| S'inscrire !
La plante à l'affiche


Connexion membre
Pseudo

Mot de passe


Mot de passe perdu ?
Pas encore membre ?
Inscrivez-vous !

Historique d'une fiche de plante

Nom de la fiche : Cedrus atlantica [ voir la fiche correspondante ]

La fiche a été soumise pour la première fois le : 30/07/2010 23:24 par Ascalaphe
La dernière modification sur cette fiche date du : 31/07/2010 10:09

Modifications de lrey le 31/07/2010 10:09 :  [Cette modification a été approuvée]
description_generale
Comme son nom l’indique, le cèdre de l’Atlas est originaire d’Afrique du Nord. On le trouve depuis l’Atlas marocain (Haut et Moyen Atlas), jusque dans les régions algériennes de l’Atlas saharien (Monts Aurès) et du Tell (Ouarsensis). Il se développe sur les ubacs et dans les vallées fraîches, à des altitudes comprises entre 1500 et 2500 mètres. C’est un conifère à croissance assez rapide, qui peut atteindre 40 mètres de haut dans son milieu naturel mais reste souvent plus petit en culture. De forme élancée lorsqu’il est jeune, il s’élargit avec le temps et sa cime devient tabulaire, lui conférant un port majestueux. Il se distingue de son proche cousin le cèdre du Liban par son architecture plus régulière, sa silhouette plus dense et ses charpentières plus courtes et moins arquées.
description_generale
Comme son nom l’indique, Cedrus atlantica, le cèdre de l’Atlas, est originaire d’Afrique du Nord. On le trouve depuis l’Atlas marocain (Haut et Moyen Atlas), jusque dans les régions algériennes de l’Atlas saharien (Monts Aurès) et du Tell (Ouarsensis). Il se développe sur les ubacs et dans les vallées fraîches, à des altitudes comprises entre 1500 et 2500 mètres. C’est un conifère à croissance assez rapide, qui peut atteindre 40 mètres de haut dans son milieu naturel mais reste souvent plus petit en culture. De forme élancée lorsqu’il est jeune, il s’élargit avec le temps et sa cime devient tabulaire, lui conférant un port majestueux. Il se distingue de son proche cousin le cèdre du Liban par son architecture plus régulière, sa silhouette plus dense et ses charpentières plus courtes et moins arquées.
divers_commentaire
Ce cèdre est le plus rustique du genre et s’adapte facilement à un grand nombre de climats tempérés. Il redoute cependant les régions trop septentrionales, où son développement se trouve amoindri et sa rusticité diminuée. De par son imposante stature, cet arbre sera réservé aux parcs et aux très grands jardins, où il pourra exprimer toute sa beauté.

Il existe quelques cultivars, dont voici les principaux :
  • 'Aurea' – Les jeunes aiguilles présentent une coloration jaune paille, et virent ensuite au vert franc. Cela lui donne un aspect lumineux. Petit développement.
  • 'Cheltenham' – Aiguilles gris-bleu, branches retombantes. Développement plus faible que le type.
  • 'Compacta' – Cultivar nain d’origine italienne. Port en boule, courtes aiguilles vertes.
  • 'Fastigiata' – Port en fuseau, compact. Branches serrées et franchement ascendantes. Jusqu’à 20 m de haut.
  • 'Glauca' – Cèdre bleu de l’Atlas. Aiguilles gris-bleu, même développement que le type. C’est le cultivar le plus connu ; il existe des formes intermédiaires.
  • 'Glauca Pendula' – Feuillage gris-bleu et superbe port pleureur. La flèche prend très vite une direction horizontale, suivie des charpentières. Les rameaux pendent gracieusement en franges. L’arbre peut ainsi s’étaler sur de grandes superficies, mais ne dépasse jamais quelques mètres de hauteur. Le premier sujet de ce cultivar est apparu à l’arboretum de la Vallée-aux-Loups, près de Paris. Il y est encore visible aujourd’hui.
  • 'Glauca Pyramidalis' – Semblable à 'Pyramidalis', mais feuillage gris-bleuté.
  • 'Pendula' - Cèdre de l’Atlas pleureur. Même port que 'Glauca Pendula', mais feuillage de la même couleur que celui du type.
  • 'Pyramidalis' – Port érigé comme 'Fastigiata', mais forme plus étalée, en pyramide.
divers_commentaire
Ce cèdre est le plus rustique du genre et s’adapte facilement à un grand nombre de climats tempérés. Il redoute cependant les régions trop septentrionales, où son développement se trouve amoindri et sa rusticité diminuée. De par son imposante stature, cet arbre sera réservé aux parcs et aux très grands jardins, où il pourra exprimer toute sa beauté.
Il existe quelques cultivars, dont voici les principaux :
  • 'Aurea' – Les jeunes aiguilles présentent une coloration jaune paille, et virent ensuite au vert franc. Cela lui donne un aspect lumineux. Petit développement.
  • 'Cheltenham' – Aiguilles gris-bleu, branches retombantes. Développement plus faible que le type.
  • 'Compacta' – Cultivar nain d’origine italienne. Port en boule, courtes aiguilles vertes.
  • 'Fastigiata' – Port en fuseau, compact. Branches serrées et franchement ascendantes. Jusqu’à 20 m de haut.
  • 'Glauca' – Cèdre bleu de l’Atlas. Aiguilles gris-bleu, même développement que le type. C’est le cultivar le plus connu ; il existe des formes intermédiaires.
  • 'Glauca Pendula' – Feuillage gris-bleu et superbe port pleureur. La flèche prend très vite une direction horizontale, suivie des charpentières. Les rameaux pendent gracieusement en franges. L’arbre peut ainsi s’étaler sur de grandes superficies, mais ne dépasse jamais quelques mètres de hauteur. Le premier sujet de ce cultivar est apparu à l’arboretum de la Vallée-aux-Loups, près de Paris. Il y est encore visible aujourd’hui.
  • 'Glauca Pyramidalis' – Semblable à 'Pyramidalis', mais feuillage gris-bleuté.
  • 'Pendula' - Cèdre de l’Atlas pleureur. Même port que 'Glauca Pendula', mais feuillage de la même couleur que celui du type.
  • 'Pyramidalis' – Port érigé comme 'Fastigiata', mais forme plus étalée, en pyramide.
vernaculaire_en_1
vernaculaire_en_1
Atlas cedar
Modifications de Ascalaphe le 04/06/2010 19:40 :  [Cette modification a été approuvée]
divers_commentaire
Ce cèdre est le plus rustique du genre et s’adapte facilement à un grand nombre de climats tempérés. Il redoute cependant les régions trop septentrionales, où son développement se trouve amoindri et sa rusticité diminuée. De par son imposante stature, cet arbre sera réservé aux parcs et aux très grands jardins, où il pourra exprimer toute sa beauté.

Il existe quelques cultivars, dont voici les principaux :
  • 'Aurea' – Les jeunes aiguilles présentent une coloration jaune paille, et virent ensuite au vert franc. Cela qui lui donne un aspect lumineux. Petit développement.
  • 'Cheltenham' – Aiguilles gris-bleu, branches retombantes. Développement plus faible que le type.
  • 'Compacta' – Cultivar nain d’origine italienne. Port en boule, courtes aiguilles vertes.
  • 'Fastigiata' – Port en fuseau, compact. Branches serrées et franchement ascendantes. Jusqu’à 20 m de haut.
  • 'Glauca' – Cèdre bleu de l’Atlas. Aiguilles gris-bleu, même développement que le type. C’est le cultivar le plus connu ; il existe des formes intermédiaires.
  • 'Glauca Pendula' – Feuillage gris-bleu et superbe port pleureur. La flèche prend très vite une direction horizontale, suivie des charpentières. Les rameaux pendent gracieusement en franges. L’arbre peut ainsi s’étaler sur de grandes superficies, mais ne dépasse jamais quelques mètres de hauteur. Le premier sujet de ce cultivar est apparu à l’arboretum de la Vallée-aux-Loups, près de Paris. Il y est encore visible aujourd’hui.
  • 'Glauca Pyramidalis' – Semblable à 'Pyramidalis', mais feuillage gris-bleuté.
  • 'Pendula' - Cèdre de l’Atlas pleureur. Même port que 'Glauca Pendula', mais feuillage de la même couleur que celui du type.
  • 'Pyramidalis' – Port érigé comme 'Fastigiata', mais forme plus étalée, en pyramide.
divers_commentaire
Ce cèdre est le plus rustique du genre et s’adapte facilement à un grand nombre de climats tempérés. Il redoute cependant les régions trop septentrionales, où son développement se trouve amoindri et sa rusticité diminuée. De par son imposante stature, cet arbre sera réservé aux parcs et aux très grands jardins, où il pourra exprimer toute sa beauté.

Il existe quelques cultivars, dont voici les principaux :
  • 'Aurea' – Les jeunes aiguilles présentent une coloration jaune paille, et virent ensuite au vert franc. Cela lui donne un aspect lumineux. Petit développement.
  • 'Cheltenham' – Aiguilles gris-bleu, branches retombantes. Développement plus faible que le type.
  • 'Compacta' – Cultivar nain d’origine italienne. Port en boule, courtes aiguilles vertes.
  • 'Fastigiata' – Port en fuseau, compact. Branches serrées et franchement ascendantes. Jusqu’à 20 m de haut.
  • 'Glauca' – Cèdre bleu de l’Atlas. Aiguilles gris-bleu, même développement que le type. C’est le cultivar le plus connu ; il existe des formes intermédiaires.
  • 'Glauca Pendula' – Feuillage gris-bleu et superbe port pleureur. La flèche prend très vite une direction horizontale, suivie des charpentières. Les rameaux pendent gracieusement en franges. L’arbre peut ainsi s’étaler sur de grandes superficies, mais ne dépasse jamais quelques mètres de hauteur. Le premier sujet de ce cultivar est apparu à l’arboretum de la Vallée-aux-Loups, près de Paris. Il y est encore visible aujourd’hui.
  • 'Glauca Pyramidalis' – Semblable à 'Pyramidalis', mais feuillage gris-bleuté.
  • 'Pendula' - Cèdre de l’Atlas pleureur. Même port que 'Glauca Pendula', mais feuillage de la même couleur que celui du type.
  • 'Pyramidalis' – Port érigé comme 'Fastigiata', mais forme plus étalée, en pyramide.
Modifications de Ascalaphe le 04/06/2010 19:38 :  [Cette modification a été approuvée]
divers_commentaire
Ce cèdre est le plus rustique du genre et s’adapte facilement à un grand nombre de climats tempérés. Il redoute cependant les régions trop septentrionales, où son développement se trouve amoindri et sa rusticité diminuée. De par son imposante stature, cet arbre sera réservé aux parcs et aux très grands jardins, où il pourra exprimer toute sa beauté.

Il existe quelques cultivars :
  • 'Aurea' – Les jeunes aiguilles présentent une coloration jaune paille, et virent ensuite au vert franc. Cela qui lui donne un aspect lumineux. Petit développement.
  • 'Cheltenham' – Aiguilles gris-bleu, branches retombantes. Développement plus faible que le type.
  • 'Compacta' – Cultivar nain d’origine italienne. Port en boule, courtes aiguilles vertes.
  • 'Fastigiata' – Port en fuseau, compact. Branches serrées et franchement ascendantes. Jusqu’à 20 m de haut.
  • 'Glauca' – Cèdre bleu de l’Atlas. Aiguilles gris-bleu, même développement que le type. C’est le cultivar le plus connu ; il existe des formes intermédiaires.
  • 'Glauca Pendula' – Feuillage gris-bleu et superbe port pleureur. La flèche prend très vite une direction horizontale, suivie des charpentières. Les rameaux pendent gracieusement en franges. L’arbre peut ainsi s’étaler sur de grandes superficie, mais ne dépasse jamais quelques mètres de hauteur. Le premier sujet de ce cultivar est apparu à l’arboretum de la Vallée-aux-Loups, près de Paris. Il y est encore visible aujourd’hui.
  • 'Glauca Pyramidalis' – Semblable à 'Pyramidalis', mais feuillage gris-bleuté.
  • 'Pendula' - Cèdre de l’Atlas pleureur. Même port que 'Glauca Pendula', mais feuillage de la même couleur que celui du type.
  • 'Pyramidalis' – Port érigé comme 'Fastigiata', mais forme plus étalée, en pyramide.
divers_commentaire
Ce cèdre est le plus rustique du genre et s’adapte facilement à un grand nombre de climats tempérés. Il redoute cependant les régions trop septentrionales, où son développement se trouve amoindri et sa rusticité diminuée. De par son imposante stature, cet arbre sera réservé aux parcs et aux très grands jardins, où il pourra exprimer toute sa beauté.

Il existe quelques cultivars, dont voici les principaux :
  • 'Aurea' – Les jeunes aiguilles présentent une coloration jaune paille, et virent ensuite au vert franc. Cela qui lui donne un aspect lumineux. Petit développement.
  • 'Cheltenham' – Aiguilles gris-bleu, branches retombantes. Développement plus faible que le type.
  • 'Compacta' – Cultivar nain d’origine italienne. Port en boule, courtes aiguilles vertes.
  • 'Fastigiata' – Port en fuseau, compact. Branches serrées et franchement ascendantes. Jusqu’à 20 m de haut.
  • 'Glauca' – Cèdre bleu de l’Atlas. Aiguilles gris-bleu, même développement que le type. C’est le cultivar le plus connu ; il existe des formes intermédiaires.
  • 'Glauca Pendula' – Feuillage gris-bleu et superbe port pleureur. La flèche prend très vite une direction horizontale, suivie des charpentières. Les rameaux pendent gracieusement en franges. L’arbre peut ainsi s’étaler sur de grandes superficies, mais ne dépasse jamais quelques mètres de hauteur. Le premier sujet de ce cultivar est apparu à l’arboretum de la Vallée-aux-Loups, près de Paris. Il y est encore visible aujourd’hui.
  • 'Glauca Pyramidalis' – Semblable à 'Pyramidalis', mais feuillage gris-bleuté.
  • 'Pendula' - Cèdre de l’Atlas pleureur. Même port que 'Glauca Pendula', mais feuillage de la même couleur que celui du type.
  • 'Pyramidalis' – Port érigé comme 'Fastigiata', mais forme plus étalée, en pyramide.
Modifications de Ascalaphe le 04/06/2010 19:35 :  [Cette modification a été approuvée]
description_generale
Comme son nom l’indique, le cèdre de l’Atlas est originaire d’Afrique du Nord. On le trouve depuis l’Atlas marocain (Haut et Moyen atlas), jusque dans les régions algériennes de l’Atlas saharien (Monts Aurès) et du tell (Ouarsensis). Il se développe sur les ubacs et dans les vallées fraîches, à des altitudes comprises entre 1500 et 2500 mètres. C’est un conifère à croissance assez rapide, qui peut atteindre 40 mètres de haut dans son milieu naturel mais reste souvent plus petit en culture. De forme élancée lorsqu’il est jeune, il s’élargit avec le temps et sa cime devient tabulaire, lui conférant un port majestueux. Il se distingue de son proche cousin le cèdre du Liban par son architecture plus régulière, sa silhouette plus dense et ses charpentières plus courtes et moins arquées.
description_generale
Comme son nom l’indique, le cèdre de l’Atlas est originaire d’Afrique du Nord. On le trouve depuis l’Atlas marocain (Haut et Moyen Atlas), jusque dans les régions algériennes de l’Atlas saharien (Monts Aurès) et du Tell (Ouarsensis). Il se développe sur les ubacs et dans les vallées fraîches, à des altitudes comprises entre 1500 et 2500 mètres. C’est un conifère à croissance assez rapide, qui peut atteindre 40 mètres de haut dans son milieu naturel mais reste souvent plus petit en culture. De forme élancée lorsqu’il est jeune, il s’élargit avec le temps et sa cime devient tabulaire, lui conférant un port majestueux. Il se distingue de son proche cousin le cèdre du Liban par son architecture plus régulière, sa silhouette plus dense et ses charpentières plus courtes et moins arquées.
divers_commentaire
Ce cèdre est le plus rustique du genre et s’adapte facilement à un grand nombre de climats tempérés. Il redoute cependant les régions trop septentrionales, où son développement se trouve amoindri et sa rusticité diminuée. De par son imposante stature, cet arbre sera réservé aux parcs et aux très grands jardins, où il pourra exprimer toute sa beauté.
Il existe quelques cultivars :
  • 'Aurea' – Les jeunes aiguilles présentent une coloration jaune paille, et virent ensuite au vert franc. Cela qui lui donne un aspect lumineux. Petit développement.
  • 'Cheltenham' – Aiguilles gris-bleu, branches retombantes. Développement plus faible que le type.
  • 'Compacta' – Cultivar nain d’origine italienne. Port en boule, courtes aiguilles vertes.
  • 'Fastigiata' – Port en fuseau, compact. Branches serrées et franchement ascendantes. Jusqu’à 20 m de haut.
  • 'Glauca' – Cèdre bleu de l’Atlas. Aiguilles gris-bleu, même développement que le type. C’est le cultivar le plus connu ; il existe des formes intermédiaires.
  • 'Glauca Pendula' – Feuillage gris-bleu et superbe port pleureur. La flèche prend très vite une direction horizontale, suivie des charpentières. Les rameaux pendent gracieusement en franges. L’arbre peut ainsi s’étaler sur de grandes superficie, mais ne dépasse jamais quelques mètres de hauteur. Le premier sujet de ce cultivar est apparu à l’arboretum de la Vallée-aux-Loups, près de Paris. Il y est encore visible aujourd’hui.
  • 'Glauca Pyramidalis' – Semblable à 'Pyramidalis', mais feuillage gris-bleuté.
  • 'Pendula' - Cèdre de l’Atlas pleureur. Même port que 'Glauca Pendula', mais feuillage de la même couleur que celui du type.
  • 'Pyramidalis' – Port érigé comme 'Fastigiata', mais forme plus étalée, en pyramide.
divers_commentaire
Ce cèdre est le plus rustique du genre et s’adapte facilement à un grand nombre de climats tempérés. Il redoute cependant les régions trop septentrionales, où son développement se trouve amoindri et sa rusticité diminuée. De par son imposante stature, cet arbre sera réservé aux parcs et aux très grands jardins, où il pourra exprimer toute sa beauté.

Il existe quelques cultivars :
  • 'Aurea' – Les jeunes aiguilles présentent une coloration jaune paille, et virent ensuite au vert franc. Cela qui lui donne un aspect lumineux. Petit développement.
  • 'Cheltenham' – Aiguilles gris-bleu, branches retombantes. Développement plus faible que le type.
  • 'Compacta' – Cultivar nain d’origine italienne. Port en boule, courtes aiguilles vertes.
  • 'Fastigiata' – Port en fuseau, compact. Branches serrées et franchement ascendantes. Jusqu’à 20 m de haut.
  • 'Glauca' – Cèdre bleu de l’Atlas. Aiguilles gris-bleu, même développement que le type. C’est le cultivar le plus connu ; il existe des formes intermédiaires.
  • 'Glauca Pendula' – Feuillage gris-bleu et superbe port pleureur. La flèche prend très vite une direction horizontale, suivie des charpentières. Les rameaux pendent gracieusement en franges. L’arbre peut ainsi s’étaler sur de grandes superficie, mais ne dépasse jamais quelques mètres de hauteur. Le premier sujet de ce cultivar est apparu à l’arboretum de la Vallée-aux-Loups, près de Paris. Il y est encore visible aujourd’hui.
  • 'Glauca Pyramidalis' – Semblable à 'Pyramidalis', mais feuillage gris-bleuté.
  • 'Pendula' - Cèdre de l’Atlas pleureur. Même port que 'Glauca Pendula', mais feuillage de la même couleur que celui du type.
  • 'Pyramidalis' – Port érigé comme 'Fastigiata', mais forme plus étalée, en pyramide.
Modifications de Ascalaphe le 04/06/2010 19:33 :  [Cette modification a été approuvée]
divers_commentaire
Ce cèdre est le plus rustique du genre et s’adapte facilement à un grand nombre de climats tempérés. Il redoute cependant les régions trop septentrionales, où son développement se trouve amoindri et sa rusticité diminuée. De par son imposante stature, cet arbre sera réservé aux parcs et aux très grands jardins, où il pourra exprimer toute sa beauté.
Il existe quelques cultivars : 'Aurea' – Les jeunes aiguilles présentent une coloration jaune paille, et virent ensuite au vert franc. Cela qui lui donne un aspect lumineux. Petit développement. 'Cheltenham' – Aiguilles gris-bleu, branches retombantes. Développement plus faible que le type. 'Compacta' – Cultivar nain d’origine italienne. Port en boule, courtes aiguilles vertes. 'Fastigiata' – Port en fuseau, compact. Branches serrées et franchement ascendantes. Jusqu’à 20 m de haut. 'Glauca' – Cèdre bleu de l’Atlas. Aiguilles gris-bleu, même développement que le type. C’est le cultivar le plus connu ; il existe des formes intermédiaires. 'Glauca Pendula' – Feuillage gris-bleu et superbe port pleureur. La flèche prend très vite une direction horizontale, suivie des charpentières. Les rameaux pendent gracieusement en franges. L’arbre peut ainsi s’étaler sur de grandes superficie, mais ne dépasse jamais quelques mètres de hauteur. Le premier sujet de ce cultivar est apparu à l’arboretum de la Vallée-aux-Loups, près de Paris. Il y est encore visible aujourd’hui. 'Glauca Pyramidalis' – Semblable à ‘Fastigiata’, mais feuillage gris-bleuté. 'Pendula' - Cèdre de l’Atlas pleureur. Même port que ‘Glauca Pendula’, mais feuillage de la même couleur que celui du type. 'Pyramidalis' – Port érigé comme ‘Fastigiata’, mais forme plus étalée, en pyramide.
divers_commentaire
Ce cèdre est le plus rustique du genre et s’adapte facilement à un grand nombre de climats tempérés. Il redoute cependant les régions trop septentrionales, où son développement se trouve amoindri et sa rusticité diminuée. De par son imposante stature, cet arbre sera réservé aux parcs et aux très grands jardins, où il pourra exprimer toute sa beauté.
Il existe quelques cultivars :
  • 'Aurea' – Les jeunes aiguilles présentent une coloration jaune paille, et virent ensuite au vert franc. Cela qui lui donne un aspect lumineux. Petit développement.
  • 'Cheltenham' – Aiguilles gris-bleu, branches retombantes. Développement plus faible que le type.
  • 'Compacta' – Cultivar nain d’origine italienne. Port en boule, courtes aiguilles vertes.
  • 'Fastigiata' – Port en fuseau, compact. Branches serrées et franchement ascendantes. Jusqu’à 20 m de haut.
  • 'Glauca' – Cèdre bleu de l’Atlas. Aiguilles gris-bleu, même développement que le type. C’est le cultivar le plus connu ; il existe des formes intermédiaires.
  • 'Glauca Pendula' – Feuillage gris-bleu et superbe port pleureur. La flèche prend très vite une direction horizontale, suivie des charpentières. Les rameaux pendent gracieusement en franges. L’arbre peut ainsi s’étaler sur de grandes superficie, mais ne dépasse jamais quelques mètres de hauteur. Le premier sujet de ce cultivar est apparu à l’arboretum de la Vallée-aux-Loups, près de Paris. Il y est encore visible aujourd’hui.
  • 'Glauca Pyramidalis' – Semblable à 'Pyramidalis', mais feuillage gris-bleuté.
  • 'Pendula' - Cèdre de l’Atlas pleureur. Même port que 'Glauca Pendula', mais feuillage de la même couleur que celui du type.
  • 'Pyramidalis' – Port érigé comme 'Fastigiata', mais forme plus étalée, en pyramide.
Modifications de Ascalaphe le 04/06/2010 19:26 :  [Cette modification a été approuvée]
divers_commentaire
Ce cèdre est le plus rustique du genre et s’adapte facilement à un grand nombre de climats tempérés. Il redoute cependant les régions trop septentrionales, où son développement se trouve amoindri et sa rusticité diminuée. De par son imposante stature, cet arbre sera réservé aux parcs et aux très grands jardins, où il pourra exprimer toute sa beauté. Il existe quelques cultivars : 'Aurea' – Les jeunes aiguilles présentent une coloration jaune paille, et virent ensuite au vert franc. Cela qui lui donne un aspect lumineux. Petit développement. 'Cheltenham' – Aiguilles gris-bleu, branches retombantes. Développement plus faible que le type. 'Compacta' – Cultivar nain d’origine italienne. Port en boule, courtes aiguilles vertes. 'Fastigiata' – Port en fuseau, compact. Branches serrées et franchement ascendantes. Jusqu’à 20 m de haut. 'Glauca' – Cèdre bleu de l’Atlas. Aiguilles gris-bleu, même développement que le type. C’est le cultivar le plus connu ; il existe des formes intermédiaires. 'Glauca Pendula' – Feuillage gris-bleu et superbe port pleureur. La flèche prend très vite une direction horizontale, suivie des charpentières. Les rameaux pendent gracieusement en franges. L’arbre peut ainsi s’étaler sur de grandes superficie, mais ne dépasse jamais quelques mètres de hauteur. Le premier sujet de ce cultivar est apparu à l’arboretum de la Vallée-aux-Loups, près de Paris. Il y est encore visible aujourd’hui. 'Glauca Pyramidalis' – Semblable à ‘Fastigiata’, mais feuillage gris-bleuté. 'Pendula' - Cèdre de l’Atlas pleureur. Même port que ‘Glauca Pendula’, mais feuillage de la même couleur que celui du type. 'Pyramidalis' – Port érigé comme ‘Fastigiata’, mais forme plus étalée, en pyramide.
divers_commentaire
Ce cèdre est le plus rustique du genre et s’adapte facilement à un grand nombre de climats tempérés. Il redoute cependant les régions trop septentrionales, où son développement se trouve amoindri et sa rusticité diminuée. De par son imposante stature, cet arbre sera réservé aux parcs et aux très grands jardins, où il pourra exprimer toute sa beauté.
Il existe quelques cultivars : 'Aurea' – Les jeunes aiguilles présentent une coloration jaune paille, et virent ensuite au vert franc. Cela qui lui donne un aspect lumineux. Petit développement. 'Cheltenham' – Aiguilles gris-bleu, branches retombantes. Développement plus faible que le type. 'Compacta' – Cultivar nain d’origine italienne. Port en boule, courtes aiguilles vertes. 'Fastigiata' – Port en fuseau, compact. Branches serrées et franchement ascendantes. Jusqu’à 20 m de haut. 'Glauca' – Cèdre bleu de l’Atlas. Aiguilles gris-bleu, même développement que le type. C’est le cultivar le plus connu ; il existe des formes intermédiaires. 'Glauca Pendula' – Feuillage gris-bleu et superbe port pleureur. La flèche prend très vite une direction horizontale, suivie des charpentières. Les rameaux pendent gracieusement en franges. L’arbre peut ainsi s’étaler sur de grandes superficie, mais ne dépasse jamais quelques mètres de hauteur. Le premier sujet de ce cultivar est apparu à l’arboretum de la Vallée-aux-Loups, près de Paris. Il y est encore visible aujourd’hui. 'Glauca Pyramidalis' – Semblable à ‘Fastigiata’, mais feuillage gris-bleuté. 'Pendula' - Cèdre de l’Atlas pleureur. Même port que ‘Glauca Pendula’, mais feuillage de la même couleur que celui du type. 'Pyramidalis' – Port érigé comme ‘Fastigiata’, mais forme plus étalée, en pyramide.
Modifications de Ascalaphe le 04/06/2010 19:25 :  [Cette modification a été approuvée]
description_generale
Comme son nom l’indique, le cèdre de l’Atlas est originaire d’Afrique du Nord. On le trouve depuis l’Atlas marocain (Haut et Moyen atlas), jusque dans les régions algériennes de l’Atlas saharien (Monts Aurès) et du tell (Ouarsensis). Il se développe sur les ubacs et dans les vallées fraîches, à des altitudes comprises entre 1500 et 2500 mètres. C’est un conifère à croissance assez rapide, qui peut atteindre 40 mètres de haut dans son milieu naturel mais qui reste souvent plus petit en culture. De forme élancée lorsqu’il est jeune, il s’élargit avec le temps et sa cime devient tabulaire, lui conférant un port majestueux. Il se distingue de son proche cousin le cèdre du Liban par son architecture plus régulière, sa silhouette plus dense et ses charpentières plus courtes et moins arquées.
description_generale
Comme son nom l’indique, le cèdre de l’Atlas est originaire d’Afrique du Nord. On le trouve depuis l’Atlas marocain (Haut et Moyen atlas), jusque dans les régions algériennes de l’Atlas saharien (Monts Aurès) et du tell (Ouarsensis). Il se développe sur les ubacs et dans les vallées fraîches, à des altitudes comprises entre 1500 et 2500 mètres. C’est un conifère à croissance assez rapide, qui peut atteindre 40 mètres de haut dans son milieu naturel mais reste souvent plus petit en culture. De forme élancée lorsqu’il est jeune, il s’élargit avec le temps et sa cime devient tabulaire, lui conférant un port majestueux. Il se distingue de son proche cousin le cèdre du Liban par son architecture plus régulière, sa silhouette plus dense et ses charpentières plus courtes et moins arquées.
divers_commentaire
Ce cèdre est le plus rustique du genre et s’adapte facilement à un grand nombre de climats tempérés. Il redoute cependant les régions trop septentrionales, où son développement se trouve amoindri et sa rusticité diminuée. De par son imposante stature, cet arbre sera réservé aux parcs et aux très grands jardins, où il pourra exprimer toute sa beauté. Il existe quelques cultivars : ‘Aurea’ – Les jeunes aiguilles présentent une coloration jaune paille, et virent ensuite au vert franc. Cela qui lui donne un aspect lumineux. Petit développement. ‘Cheltenham’ – Aiguilles gris-bleu, branches retombantes. Développement plus faible que le type. ‘Compacta’ – Cultivar nain d’origine italienne. Port en boule, courtes aiguilles vertes. ‘Fastigiata’ – Port en fuseau, compact. Branches serrées et franchement ascendantes. Jusqu’à 20 m de haut. ‘Glauca’ – Cèdre bleu de l’Atlas. Aiguilles gris-bleu, même développement que le type. C’est le cultivar le plus connu ; il existe des formes intermédiaires. ‘Glauca Pendula’ – Feuillage gris-bleu et superbe port pleureur. La flèche prend très vite une direction horizontale, suivie des charpentières. Les rameaux pendent gracieusement en franges. L’arbre peut ainsi s’étaler sur de grandes superficie, mais ne dépasse jamais quelques mètres de hauteur. Le premier sujet de ce cultivar est apparu à l’arboretum de la Vallée-aux-Loups, près de Paris. Il y est encore visible aujourd’hui. ‘Glauca Pyramidalis’ – Semblable à ‘Fastigiata’, mais feuillage gris-bleuté. ‘Pendula’ - Cèdre de l’Atlas pleureur. Même port que ‘Glauca Pendula’, mais feuillage de la même couleur que celui du type. ‘Pyramidalis’ – Port érigé comme ‘Fastigiata’, mais forme plus étalée, en pyramide.
divers_commentaire
Ce cèdre est le plus rustique du genre et s’adapte facilement à un grand nombre de climats tempérés. Il redoute cependant les régions trop septentrionales, où son développement se trouve amoindri et sa rusticité diminuée. De par son imposante stature, cet arbre sera réservé aux parcs et aux très grands jardins, où il pourra exprimer toute sa beauté. Il existe quelques cultivars : 'Aurea' – Les jeunes aiguilles présentent une coloration jaune paille, et virent ensuite au vert franc. Cela qui lui donne un aspect lumineux. Petit développement. 'Cheltenham' – Aiguilles gris-bleu, branches retombantes. Développement plus faible que le type. 'Compacta' – Cultivar nain d’origine italienne. Port en boule, courtes aiguilles vertes. 'Fastigiata' – Port en fuseau, compact. Branches serrées et franchement ascendantes. Jusqu’à 20 m de haut. 'Glauca' – Cèdre bleu de l’Atlas. Aiguilles gris-bleu, même développement que le type. C’est le cultivar le plus connu ; il existe des formes intermédiaires. 'Glauca Pendula' – Feuillage gris-bleu et superbe port pleureur. La flèche prend très vite une direction horizontale, suivie des charpentières. Les rameaux pendent gracieusement en franges. L’arbre peut ainsi s’étaler sur de grandes superficie, mais ne dépasse jamais quelques mètres de hauteur. Le premier sujet de ce cultivar est apparu à l’arboretum de la Vallée-aux-Loups, près de Paris. Il y est encore visible aujourd’hui. 'Glauca Pyramidalis' – Semblable à ‘Fastigiata’, mais feuillage gris-bleuté. 'Pendula' - Cèdre de l’Atlas pleureur. Même port que ‘Glauca Pendula’, mais feuillage de la même couleur que celui du type. 'Pyramidalis' – Port érigé comme ‘Fastigiata’, mais forme plus étalée, en pyramide.
sol_commentaire
Comme toutes les espèces du genre, C. atlantica apprécie les sols drainants. Il tolère la sécheresse estivale.
sol_commentaire
Comme toutes les espèces du genre, C. atlantica apprécie les sols drainants. Il tolère la sécheresse estivale.
Modifications de Ascalaphe le 04/06/2010 19:18 :  [Cette modification a été approuvée]
attaques_commentaire
attaques_commentaire
Comme la majorité des conifères, le cèdre de l’Atlas peut être sujet à des attaques de pourridiés. Chez les insectes, les principaux ravageurs sont le puceron noir du cèdre et, de façon plus marginale, la processionnaire du pin.
description_generale
en construction
description_generale
Comme son nom l’indique, le cèdre de l’Atlas est originaire d’Afrique du Nord. On le trouve depuis l’Atlas marocain (Haut et Moyen atlas), jusque dans les régions algériennes de l’Atlas saharien (Monts Aurès) et du tell (Ouarsensis). Il se développe sur les ubacs et dans les vallées fraîches, à des altitudes comprises entre 1500 et 2500 mètres. C’est un conifère à croissance assez rapide, qui peut atteindre 40 mètres de haut dans son milieu naturel mais qui reste souvent plus petit en culture. De forme élancée lorsqu’il est jeune, il s’élargit avec le temps et sa cime devient tabulaire, lui conférant un port majestueux. Il se distingue de son proche cousin le cèdre du Liban par son architecture plus régulière, sa silhouette plus dense et ses charpentières plus courtes et moins arquées.
divers_commentaire
divers_commentaire
Ce cèdre est le plus rustique du genre et s’adapte facilement à un grand nombre de climats tempérés. Il redoute cependant les régions trop septentrionales, où son développement se trouve amoindri et sa rusticité diminuée. De par son imposante stature, cet arbre sera réservé aux parcs et aux très grands jardins, où il pourra exprimer toute sa beauté. Il existe quelques cultivars : ‘Aurea’ – Les jeunes aiguilles présentent une coloration jaune paille, et virent ensuite au vert franc. Cela qui lui donne un aspect lumineux. Petit développement. ‘Cheltenham’ – Aiguilles gris-bleu, branches retombantes. Développement plus faible que le type. ‘Compacta’ – Cultivar nain d’origine italienne. Port en boule, courtes aiguilles vertes. ‘Fastigiata’ – Port en fuseau, compact. Branches serrées et franchement ascendantes. Jusqu’à 20 m de haut. ‘Glauca’ – Cèdre bleu de l’Atlas. Aiguilles gris-bleu, même développement que le type. C’est le cultivar le plus connu ; il existe des formes intermédiaires. ‘Glauca Pendula’ – Feuillage gris-bleu et superbe port pleureur. La flèche prend très vite une direction horizontale, suivie des charpentières. Les rameaux pendent gracieusement en franges. L’arbre peut ainsi s’étaler sur de grandes superficie, mais ne dépasse jamais quelques mètres de hauteur. Le premier sujet de ce cultivar est apparu à l’arboretum de la Vallée-aux-Loups, près de Paris. Il y est encore visible aujourd’hui. ‘Glauca Pyramidalis’ – Semblable à ‘Fastigiata’, mais feuillage gris-bleuté. ‘Pendula’ - Cèdre de l’Atlas pleureur. Même port que ‘Glauca Pendula’, mais feuillage de la même couleur que celui du type. ‘Pyramidalis’ – Port érigé comme ‘Fastigiata’, mais forme plus étalée, en pyramide.
etalement
0.00
etalement
20.00
feuillage_commentaire
feuillage_commentaire
Les aiguilles sont de couleur vert sombre bleuté. Piquantes, elles mesurent environ 3 cm. Solitaires sur les jeunes pousses, elles sont disposées en bouquets sur les rameaux de deux ans et plus.
floraison_commentaire
floraison_commentaire
La floraison a lieu en fin d’été ou en début d’automne selon les régions. Les cônes, érigés, apparaissent sur les rameaux de deux ans et plus. Les cônes mâles sont jaune orangé ; les cônes femelles, moins nombreux, vert pâle.
fruit_commentaire
fruit_commentaire
Le fruit est un cône trapu d’environ 10 cm, au sommet aplati. Vert pâle la première année, il devient pourpre la deuxième année, puis sèche au bout de trois ans. Les écailles se détachent alors, laissant sortir les graines.
graine_commentaire
graine_commentaire
Les graines triangulaires mesurent entre 5 mm et 1 cm de longueur.
hauteur
0.00
hauteur
40.00
multiplication_commentaire
multiplication_commentaire
La multiplication se fait par semis au printemps, sur un substrat très drainant et après une stratification froide de deux ou trois mois à +5°C. Les cultivars se multiplient par greffe, hormis certaines formes glauques qui se reproduisent fidèlement par semis.
multiplication_type
multiplication_type
greffe
sol_commentaire
sol_commentaire
Comme toutes les espèces du genre, C. atlantica apprécie les sols drainants. Il tolère la sécheresse estivale.
Modifications de Ascalaphe le 30/12/2009 18:34 :  [Cette modification a été approuvée]
feuillage_persistant
0
feuillage_persistant
1

Droits de reproduction et de diffusion réservés © 2004-2020 - Mention légales
48174661 visites uniques depuis le 01/07/2004, 2202 aujourdhui et 2030 en cours.