| S'inscrire !
La plante à l'affiche


Connexion membre
Pseudo

Mot de passe


Mot de passe perdu ?
Pas encore membre ?
Inscrivez-vous !

Un article de Laurent Reynaud, publié par gardenbreizh.org - 24/08/2007
 

La galle du Fuchsia progresse en Europe


par Laurent Reynaud, première mise en ligne : 27/08/2007




Introduction




vignette de Aculops fuchsiae sur F. magellanica - Galles de A. fuchsiae

Figure 1 - Attaque d'Aculops fuchsiae sur F. magellanica.
Aculops fuchsiae est courament appelée galle du Fuchsia ou phytopte du Fuchsia. (On l'a également désignée un temps sous la dénomination virose du Fuchsia, jusqu'à ce que la nature de l'affection soit précisée.) Il s'agit d'une mite ériophyide dont l'attaque sur certaines espèces de Fuchsia est particulièrement spectaculaire : à la manière d'une cloque, les feuilles et les fleurs se déforment puis certaines partie gonflent démesurément sous l'action des acariens. Plus précisément, on constate dans un premier temps une rouille et une déformation de certaines feuilles, généralement terminales. Des galles rougeâtres se forment et gonflent. Les déformations se propagent rapidemment à l'ensemble du feuillage des extrémités des tiges, ainsi qu'aux fleurs. La croissance du plant finit par être stoppée.
Initialement cantonné au continent Sud-Américain et plus particulièrement au Brésil, où il a été décrit pour la première fois en 1972 dans la région de Sao Paulo, on sait que cet acarien s'est propagé aux USA (en particulier en Californie à partir du début des années 1980) et qu'il commence à coloniser une partie du continent Européen. En particulier, on détecte en France de plus en plus de foyers d'infections. On peut d'ailleurs résumer la difficulter à contenir la progression de cet acarien en deux arguments :
  • Aculops fuchsiae se propage vite et loin sous l'action du vent, des insectes butineurs, des oiseaux1 mais aussi des outils de coupe, des chutes de taille, des vêtements rentrés en contact avec des plants infectés, des échanges entre particuliers via des bourses d'échange ou autres, etc.
  • Il n'existe pas actuellement de traitement efficace et homologué contre A. fuchsiae.

L'objet de cet article est donc d'apporter dans une première partie une information de base sur cet acarien, son identification, ses moyens de propagation, ainsi que les moyens de le contenir. De plus, toutes les espèces du genre Fuchsia ne sont pas également sensibles à cet acarien, et les espèces les plus sensibles (et a contrario les plus résistantes) sont décrites. Enfin, un certain nombre de documentations et recommandations existent, la dernière partie de cet article donne un certain nombre de liens utiles vers des sites et documents spécialisés.

Des foyers de galle du Fuchsia en France et en Europe

En France, de fortes suspicions de présence de cet acarien existent depuis le festival de Trévarez de 2002, où un premier cas de présence à Lanester (Morbihan) y aurait été rapporté2, suivi par d'autres signalements l'année suivante. Néanmoins, les premiers cas officiellement vérifiés de A. fuchsiae remontent à novembre 20033, et début 2004, suite à de premières prospections pour identifier l'origine de la contamination, A. fuchsiae était alors considéré cantonné dans la zone du Golfe du Morbihan, en Bretagne Sud, sur huit sites différents4. Il semble que ce soit par la même occasion les premiers cas détectés en Europe. Au moment de l'écriture de cet article, la propagation de ce ravageur semble toujours essentiellement être contenue dans la zone Bretagne-Pays de Loire. Cependant, au sein même de cette zone, le ravageur semble s'être propagé très rapidemment puisque de nombreux cas ont été signalés ou sont en cours de signalement dans le Nord-Finistère et dans les Côtes d'Armor. A mi-2005, une soixantaine de sites avaient été déjà identifiés en Bretagne5, dont certains réputés éradiqués, mais en 2006 et surtout 2007, en raison des conditions climatiques, le nombre de sites a vraissemblablement explosé. L'étendue de la propagation reste à préciser, mais il y a lieu d'être pessimistes pour la région Bretagne.

Au Royaume-Uni, les îles Anglo-Normandes semblent les premières atteintes, puisqu'en 2006 des premiers cas ont été détectés sur Jersey (Howard Davis Park) et sur Guernesey. Jersey annonce que plusieurs foyers ont été identifiés en 20076. Quant à Guernesey, une vingtaine de cas ont pour l'instant été recensés en 20077.

En Allemagne, certains cas ont été signalés8 fin novembre 2006, notamment près de Kassel, dans le land de Hesse, sur la rivière Fulda.


Notes
1 En ce qui concerne le rôle des oiseaux, ce sont surtout les oiseaux-mouches rencontrés sur le continent Américain qui sont probablement un vecteur significatif de propagation de Aculops fuchsiae.
2 Source Charly Degarne, Christiane Paczkowski, Alerte : virose du Fuchsia, juillet 2003.
3 Source ONPV de France (Organisation Nationale de Protection des Végétaux), décembre 2003.
4 Source OEPP (Organisation Européenne et Méditerranéenne pour la Protection des Plantes), janvier 2004.
5 J. C. Ostojá-Starzewski, D. Eyre, R. J. Cannon and P. Bartlett, Plant Pest Notice n°38 : Aculops fuchsiae, Central Science Laboratory, Defra Sand Hutton, York, UK, juin 2005
6 Source : Site de l'état de Jersey, http://www.gov.je
7 Source : EPPO RS 2004/087, First record of Aculops fuchsiae in Guernsey, mai 2007.
8 Source : site Web du , (Deutsche Dahlien-, Fuchsien- und Gladiolen-Gesellschaft), Die Fuchsiengallmilbe hat Deutschland erreicht!, http://www.ddfgg.de/Allgemein/aktuell/Archiv/index_Fuchsiengallmilbe_2.html




page suivante (2/6)


[ Retourner à la catégorie Maladies et parasites | Retour vers l'index ]

Droits de reproduction et de diffusion réservés © 2004-2014 - Mention légales - Contact
40106594 visites uniques depuis le 01/07/2004, 9433 aujourdhui et 135 en cours.
Autres sites d'information nature : Tous les fruits | Plantes et botanique