques à lancéolées, longues de 7 à 25 cm et larges de 2 à 8 cm. La base est cordiforme ou auriculée. L'apex est aigu. Le bord est entier et présente quelques mucrons dans sa partie supérieure. Au débourrement, le feuillage est rouge (voire orangé) et poilu. Ensuite la face supérieure devient glabre, brillante et vert-foncée. Le dessous devient glabre aussi, sauf le long des nervures où subsistent des touffes. On compte environ 15 à 20 paires de nervures. Le pétiole est long de 2 à 8 mm.
floraison_commentaire
La floraison se fait au printemps et est sans intérêts. Les fleurs des deux sexes sont séparées sur le même arbre. Les fleurs mâles en chatons pendants, les femelles en petits chatons comptant de 1 à 2 fleurs.
floraison_commentaire
La floraison se fait au printemps et est sans intérêt. Les fleurs des deux sexes sont séparées sur le même arbre. Les fleurs mâles en chatons pendants, les femelles en petits chatons comptant de 1 à 2 fleurs.
fruit_commentaire
Le gland est ovoïde, mucroné, glabre à maturité, long de 1 à 1,7 cm, seul ou par deux, sessiles. Maturation la seconde année. La cupule, de couleur dorée et soyeuse en jeunesse, englobe le tiers ou la moitié du gland.
fruit_commentaire
Le gland est ovoïde, mucroné, glabre à maturité, long de 1 à 1,7 cm, seul ou par deux, sessile. Maturation la seconde année. La cupule, de couleur dorée et soyeuse en jeunesse, englobe le tiers ou la moitié du gland.
multiplication_commentaire
Semis de graines fraîches. Greffe à l'anglaise ou en incrustation sur Q. palustris.
multiplication_commentaire
Semis de graines fraîches. Greffe à l'anglaise ou en incrustation sur Q. palustris.
multiplication_type
autre,greffe
multiplication_type
greffe,semis
sol_commentaire
Quercus rysophylla se contente d'un sol ordinaire, neutre à acide. Il supporte les sols pauvres et secs.
sol_commentaire
Quercus rysophylla se contente d'un sol ordinaire, neutre à acide. Il supporte les sols pauvres et secs.
temperature_defoliation
0.0
temperature_defoliation
-12.0
vernaculaire_en_1
vernaculaire_en_1
loquat leaf oak
Modifications de Oli le 25/03/2009 18:30 :  [Cette modification a été approuvée]
divers_commentaire
Ethymologiquement, l'espèce vient du grec rusos signifiant craquelé et phullon signifiant feuille, allusion à son feuillage à l'aspect réticulé. Cette espèce fut décrite en 1910 et introduite en Angleterre en 1978.
divers_commentaire
Ethymologiquement, l'espèce vient du grec rusos signifiant craquelé et phullon signifiant feuille, allusion à son feuillage à l'aspect réticulé. Depuis 2006 on trouve un nouveau cultivar sur le marché. Son nom est 'Maya' et il fut obtenu par les pépinières Biloba (Pays-Bas). Sa principale caractéristique est sa rusticité supérieure. On suppose que cette résistance est le résultat d'un croisement avec un autre chêne rouge plus rustique que Q. rysophylla, et dont ce cultivar aurait hérité tout en gardant les caractéristiques d'un rysophylla type. Cette espèce fut décrite en 1910 par Weatherby et introduite en Angleterre en 1978.
multiplication_commentaire
Semis de graines fraîches. Greffe à l'anglaise ou en incrustation sur Q. robur.
multiplication_commentaire
Semis de graines fraîches. Greffe à l'anglaise ou en incrustation sur Q. palustris.
vernaculaire_fr_1
vernaculaire_fr_1
Loquat leaf oak
Modifications de Oli le 24/01/2009 12:32 :  [Cette modification a été approuvée]
attaques_commentaire
Notons que ce chêne craint les gelées tardives, surtout en jeunesse.
attaques_commentaire
Les cochenilles sont les parasites les plus courants. La fumagine peut apparaitre suite à l'attaque de cochenilles ou de pucerons. Notons que ce chêne craint les gelées tardives, surtout en jeunesse.
fruit_commentaire
fruit_commentaire
Le gland est ovoïde, mucroné, glabre à maturité, long de 1 à 1,7 cm, seul ou par deux, sessiles. Maturation la seconde année. La cupule, de couleur dorée et soyeuse en jeunesse, englobe le tiers ou la moitié du gland.
Modifications de Oli le 24/01/2009 12:24 :  [Cette modification a été approuvée]
attaques_commentaire
attaques_commentaire
Notons que ce chêne craint les gelées tardives, surtout en jeunesse.
description_generale
Appelé parfois Q. sierramadrensis, ce chêne est originaire du nord-est du Mexique, où on le trouve entre 600 et 1.900 m d'altitude. Dans la nature, il atteint entre 8 et 25 m de haut. Son port est étroitement conique en jeunesse, puis il s'élargit. Son écorce est gris foncé, fortement crevassée. Ses rameaux sont robustes, sillonés, brun rougeâtre, duveteux, mais rapidement glabres et gris. Les bourgeons sont ovoïdes, allongés, longs de 6-7 mm et accompagnés de stipules plus ou moins persistantes et longues de 1 à 1,3 cm.
description_generale
Appelé parfois Q. sierramadrensis, cet arbre à croissance rapide est originaire du nord-est du Mexique, où on le trouve entre 600 et 1.900 m d'altitude. Dans la nature, il atteint entre 8 et 25 m de haut. Son port est étroitement conique en jeunesse, puis il s'élargit. Son écorce est gris foncé, fortement crevassée. Ses rameaux sont robustes, sillonés, brun rougeâtre, duveteux, mais rapidement glabres et gris. Les bourgeons sont ovoïdes, allongés, longs de 6-7 mm et accompagnés de stipules plus ou moins persistantes et longues de 1 à 1,3 cm.
divers_commentaire
divers_commentaire
Ethymologiquement, l'espèce vient du grec rusos signifiant craquelé et phullon signifiant feuille, allusion à son feuillage à l'aspect réticulé. Cette espèce fut décrite en 1910 et introduite en Angleterre en 1978.
multiplication_commentaire
multiplication_commentaire
Semis de graines fraîches. Greffe à l'anglaise ou en incrustation sur Q. robur.
multiplication_type
multiplication_type
autre,greffe
sol_commentaire
sol_commentaire
Quercus rysophylla se contente d'un sol ordinaire, neutre à acide. Il supporte les sols pauvres et secs.
Modifications de Oli le 24/01/2009 12:17 :  [Cette modification a été approuvée]
floraison_commentaire
floraison_commentaire
La floraison se fait au printemps et est sans intérêts. Les fleurs des deux sexes sont séparées sur le même arbre. Les fleurs mâles en chatons pendants, les femelles en petits chatons comptant de 1 à 2 fleurs.
Modifications de Oli le 24/01/2009 12:15 :  [Cette modification a été approuvée]
description_generale
2/608
description_generale
Appelé parfois Q. sierramadrensis, ce chêne est originaire du nord-est du Mexique, où on le trouve entre 600 et 1.900 m d'altitude. Dans la nature, il atteint entre 8 et 25 m de haut. Son port est étroitement conique en jeunesse, puis il s'élargit. Son écorce est gris foncé, fortement crevassée. Ses rameaux sont robustes, sillonés, brun rougeâtre, duveteux, mais rapidement glabres et gris. Les bourgeons sont ovoïdes, allongés, longs de 6-7 mm et accompagnés de stipules plus ou moins persistantes et longues de 1 à 1,3 cm.
etalement
0.00
etalement
10.00
exposition
exposition
lumière,soleil
feuillage_commentaire
feuillage_commentaire
Les feuilles sont alternes, simples, persistantes ou caduques lors d'hivers plus froids (z7). Elles sont rigides, elliptiques à lancéolées, longues de 7 à 25 cm et larges de 2 à 8 cm. La base est cordiforme ou auriculée. L'apex est aïgu. Le bord est entier et présente quelques mucrons dans sa partie supérieure. Au débourrement, le feuillage est rouge (voire orangé) et poilu. Ensuite la face supérieure devient glabre, brillante et vert foncé. Le dessous devient glabre aussi, sauf le long des nervures ou subsistent des touffes. On compte environ 15 à 20 paires de nervures. Le pétiole est long de 2 à 8 mm.
feuillage_persistant
0
feuillage_persistant
1
hauteur
0.00
hauteur
16.00
temperature_letale
0.0
temperature_letale
-15.0

Droits de reproduction et de diffusion réservés © 2004-2020 - Mention légales
49410144 visites uniques depuis le 01/07/2004, 946 aujourdhui et 945 en cours.