| S'inscrire !
La plante à l'affiche


Connexion membre
Pseudo

Mot de passe


Mot de passe perdu ?
Pas encore membre ?
Inscrivez-vous !

Un article de Jean-Michel, publié par gardenbreizh.org - 04/04/2005
 

Les Protea ou Sugarbushes



Par Jean-Michel Moullec
vice-président du Jardin Exotique de Roscoff (GRAPES)
Webmestre du site Breizcrassulaceae


Article paru dans le Subtropica de juillet 2004 (Revue du Jardin Exotique de Roscoff, publication trimestrielle, vendue uniquement par correspondance).



Protea aureaProtea est le nom donné en 1735 par Linné, le père de la classification et de la nomenclature botanique. Quelques plantes du Cap lui avaient été envoyées : il a recouru au nom du dieu grec, Protéus, qui pouvait changer sa forme suivant sa volonté car les genres appartenant à cette famille ont tous la même fleur de base, et pourtant ils sont si différents suivant leur forme ! Les genres Protea, Leucadendron, Leucospermum et Mimetes sont les plus abondants. Les autres genres moins abondants sont Orothamnus, Diastella, Aulax, Brabejum, Faurea, Paranomus, Spatalla, Sorocephalus, Serruria et Vexatorella.
Les Protéacées sont une famille d’arbustes avec des fleurs peu communes et belles. La plupart des protéacées sud-africaines se rencontrent dans le Cap, poussant le long de la côte et dans les régions montagneuses vers l'est à Port Elizabeth et s’écartant de la côte occidentale à Vanrhynsdorp.
Elles font partie du fynbos et se développent dans des sols variables qui sont généralement pauvres avec une prédominance de grès de la Montagne de la Table, en particulier dans les régions montagneuses. Elles poussent également dans les schistes de Bokkeveld qui a une teneur élevée en argile. Certaines se développent même dans du sable pratiquement pur, en particulier le long des régions côtières. Le pH des sols est acide bien qu'il y ait quelques secteurs avec des sols alcalins avec un pH aussi haut que 8. Les racines se sont adaptées à la pauvreté des sols et arrivent à en extraire ce qui leur est nécessaire pour vivre. [Leur donner de l’engrais peut causer la mort de la plante.]


Protea burchellii (Burchell's Sugarbush)La flore du Cap prospère dans des conditions climatiques fortement variables. Une température maximale de 32°C n'est pas rare pendant les mois d'été, en particulier dans les régions du Sandveld et du Cederberg. Les montagnes sont plus froides, éprouvant les effets des vents dominants, des brumes et des nuages. Les températures minima tombent de temps en temps au-dessous de 0°C dans plusieurs de ces secteurs pour de courtes périodes. La neige tombe aussi régulièrement dans les montagnes du Cap chaque hiver.
Les Protéacées se rencontrent dans les régions où les précipitations varient d’aussi bas que 180 mm jusqu’à 2500 mm par an, mais beaucoup d'espèces poussent dans les dépressions, les petits ravins, les vallées et sur les pentes sud des collines où les plantes utilisent l'humidité souterraine accumulée pendant les mois d'hiver. Protea cynaroides, la protée royale, est un bon exemple de ceci. Elle se développe dans les secteurs avec une infiltration souterraine abondante mais des précipitations annuelles qui varient de 300 mm à 1500 mm.
Un facteur très important dans l’écologie des protéacées est un sol bien-drainé et un drainage efficace. Ceci fournit non seulement un sol bien-aéré, mais également un environnement frais pour les racines, ce qui est important. [Il ne faut jamais déranger les racines avec un outil. Il vaut mieux utiliser un paillage en écorce de pin puisqu’elles supportent l’acidité.]
Ce sont essentiellement des plantes sociales, bien qu'il y ait un certain nombre d'exceptions : plusieurs des espèces, croissant dans leur habitat normal, poussent dans la proximité étroite d’autres, formant des communautés liées étroitement. Les plantes individuelles se protègent les unes les autres contre les vents dominants. Elles créent une couverture dense qui empêche l’érosion, maintient le sol frais et réduit le taux d'évaporation.
Les protées sont pollinisées soit par des oiseaux, soit par des coléoptères (des scarabées) soit par des rongeurs. Les fleurs sont bisexuées et sont en fait composées d’une tête comprenant une multitude de vraies fleurs entourées de bractées colorées (ce ne sont pas des pétales !) c’est à dire de feuilles qui se sont modifiées. Le fruit reste sur la plante parfois 1 ou 2 ans après la pollinisation parfois plus. Le fruit s’ouvre après l’incendie et disperse les graines au vent. Beaucoup de protées sont tuées par les incendies fréquents dans le fynbos, d’autres se régénèrent à partir des racines qui résistent aux feux. C’est le cas en particulier de Protea cynaroides.
Elles ont une résistance variable au froid suivant les espèces. En fait, celles qui poussent naturellement dans des montagnes ont une résistance naturelle au froid : c’est le cas de Protea venusta et P. subvestita. Certaines sont couvertes chaque hiver par de la neige et la supporte sans problèmes : Protea effusa, P. sulphurea, P. amplexicaulis. Il en existe quelques-unes qui peuvent survivre à une ou deux semaines de températures en dessous de 0°C. En voici une petite liste trouvée sur Internet : Protea aristata, P. dracomontana, P. repens, P. eximia, P. grandiceps, P. punctata, P. magnifica. D’une manière générale, plus les protées sont plantées en sols pauvres, plus elles sont résistantes !


P. neriifolia (Narrow-leaf Sugarbush)Voici 86 espèces de protées divisées en sous-groupes tel que le conçoit le « Protea Atlas » :
Elles sont divisées en 19 sous-groupes.
[J’ai essayé de traduire de manière appropriée l’expression anglaise mais parfois ma traduction est approximative tout simplement parce que je ne connais pas d’expression équivalente en français. Les Sud-Africains appellent le genre Protea « Sugarbush » que je traduis par « Protée » puisque c’est le nom commun en français. Vous trouverez entre parenthèses le nom commun sud-africain pour les plantes que nous cultivons actuellement dans le jardin (en gras) ou que nous venons de semer et qui ont levé (en gras italique) puis entre crochets des renseignements divers sur chaque espèce, en particulier sa taille, son statut, son type de sol, son altitude, sa rusticité ou sa zone d’habitat, etc. Z8 ou Z9 désignent une zone d’habitat par rapport aux limites de températures. Ça ne donne qu’une indication et, ici, il s’agit des zones américaines qui ne tiennent pas compte de l’humidité hivernale. Zone 8 :-12-7°C, Zone 9 :-7-1°C.]



Western Ground Sugarbushes (Protées Occidentales)

Protea acaulos1m large, sols sableux, 0-1500 m, Z8 assez rustique
P. angustata0,35 cm haut, Rare, 0-180 m
P. convexaprostré, Rare, sols rocheux arides, 1100-1500 m, Z8
P. laevisRare, prostré, 0,80 cm haut, sols rocheux arides, 1000-1800 m, rustique ?
P. revoluteprostré, 2 m large, 900-1600 m, rustique ?

Bearded Sugarbushes (Protées Barbues)

Protea coronata (Green Sugarbush)2-3 m haut 200-750 m, sols argileux, froids légers, tolérant au vent
P. grandiceps (Red Sugarbush)2 m haut, assez rare, pentes sèches, 1200-1700 m, Z8, -10°C quand il est établi mais de courte durée
P. holosericea1,2 m haut, pentes rocheuses arides, rare, éteint? 1200-1300 m
P. laurifolia (Grey-leaf Sugarbush )8 m haut, sols sableux ou granitiques, 400-1200 m, Z8
P. lepidocarpodendron (Black-beard Sugarbush )3 m haut, sols sableux, granitiques, 0-600 m, Z9, pas de froid
P. lorifolia3 m haut, pentes sèches, grès, 450-1400 m, Z8
P. magnifica (Queen Sugarbush)2,5 m haut, pentes sèches et chaudes près de la limite des neiges éternelles, 1200-2700 m, -8°C
P. neriifolia (Narrow-leaf Sugarbush)3 m haut, sols gréseux ou granitiques, 0-1300 m, -5°C
P. speciosa0,5-1,2 m haut, pentes sud fraîches, 0-1300 m
P. stokoei3 m haut, rare, sols tourbeux humides, 900-1200 m, pas de froid plus que léger

White Water Sugarbushes (Protées des Eaux Vives)

Protea aurea aurea (Common Shuttlecock Sugarbush)5 m de haut, sols sableux, 150-800 m, Z8, tolérant au froid et au vent
P. aurea potbergensis5 m haut, vulnérable, sols sableux, 200-360 m
Protea lacticolor6 m haut, bords de cours d’eau, 600-1500 m, Z8, -8°C
P. mundii (Forest Sugarbush)8 m haut, pentes humides et lisière de forêt, 200-1300 m, Z8
Protea punctata4 m haut, pentes gréseuses ou schisteuses suintantes, 1200-2000 m, froids moyens
Protea subvestita5 m haut, 1200-2300 m, rustique
Protea venusta (Creeping Beauty)0,7 m haut, 3 m large, pentes fraîches, 1700-2000 m, rustique

Rose Sugarbushes (Protées des Roses)

Protea acuminata2 m haut, sols sableux, 0-400 m, Z8, -6°C, attention aux champignons
Protea canaliculata1,2 m haut, sols rocheux grès quartz, 800-1500 m, Z8
Protea nana (Mountain-rose Sugarbush)1,3 m haut, montagne, 400-900 m, Z8, froids légers
Protea pityphylla1m haut, rare, 500-1500 m, assez rustique
Protea scolymocephala (Thistle Sugarbush)1,5 m haut, sols sableux, 0-400 m, -3°C
Protea witzenbergiana0,5 m haut, 3 m large, sols variés, 750-1800 m

Rodent Sugarbushes (Protées des Rongeurs)

Protea amplexicaulis1,3 m haut, sols gréseux, 180-1600 m, Z8, rustique au froid
Protea decurrens0,6 m haut, graviers, 150-700 m
Protea humiflora2 m haut, pentes sèches et chaudes du fynbos/karoo, 450-1200 m, Z8
Protea subulifolia0,7 m haut, sols variés, 60-1300 m

Shaving-brush Sugarbushes (Protées Blaireau)

Protea glabra5 m haut, 500-1500 m
Protea inopina1 m haut rare, 600-650 m
Protea nitida5 m haut, sols variés, 0-1200 m, résistant au froid et au vent
Protea nitida dwarf1-5 m, 0-1200 m
Protea rupicola2 m haut, hautes altitudes, Rare, 1300-2000 m, rustique ?

King Sugarbushes (Protées Royales)

Protea cynaroides (King Sugarbush)0,3-2 m, sols gréseux, 0-1500 m, Z8, tolère un peu le froid

Snow Sugarbushes (Protées des Neiges)

Protea cryophila3 m haut, Rare, 1750-1900 m, rustique
Protea pruinosa0,5 m haut, Rare, 1800-2100 m, rustique
Protea scolopendriifolia1 m large, rhizomateux, 450-1800 m

Spoon-bract Sugarbushes (Protées aux Bractées en forme de Cuillères)

Protea burchellii (Burchell's Sugarbush)3 m haut, sols riches, 100-850 m
Protea eximia (Broadleaf Sugarbush)5 m haut, sols gréseux et de quartzite, 0-1000 m, Z8, rustique
P. compacta (Bot River Sugarbush)3,5 m haut, sols sableux, 0-200 m, Z8, boutons abîmés à -4°C, tolérant au vent
Protea longifolia (Long-leaf Sugarbush)1,5 m haut, sols sableux et ferriques, 0-1000 m, Z8, froids légers
Protea obtusifolia (Limestone Sugarbush)2-4 m haut, collines et plaines calcaires, 0-200 m, boutons abîmés à –4°C
P. roupelliae hamiltonii0,3 m haut, argile perméable sur quartzite, en danger, 1300 m
Protea roupelliae roupelliae8 m haut, sols variés, 0-2400 m, rustique
Protea pudens1 m large, sols sableux-argileux, 30-40 m, ne supporte pas le gel
Protea susannae (Stink-leaf Sugarbush)2-3 m haut, sols sableux et calcaires, 0-200 m, sans doute peu de résistance aux gels

'True' Sugarbushes (‘Vraies’ Protées)

Protea aristata2,5 m haut, rare, très rustique au froid
Protea lanceolata (Lanceleaf Sugarbush)4 m haut, sable blanc calcaire, 0-200 m, Z8
Protea repens (Common Sugarbush)4,5 m haut, sols très variés, 0-1500 m, -4°C

Grassland Sugarbushes (Protées de la Prairie)

Protea caffra caffra8 m haut, sols variés, 0-2100 m
Protea caffra gazensis8 m haut, prairie de montagne, 800-2000 m, Hautes Terres orientales du Zimbabwe, Mozambique, rustique ?
Protea dracomontana (la Protée du Drakensberg)1,5 m haut, basalte, 1600-2600 m, très rustique
Protea nubigena0,7 m haut, falaise, 2300 m, Natal Drakensberg, rustique
Protea parvula0,16 m haut, sols acides et rocheux, 1300-2150 m, Escarpement de Swaziland, Mpumalanga et KwaZulu-Natal, rustique
Protea petiolaris8 m haut, forêt de haute altitude et prairie de montagne, Angola, Zambia, Zaïre et Zimbabwe, rustique
Protea simplex0,16 m large, sols acides et rocheux, 1300-2150 m, Escarpement de Swaziland, Mpumalanga et KwaZulu-Natal, rustique ?

Savanna Sugarbushes (Protées de la Savane)

Protea welwitschii1,5 m haut, habitats variés, 300-2000 m, Mpumalanga, Northern Province, KwaZulu-Natal, Zimbabwe, Mozambique, Ouganda
Protea gaguedi3 m haut, variés mais plutôt secs et rocheux, 600-2500 m, Northern Province, Mpumalanga, Swaziland, KwaZulu-Natal, Zimbabwe, Botswana et Namibie, Z9, caduque en climat froid
Protea micans trichophylla0,5 m haut, Angola jusqu’en Tanzanie, pas assez rustique pour Roscoff

Dwarf-tufted Sugarbushes (Protées Naines en Touffe)

Protea aspera0,5 m large, sableux, 0-200 m, peu rustique
Protea denticulata1 m haut, 2 m large, gréseux, 120-300 m
Protea lorea1 m large, pentes herbeuses, 450-650 m
Protea piscina1 m large, gréseux, 400-1200 m
Protea restinifolia1 m large, zones sèches, 150-300 m
Protea scabra0,5 m large, schiste en montagne, 50-900 m

Penduline Sugarbushes (Protées Pendantes)

Protea namaquana2 m haut, rare, pentes granitiques, 1200-1600 m, Kamiesberg, assez rustique ?
Protea pendula3 m haut, zones rocheuse arides, 1000-2000 m, assez rustique ?
Protea recondicta1 m haut, 3 m large, rare, pentes rocheuses, 1000-2000 m, assez rustique ?
Protea sulphurea0,5 m haut, sols gréseux et arides, 1000-1550 m, rustique de manière raisonnable

Shale Sugarbushes (Protées des Schistes)

Protea mucronifolia1 m haut, vulnérable, 80 m
Protea odorata1,2 m haut, en danger, 120-150 m

Mountain Sugarbushes (Protées des Montagnes)

Protea angolensis divaricata fma divaricata1 m haut, Rare, 1200-2135 m, Zimbabwe, Mozambique, Zaïre, Tanzanie
Protea angolensis divaricata fma tricanthera1 m haut, Rare, 1200-2135 m, Zimbabwe, Mozambique, Zaïre, Tanzanie
Protea curvata8 m haut, Rare, 850 m, Transvaal escarpement près de Barberton, Z8
Protea laetans5 m haut, Rare, 1000-1400 m, Transvaal escarpement près de Blyde River Canyon
Protea rubropilosa8 m haut, 1400-2300 m, Transvaal escarpement de Wolkberg à Lydenburg
Protea rupestris10 m haut, 1200-1950 m, Malawi et Mozambique, aussi Angola et Tanzanie

Eastern Ground Sugarbushes (Protées Orientales)

Protea foliosa1,5 m haut, 150-600 m
Protea intonsa0,3 m haut, 1000-1600 m
Protea montana4 m large, 1600-2000 m
Protea tenax4 m large, Rare, 1250-1750m
Protea vogtsiae0,25 m haut, 0,5 m large, Rare, 1000-1500 m

Bishop Sugarbushes (Protées de l’Evêque)

Protea caespitosa0,5 m haut, 1000-1800 m

Moorland Sugarbushes (Protées des Landes)

Protea asymmetrica1,6 m haut, 2000 m Afro-alpine prairie, Inyangani Mountain et Chingamwe Plateau, Zimbabwe
Protea baumii robusta1,6 m haut, sols mal drainés dans la forêt de Miombo, Angola jusqu’en Tanzanie
Protea wentzeliana1,6 m haut, sols mal drainés dans la forêt de Miombo, Chimanimani Mountains entre le Zimbabwe et le Mozambique
Dans cette liste, il manque au moins :
Protea cordata0,5 m haut, feuilles en forme de cœur et de couleur rouge pendant leur jeunesse, rongeur (pollinisateur), petite fleur marron en hiver, Z8
Protea effusa1,5 m haut, feuilles bleues-vertes, fleur jaune-verdâtre à rouge, floraison de l’automne au printemps
Protea scabriusculaprostré, 0,50 m de haut, feuilles linéaires, fleur en partie blanche




Cet article a été composé à partir de « The Protea Growers Handbook » par Lewis Matthews. [NdLREY : du même auteur, un autre livre d'intérêt, en Anglais, est : « The Protea Book: A Guide to Cultivated Proteaceae » .]
Et à partir des sites Internet suivant :
http://protea.worldonline.co.za/
http://finebushpeople.co.za/
http://www.silverhillseeds.co.za/
Et de renseignements glanés à droite ou à gauche !

Par Jean-Michel Moullec




[ Retourner à la catégorie Éclairage sur une famille, un genre ou un groupe | Retour vers l'index ]

Droits de reproduction et de diffusion réservés © 2004-2014 - Mention légales - Contact
41162721 visites uniques depuis le 01/07/2004, 10084 aujourdhui et 329 en cours.
Autres sites d'information nature : Tous les fruits | Plantes et botanique